PHARMACOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Distribution d'un médicament

Distribution d'un médicament
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Courbe de décroissance plasmatique

Courbe de décroissance plasmatique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Cytopénies médicamenteuses

Cytopénies médicamenteuses
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Recherche d'une nouvelle molécule active

Recherche d'une nouvelle molécule active
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Pharmachochimie

Objectifs

La pharmacochimie, version moderne de la chimie thérapeutique (medicinal chemistry), a pour objet la conception et la synthèse de molécules à visées thérapeutiques. Elle utilise donc essentiellement la chimie organique pour ses réalisations et la pharmacologie pour déterminer, ou préciser selon les cas, les propriétés biologiques des molécules préparées. Elle s'appuie aussi, chaque fois que cela est possible, sur les mécanismes d'action physiologiques et biochimiques pour élaborer ses hypothèses.

Dans l'ancienne médecine, la notion de molécule active était inconnue ; tous les médicaments étaient des préparations empiriques (fragments, poudres, teintures ou extraits divers) d'origine minérale, animale ou végétale. Peu à peu, on a pu relier l'effet bénéfique de ces préparations à la présence de principes actifs, que les progrès de la chimie ont permis d'isoler et de caractériser, puis de reconstituer par synthèse. Le nombre de molécules synthétisées, en s'inspirant ou non de modèles naturels, a augmenté rapidement. Devant cet afflux, on a eu recours à une certaine méthodologie pour déterminer leur activité. On a alors cherché à évaluer systématiquement, in vivo et in vitro, à l'aide de « batteries » de tests pharmacologiques, les éventuelles propriétés des substances naturelles isolées et des nombreuses molécules produites par synthèse. Cette méthode, appelée criblage ou screening (qui ne sera pas développée ici), est encore largement utilisée malgré son caractère aléatoire et son faible rendement, car elle est un moyen non négligeable de découvrir de nouvelles têtes de série (fig. 4). Ces dernières sont des molécules ayant une activité biologique intéressante mais à améliorer obligatoirement par modulation moléculaire pour avoir une chance qu'elles deviennent des médicaments. Par ailleurs, des observations fortuites, par exemple cliniques, constituent parfois un point de départ : on a remarqué, lors de l'emploi de sulfamides antibactériens, que ces molécules possédaient en outre une activité d [...]

Recherche d'une nouvelle molécule active

Recherche d'une nouvelle molécule active

Dessin

Place du criblage, de la modulation moléculaire et de la conception a priori sur des bases théoriques, dans la recherche aléatoire d'une nouvelle molécule active : rôle des relations structure-activité et interrelations entre ces voies d'approche. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages


Écrit par :

  • : professeur de pharmacologie, chef du laboratoire de pharmacocinétique et toxicologie de Toulouse
  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, professeur à la faculté de médecine Broussais-Hôtel-Dieu
  • : docteur en pharmacie à l'université de Paris, docteur ès sciences physiques, membre de l'Académie nationale de pharmacie
  • : professeur honoraire de pharmacologie à la faculté de médecine de Paris-XII-Créteil, membre de l'Académie nationale de pharmacie, membre de l'Académie nationale de médecine
  • : docteur en médecine, professeur de pharmacologie clinique à la faculté de médecine et de pharmacie de Besançon
  • : responsable du centre de pharmacologie au centre hospitalier intercommunal de Créteil
  • : chef du laboratoire de pharmacologie et toxicologie au centre hospitalier intercommunal de Créteil

Classification


Autres références

«  PHARMACOLOGIE  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification pharmacologique »  : […] Adrénaline et noradrénaline exercent de nombreux effets physiologiques sur leurs tissus cibles (cf.  infra ). Ces effets sont souvent de nature opposée. Une première classification proposée par Ahlquist en 1948, sur la base de l'action relative d'une série de cinq amines sympathomimétiques, a divisé ces effets en α et β. La découverte de substances à action antagoniste spéci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_9988

