PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION, Maurice Merleau-PontyFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éloge de la philosophie

La démarche philosophique ne peut-elle être que seconde, à la fois par rapport aux sciences, et dans son obsession d'un dualisme qu'elle prétend dépasser ? En quoi peut-elle elle-même s'instituer comme discours de vérité ? La Phénoménologie de la perception repoussait devant soi la question de « l'origine de la vérité ». Revenant sur la « foi primordiale » qui est toujours en amont de toute « croyance » philosophique (que ce soit celle en un « monde en soi » ou celle en un « esprit absolu »), Merleau-Ponty en vient à se demander si la spécificité de la philosophie, plutôt que d'élaborer une phénoménologie qui maintiendrait le primat du sujet, ne serait pas de maintenir une puissance d'étonnement. Dans ses notes posthumes (Le Visible et l'Invisible), l'espace et le temps apparaissent comme des « êtres à interroger », inépuisablement, et « l'interrogation comme rapport ultime à l'Être et comme organe ontologique ». Dans l'œuvre en cours, la discussion s'engageait non plus seulement avec les sciences mais aussi avec d'autres modèles de rationalité tels que la dialectique (à travers Hegel et surtout Sartre), la phénoménologie elle-même et les pensées de l'intuition (à travers Bergson).

Il s'agit moins de dépasser la dualité corps-monde que de décrire ce que Merleau-Ponty appelle « l'entrelacs – le chiasme » : une « dimension » que cherchent à traduire les notions de « visible » (de préférence à « monde ») et de « chair » (de préférence à « corps »), ou encore de « parole », nouveau lieu d'une recherche que son auteur n'a pu continuer, mais que d'autres reprendront après lui, dans la même postérité critique de Husserl ; ainsi, en France, Michel Henry, Françoise Dastur ou, à sa façon, Jacques Derrida dans La Voix et le phénomène (1967).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION, Maurice Merleau-Ponty  » est également traité dans :

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « L’énigme de l’origine des langues »  : […] La thèse de l’arbitraire du signe va néanmoins soulever une difficulté entrevue par Platon. Si aucun lien logique n’unit le mot à la chose, il a fallu des conventions entre les membres des différentes sociétés pour s’accorder sur le langage. Nous abordons ici la question insoluble de l’ origine des langues . Car, s’il a fallu des conventions, comment les hommes ont-ils pu contracter les uns avec l […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Comment la réalité doit-elle être faite pour que des signes apparaissent qui la représentent et la désignent ? Cette question était posée à partir du langage dans les philosophies antérieures : c'était le problème de la référence, et plus précisément de la référence identifiante qui, avec Strawson, conduisait hors du langage et débouchait sur la notion des particuliers de base, corps et personnes […] Lire la suite

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « Réalité et jugement »  : […] Il semble résulter des observations précédentes que la réalité est ce qui, selon tel ou tel critère, selon tel ou tel caractère, est « jugé » réel. On retrouve ici le sens et la portée du célèbre texte de Descartes, relatif aux hommes qui passent dans la rue, « à la vue desquels je ne manque pas de dire que je vois des hommes [...] et cependant que vois-je de cette fenêtre, sinon des chapeaux et d […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION, Maurice Merleau-Ponty - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-de-la-perception/