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Intérêt thérapeutique »  : […] Les alcaloïdes jouent toujours un rôle important, comme principes actifs des médicaments, malgré l'essor des produits de synthèse. Ils sont utilisés soit tels quels, soit sous forme de dérivés plus actifs, mieux tolérés par l'organisme, ou manifestant des effets différents. Ils ont souvent servi de modèle pour imaginer de nouvelles molécules de synthèse. La morphine reste le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_9988

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anesthésiques locaux »  : […] Jusqu'au milieu du xx e  siècle, l'anesthésique local le plus efficace a été extrait des feuilles de la « plante divine des Incas », à savoir la coca. En 1860, à Göttingen, Albert Niemann (1834-1861) isola, à partir d'un extrait de feuilles de coca, un alcaloïde qu'il baptisa cocaïne et qui fut considéré comme un simple stimulant, voisin de la ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie/#i_9988

ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES

  • Écrit par 
  • Jacques CAEN, 
  • Jean-Luc WAUTIER
  •  • 688 mots

Les plaquettes ont un rôle dominant dans la genèse des thromboses artérielles et de l'athérosclérose, en intervenant au moins sur l'altération endothéliale ou sous-endothéliale, la prolifération des cellules musculaires lisses, ce qui a conduit à l'utilisation et à la rationalisation de médicaments capables de modifier les fonctions des plaquettes, c'est-à-dire l'adhésion à la paroi vasculaire, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiagregants-plaquettaires/#i_9988

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myocarde) et les apports de sang oxygéné réalisés par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiangoreux/#i_9988

ANTIARYTHMIQUES

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 368 mots

Par définition, les médicaments antiarythmiques sont des substances susceptibles de prévenir ou de réduire un trouble du rythme cardiaque. Ces médicaments sont nombreux, leurs structures biochimiques très différentes, leurs classifications pharmacologiques diverses, mais tous se caractérisent par une toxicité potentielle capable de réduire, à faibles doses, l'activité d'un groupe cellulaire respon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiarythmiques/#i_9988

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 938 mots
  •  • 5 médias

Selon la définition donnée par S. A. Waksman, en 1941, un antibiotique est une substance produite par un micro-organisme et qui a le pouvoir d'inhiber la croissance d'autres micro-organismes et même de les détruire. L'antibiose est donc le fait que la prolifération d'une première espèce microbienne puisse être mise en échec par une seconde espèce. Celle-ci élabore à cet effet des substances nuisib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antibiotiques/#i_9988

ANTIBIOTIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 471 mots

1903 Découverte du Trypan Röd (premier antibiotique anti-parasitaire) par Paul Ehrlich (1854-1915). 1909 Découverte du Salvarsan (606), puissant anti-syphilitique par Paul Ehrlich. 1921 Synthèse du Stovarsol (anti-microbien peu toxique dérivé de l'arsenic) par Ernest Fourneau (1872-1949). 1928 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antibiotiques-reperes-chronologiques/#i_9988

ANTICOAGULANTS

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 1 830 mots
  •  • 3 médias

Le terme anticoagulant désigne un ensemble de molécules dont l’administration vise à stopper ou réduire la coagulation du sang. La coagulation du sang survient naturellement lors de la lésion de la paroi de vaisseaux sanguins et tend à stopper ou réduire l’hémorragie. Elle survient également dans de nombreuses situations pathologiques. Les anticoagulants sont administrés depuis plusieurs décenni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticoagulants/#i_9988

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antihormones/#i_9988

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Intérêt thérapeutique »  : […] Le métal est toxique à forte dose : il provoque alors une intoxication aiguë se traduisant par des vomissements et des diarrhées (syndrome cholériforme = choléra stibié). Les composés minéraux, très utilisés au xvii e  siècle, sont à peu près abandonnés, sauf le trichlorure SbCl 3 obtenu par l'action de l'acide chlorhydrique sur la stibine. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_9988

ANXIOLYTIQUES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 521 mots
  •  • 1 média

Par opposition aux tranquillisants majeurs ou neuroleptiques dont les indications thérapeutiques sont différentes, les anxiolytiques ou tranquillisants mineurs forment un groupe de produits vaste et hétérogène. Ces médicaments agissent principalement dans l'anxiété névrotique ou réactionnelle sur laquelle ils produisent une réduction du symptôme anxieux et une diminution des manifestations concom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiolytiques/#i_9988

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Intérêt biologique de l'arsenic et de ses composés »  : […] Le trioxyde est extrêmement toxique, la dose létale étant de l'ordre de 0,1 gramme. De très nombreux autres composés arsenicaux, triou pentavalents, peuvent être absorbés par l'organisme soit au niveau de la peau, soit par la paroi intestinale. L'excrétion est toujours lente et se fait presque uniquement par la voie urinaire. En cas d'absorption prolongée de produits arsenicaux, par intoxication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/#i_9988

ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BRAM, 
  • Universalis
  •  • 803 mots
  •  • 4 médias

Si l'histoire du produit chimique remonte à 1853, lorsque le chimiste français Charles Gerhardt (1816-1856) synthétise l'acide acétylsalicylique , l'histoire de son principe actif est ancienne. Le papyrus d'Ebers (environ 3600 B.P.) mentionne déjà l'action des extraits de saule contre la fièvre, pratique retrouvée dans tout l'Occident . Le principe actif contenu dans les extraits de saule, la sali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-acide-acetylsalicylique/#i_9988

ASPIRINE ET CANCER

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 061 mots
  •  • 1 média

Médicament plus que centenaire , l'aspirine a connu une deuxième jeunesse après la découverte de son effet antiagrégant plaquettaire, qui en a fait l'un des piliers de la prévention des accidents cardio-vasculaires. Un nouveau champ d'application, tout aussi vaste, semble sur le point de s'ouvrir depuis quelques années, avec la publication de plusieurs études indiquant qu'elle diminuerait le risq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-et-cancer/#i_9988

ATROPINE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Substance cristalline, toxique, appartenant à la classe des alcaloïdes. On l'obtient à partir de la L-hyociamine qui est un composant de plantes de la famille des Solanaceae telles que la belladone ( Atropa ), la jusquiame et le datura. Elle est très soluble dans l'eau. Elle forme une série de sels bien cristallisés, parmi lesquels le sulfate est le plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atropine/#i_9988

AUTOMÉDICATION

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 560 mots

Dans son sens strict, le terme automédication signifie utiliser des médicaments sans ordonnance. Dans ce cas, le malade fait lui-même le diagnostic de sa maladie et établit lui-même la prescription, choisissant son médicament et sa posologie. Mais l'automédication concerne aussi dans un sens plus large le fait, pour un patient, de modifier la prescription établie par le médecin soit dans la dose, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automedication/#i_9988

AXELROD JULIUS (1912-2004)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 854 mots

Biochimiste et pharmacologue américain, Julius Axelrod a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1970 pour ses travaux fondamentaux sur les neurotransmetteurs, qui ont permis de mieux comprendre la physiologie du système nerveux central et qui ont été à l'origine du développement de nouveaux médicaments. Collégien aux résultats moyens, Axelrod, né à New York en 1912, se voit refuser l'acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-axelrod/#i_9988

BACLOFÈNE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 782 mots
  •  • 1 média

Le baclofène est un dérivé aromatique chloré de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), un transmetteur du système nerveux central. Par un mécanisme encore inconnu, il active le récepteur B du GABA et bloque ou ralentit les réflexes moteurs de la moelle épinière. Il est utilisé depuis 1974 comme myorelaxant, en particulier lors des contractures de la sclérose en plaques et lors d’AVC. Il connaît de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baclofene/#i_9988

BELLADONE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 376 mots

De la famille des solanacées, la belladone ( Atropa belladona ) est une plante annuelle, vivace, pouvant atteindre un mètre de hauteur. On en utilise les feuilles, cueillies au moment de la floraison car la teneur en principes actifs y est la plus forte, ainsi que la racine, ramassée en automne pour les mêmes raisons. Ses principes actifs étant des alcaloïdes très toxiques, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belladone/#i_9988

BÊTABLOQUANTS

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 812 mots

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beta-bloquants/#i_9988

BISMUTH

  • Écrit par 
  • Anne-Marie TRISTANT
  •  • 2 944 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Emplois thérapeutiques »  : […] Le bismuth, dont la toxicité rappelle celle du mercure et de l'arsenic, avec une prédominance rénale, est administré sous forme de composés insolubles dans l'eau. Ces sels insolubles constituent de remarquables pansements externes ou internes. Leur composition étant, le plus souvent, définie par leur préparation, il convient de multiplier les contrôles des produits finis pour être certain de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bismuth/#i_9988

BLACK JAMES (1924-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 522 mots
  •  • 1 média

Le pharmacologue britannique James Black a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1988 (conjointement à George Hitchings et Gertrude Elion), pour la découverte de deux médicaments importants, le propranolol et la cimétidine. James Whyte Black est né le 14 juin 1924 à Uddingston, en Écosse. Il termine ses études de médecine à l'université de Saint Andrews en 1946. Il enseigne dans différe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-black/#i_9988

BOVET DANIEL (1907-1992)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Universalis
  •  • 469 mots

Pharmacologue italien d'origine helvétique. Né en Suisse à Neuchâtel, il étudie à Genève où il devient assistant d'anatomie comparée à l'université de cette ville ; après son doctorat ès sciences en 1929, il entre comme assistant (puis en 1937 comme chef de laboratoire), au laboratoire de chimie thérapeutique de l'Institut Pasteur de Paris et prend part aux travaux de l'équipe de savants groupés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-bovet/#i_9988

BROMOCRIPTINE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 720 mots

Autre nom du mésylate de 2-bromo-α-ergocryptine, la bromocriptine est un alcaloïde semi-synthétique de la série des 9-10 ergopeptides, c'est-à-dire des peptides de l'ergot de seigle, inscrite au tableau A. L'introduction d'un atome de brome en position 2 sur l'acide lysergique a ajouté aux propriétés pharmacologiques de la molécule celle d'inhiber la sécrétion de prolactine, ce qui a pour conséque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bromocriptine/#i_9988

CANNABINOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE, 
  • Eleni TZAVARA
  •  • 2 330 mots

Dans le chapitre « Recherches pharmaceutiques : vers une utilisation thérapeutique des cannabinoïdes ? »  : […] Bien que de nombreux travaux chez l'animal et de nombreux rapports chez l'homme suggèrent des applications thérapeutiques possibles pour les cannabinoïdes comme analgésique, antiémétique, antiglaucomateux, on compte très peu d'indications cliniques d'utilisation des cannabinoïdes dans les différentes pharmacopées. Cela, tout d'abord à cause de leurs effets psychotropes indésirables, mais aussi par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cannabinoides/#i_9988

CARLSSON ARVID (1923-2018)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 290 mots

pharmacologue suédois Arvid Carlsson a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2000 (conjointement à Paul Greengard et Eric Kandel), pour avoir démontré que la dopamine est un neurotransmetteur important dans le cerveau. Né le 25 janvier 1923 à Uppsala, en Suède, Arvid Carlsson termine ses études de médecine en 1951, à l'université de Lund, où il enseigne jusqu'en 1959, avant de devenir p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arvid-carlsson/#i_9988

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La chimie et les secteurs socio-économiques »  : […] Si la chimie a comme but essentiel d'améliorer les connaissances à l'intérieur de son domaine propre et de favoriser l'expansion de l'industrie chimique, elle intervient également dans la résolution de problèmes socio-économiques importants. Elle joue en effet un grand rôle dans le domaine de l' énergie : d'abord, en tentant de mettre au point des procédés plus économiques pour l'industrie chimiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_9988

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie pharmaceutique »  : […] Carrefour de problèmes sociaux, éthiques, économiques, scientifiques et technologiques, la branche constituée par la chimie pharmaceutique est a priori passionnante. Elle a souffert, durant les années 1990, de la vague de fusions dans l'industrie pharmaceutique et d'un pilotage par les résultats financiers, qui s'est substitué au pilotage par la recherche. En conséquence, des chercheurs parmi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_9988

CHIMIE COMBINATOIRE

  • Écrit par 
  • Rebecca POULAIN, 
  • André TARTAR
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

La première étape de la découverte d'un médicament consiste souvent à tester systématiquement de grandes collections de composés chimiques différents. Afin de pouvoir alimenter en molécules les robots de criblage biologique de plus en plus performants, les chimistes ont imaginé de préparer systématiquement toutes les combinaisons possibles de séries de réactifs (10 réactifs de type A réagissant av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-combinatoire/#i_9988

CHIMIOTHÉRAPIE ANTIBACTÉRIENNE

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 230 mots

En 1927, la firme pharmaceutique allemande I.G. Farben recrute Gerhard Domagk (1895-1964), avec un objectif : trouver un médicament anti-infectieux pouvant être administré par voie générale. Parmi les produits candidats, remarqués par Domagk, figure un colorant azoïque, la chrysoïdine, étudiée dès 1913 par P. Eisenberg. L'idée lui vient de greffer un radical sulfamide (SO 2 -NH 2 ) à ce colorant a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimiotherapie-antibacterienne/#i_9988

CICLOSPORINE ou CYCLOSPORINE

  • Écrit par 
  • Jean-François BOREL, 
  • Universalis
  •  • 795 mots
  •  • 1 média

Les progrès réalisés par les techniques chirurgicales de greffes d'organes dans les années 1970 ont suscité des besoins impérieux en matière de traitements immunosuppresseurs. Après transplantation rénale, le taux global de survie du greffon à un an atteignait alors à peine 50 p. 100. Quant aux autres greffes d'organes (par exemple, le cœur, le foie et le pancréas), les résultats en étaient si dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciclosporine-cyclosporine/#i_9988

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Pharmacologie de l'appareil circulatoire »  : […] La pharmacologie du système cardio-vasculaire concerne surtout les médicaments à action prédominante sur le cœur et les vaisseaux. Comme le système cardio-vasculaire est sous l'influence constante du système neurovégétatif, les drogues perturbant celui-ci ont un intérêt considérable. Pendant longtemps, des limitations techniques ne permirent de mesurer que la pression artérielle moyenne. La pharm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_9988

CLOFIBRATES

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 1 071 mots

Médicaments dérivés d'un principe actif, l'acide chlorophénoxyisobutyrique, les clofibrates sont utilisés dans le traitement de certaines hyperlipidémies. Leurs mécanismes d'action sont multiples. Ils diminuent le taux de lipoprotéines de très basse densité (VLDL) en inhibant leur synthèse et/ou leur sécrétion par le foie. Ils sont beaucoup moins efficaces sur le taux de cho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clofibrates/#i_9988

COCAÏNE

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 672 mots
  •  • 1 média

L' Erythroxylon coca (famille des Linacées), cultivée surtout en Amérique du Sud d'où la plante est originaire, produit la cocaïne au niveau des feuilles par transformation de l'ornithine. Les racines paraissent totalement dépourvues d'alcaloïde. La teneur en alcaloïde varie selon les échantillons et, en particulier, selon l'âge des feuilles récoltées, de cinq à vingt gramm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cocaine/#i_9988

CODÉINE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Alcaloïde naturel constituant de l'opium, la codéine, ou méthylmorphine, dérive de la morphine par méthylation. Elle est utilisée en médecine comme anti-tussif et comme analgésique, mais cette dernière action est six à sept fois plus faible que celle de la morphine. La codéine est administrée par voie orale en sirops contre la toux ; elle a des effets antispasmodiques et sédatifs. Elle est aussi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/codeine/#i_9988

COLLYRES

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 139 mots

Préparations pharmaceutiques liquides qu'on instille dans le cul-de-sac conjonctival et qui sont destinées au traitement des affections des yeux. Le support est en principe constitué par un soluté minéral isotonique aux larmes. Additionné d'antiseptiques faibles (acide borique), ce liquide peut être utilisé couramment pour nettoyer les culs-de-sac conjonctivaux et les voies lacrymales, à des fins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collyres/#i_9988

CRIBLAGE, pharmacochimie

  • Écrit par 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 671 mots

Lorsqu'il n'est pas suivi d'un qualificatif, le terme « criblage » désigne en pharmacologie, selon l'usage courant, le criblage général . Il s'agit d'une méthode d'investigation permettant d'effectuer un tri (en anglais, screening ) parmi des substances naturelles ou synthétiques dont on ignore les propriétés pharmacologiques éventuelles, dans la perspec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/criblage-pharmacochimie/#i_9988

DAKIN LIQUEUR DE

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 053 mots

Les premiers mois de la Grande Guerre firent la démonstration de la gravité sans précédent des blessures provoquées par l’armement moderne. Phénomène nouveau : sous l’effet des projectiles d’artillerie la grande majorité des plaies étaient infectées par des éclats d’obus, billes de shrapnels, débris de vêtements ou de terre… Gangrène gazeuse, tétanos et septicémies étaient à l’origine d’une mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liqueur-de-dakin/#i_9988

DIGITALINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 417 mots

De formule chimique brute C 41 H 64 O 13 , la digitaline, utilisée en pharmacopée (tableau A) comme cardiotonique, est un hétéroside très toxique extrait des feuilles de la digitale pourprée ( Digitalis purpurea ) et de la digitale laineuse ( Digitalis lanata ), de la famille des Scrofulariacées. La digitale pourprée pousse en terrain siliceux dans les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/digitaline/#i_9988

DIOSCORIDE PEDANIUS (40 env.-env. 90)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 277 mots

Né en Cilicie, à Anazarbe, ce Grec d'Asie Mineure étudia la médecine à Alexandrie puis à Athènes où il fut l'élève de Théophraste. Venu à Rome, il devint médecin militaire des légions sous Néron et parcourut, entre 54 et 68, une grande partie de l'Europe, mettant à profit ses voyages pour approfondir ses connaissances cliniques et botaniques ; il en tira les éléments d'un ouvrage qui est la premiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dioscoride-pedanius/#i_9988

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 238 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés pharmacologiques secondaires »  : […] Ce sont des médicaments puissants et dont le maniement, en raison des effets secondaires, est particulièrement délicat. –  Action antihypertensive . Les diurétiques abaissent la pression artérielle de l'individu hypertendu. On a d'abord attribué cette action à la réduction de la masse sanguine, diminuant le retour veineux et le débit cardiaque, et il semble bien que dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diurese/#i_9988

DOMAGK GERHARD (1895-1964)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 385 mots

Biochimiste allemand né à Lagow (Brandebourg) et mort à Burgberg (Forêt-Noire). Après avoir terminé à l'université de Kiel ses études médicales interrompues par la Première Guerre mondiale, Gerhard Domagk y obtient en 1921 son diplôme de médecin. Il est nommé en 1924 chargé de cours en pathologie à l'université de Greifswald, puis à celle de Münster. Parallèlement à sa carrière dans l'industrie, D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerhard-domagk/#i_9988

EHRLICH PAUL (1854-1915)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Savant allemand , prix Nobel de médecine (1908), qui a largement contribué à la naissance ou au développement de nombreuses disciplines biologiques telles que l'hématologie, l'immunologie, la chimiothérapie, la pharmacologie et la cancérologie. Né en Silésie, neveu d'un fabricant de matières colorantes, Paul Ehrlich mène des études médicales à Breslau, à Strasbourg, à Leipzig et les termine à Bres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ehrlich/#i_9988

ELION GERTRUDE BELLE (1918-1999)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 363 mots

Gertrude B. Elion a joué un grand rôle dans les progrès des sciences pharmacologiques aux États-Unis. Née à New York d'un père dentiste émigré lituanien, elle a vu ses études bouleversées par les difficultés engendrées par la grande crise économique de 1929. Avec une rare ténacité, elle a réussi malgré tout à terminer ses études de chimie, ce qui lui a permis d'accéder aux laboratoires de la firm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gertrude-belle-elion/#i_9988

ÉMÉTINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 329 mots

De formule brute C 29 H 40 O 4 N 2 , l'émétine a été isolée en 1817 par Pelletier et Magendie des racines et du rhizome de différents ipécas ( Ipecacuanha ), plantes de la famille des rubiacées. C'est le principal alcaloïde des ipécas, qui contiennent aussi de la céphéline, de la psychotrine, de l'émétamine et de l'horthométhylpsychotrine. On isole l'émétine par le procédé He […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emetine/#i_9988

ÉPHÉDRINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 426 mots

De formule brute C 10 H 15 ON, l'éphédrine est un alcaloïde extrait des rameaux de plantes de la famille des gnétacées, les éphédras, dont il existe de nombreuses variétés ; celles de Chine, du Tibet et du Pakistan sont les plus employées ; elles poussent généralement à l'état sauvage dans ces régions. Pour extraire l'éphédrine, qui représente 1,8 p. 100 de tous les alcaloïdes (y compris la noréph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephedrine/#i_9988

ÉSÉRINE ou PHYSOSTIGMINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 414 mots

Alcaloïde de formule brute C 15 H 21 O 2 N 3 , extrait de la fève de Calabar ( Physostigma venenosum ), plante de la famille des légumineuses qui se développe de façon sauvage en Afrique, dans la région du Niger. On l'appelle également, évoquant le nom scientifique de la plante, physostigmine . Outre l'ésérine, on isole aussi de cette plante d'autres alc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eserine-physostigmine/#i_9988

FIBRATES

  • Écrit par 
  • Patrick DURIEZ, 
  • Jean-Charles FRUCHART
  •  • 458 mots

Le prix Galien 1999 a récompensé les recherches sur les fibrates, conduites à l'Institut Pasteur de Lille, département d'athérosclérose (I.N.S.E.R.M. U325), par J.-C. Fruchart et ses collaborateurs. Les fibrates sont des médicaments utilisés depuis le milieu des années 1970 pour traiter les dyslipoprotéinémies, c'est-à-dire les anomalies des lipoprotéines nécessaires au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fibrates/#i_9988

FOURNEAU ERNEST FRANÇOIS (1872-1949)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 545 mots

Pharmacologue français, né à Biarritz, Fourneau poursuit à Bayonne de brillantes études et entre à la faculté de pharmacie de Paris, dont il est diplômé en 1898 ; il passe trois ans en Allemagne, auprès des meilleurs chimistes germaniques, et, à son retour en France (1901), constatant le peu d'intérêt des Français pour la chimie appliquée à la médecine, persuade les frères Poulenc d'ouvrir un labo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-francois-fourneau/#i_9988

GNF6702, INHIBITEUR DE PROTÉASOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 990 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La recherche d’un antiparasitaire à spectre large »  : […] Ces maladies négligées nécessitent soit un investissement très lourd, soit une approche nouvelle à moindre coût en matière de pharmacologie. Parmi les pistes en cours d’exploration, celle publiée en août 2016 par les laboratoires Novartis aux États-Unis et le Wellcome Trust en Écosse est particulièrement intéressante : la molécule synthétisée par GlaxoSmithKline, étudiée au sein de ces deux labor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnf6702-inhibiteur-de-proteasomes/#i_9988

GYMNOSPERMES

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 005 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Usages des Gymnospermes »  : […] Les utilisations des Gymnospermes sont liées principalement à l’exploitation du bois pour la construction ou le mobilier (pin, sapin, cèdre ou encore séquoia), ainsi qu’à leur utilisation comme arbres ou arbustes d’ornement dans les villes ( Cycas , Ginkgo ), les jardins ( Thuja , Chamaecyparis , if). Certaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gymnospermes/#i_9988

HALPERN BERNARD (1904-1978)

  • Écrit par 
  • Panayotis LIACOPOULOS
  •  • 809 mots

Médecin français, Bernard Halpern a inauguré la thérapeutique rationnelle des maladies allergiques par la découverte du premier antihistaminique utilisable chez l'homme. Né à Tarnos-Rude (Ukraine) dans une famille juive, déporté à l'âge de onze ans avec sa famille en Sibérie, libéré par la révolution de 1917, Halpern part bientôt pour la Pologne, où il fait un bref séjour, puis vient en France en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-halpern/#i_9988

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

L'histamine, tout comme l'adrénaline, l'acétylcholine, la 5-hydroxytryptamine, appartient à une série de substances pharmacologiques emmagasinées dans les cellules vivantes et dotées à la fois d'une puissante activité et d'une grande toxicité. L'histamine possède certainement dans les conditions normales, une fonction régulatrice de la vasomotricité ; mais ses effets se manifestent plus particuli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_9988

HITCHINGS GEORGE (1905-1998)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 307 mots

Pharmacologue britannique, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1988 (conjointement à Gertrude Elion et James Black), pour le développement de médicaments devenus essentiels pour le traitement de plusieurs maladies majeures. George Herbert Hitchings est né le 18 avril 1905 à Hoquiam (État de Washington). Après des études à l'université de Washington, il obtient un doctorat en biochimie à l'uni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-hitchings/#i_9988

HORDÉNINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 256 mots

Alcaloïde, dont la formule brute est C 10 H 15 ON, extrait des touraillons d'orge (germes d'orge séparés du malt des brasseries). Il s'agit de l'orge Hordenum vulgare , de la famille des graminées. Léger remarqua que les infusions de touraillons d'orge donnaient des résultats satisfaisants quand on les utilisait pour le traitement de la diarrhée. Le docteur Roux observa lui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hordenine/#i_9988

IATROGÈNE PATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 1 005 mots

Ce sont les états pathologiques liés à l'administration d'un médicament quand ce dernier est donné dans la bonne indication, à la bonne posologie, et qu'il a été correctement pris par le malade, c'est-à-dire en dehors de toute erreur thérapeutique. Cela souligne le caractère inévitablement agressif à des degrés divers de la plupart des médicaments. On estime que 20 p. 100 des individus qui prennen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pathologie-iatrogene/#i_9988

JANSSEN PAUL (1926-2003)

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 906 mots

Paul Janssen a mené une exceptionnelle carrière de chercheur et d'industriel, toute dévouée à la découverte d'innombrables médicaments. Il est né à Turnhout (Belgique) à proximité d'Anvers, le 12 septembre 1926, dans une famille d'origine paysanne de laquelle avait émergé son père, Constant, qui avait ouvert, au milieu des années 1920, un cabinet médical florissant. À l'occasion d'un voyage à Vien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-janssen/#i_9988

KELSEY FRANCES (1914-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 366 mots
  •  • 1 média

Frances Oldham Kelsey , médecin, est connue pour avoir empêché, en 1960, alors qu’elle était experte médicale pour la Food and Drug Administration (F.D.A.), la mise sur le marché de la thalidomide, un sédatif, permettant ainsi d’éviter une épidémie de malformations à la naissance. Le médicament était alors largement utilisé en Europe, comme somnifère et pour soulager les nausées matinales chez la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frances-kelsey/#i_9988

LÉMERY NICOLAS (1645-1715)

  • Écrit par 
  • Jonathan SIMON
  •  • 668 mots
  •  • 1 média

Chimiste et apothicaire de métier, devenu tardivement médecin, le Français Nicolas Lémery a marqué l’histoire de la chimie pour avoir tenté d’appliquer une approche corpusculaire (la théorie corpusculaire soutient que la matière est composée de petites particules dont la forme est responsable des propriétés physiques et chimiques de la substance) à cette science alors balbutiante. Le livre qu’il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-lemery/#i_9988

MAGENDIE FRANÇOIS (1783-1855)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 670 mots

Médecin français, un des pionniers de la physiologie expérimentale. Son père, chirurgien renommé de Bordeaux, vient à Paris avec son fils au début de la Révolution ; mais, passionné par les idées nouvelles, il ne s'occupe guère de l'éducation de l'enfant. Celui-ci est assez brillant pour entreprendre ses études médicales à seize ans et faire partie, à dix-neuf ans, de la seconde promotion de l'int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-magendie/#i_9988

MAGENDIE (F.) ET L'EXPÉRIMENTATION PHARMACOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 230 mots

François Magendie (1783-1855) est à l'origine de la pratique expérimentale en médecine. Il exploite les principes de la physique et de la chimie comme bases de la compréhension des phénomènes physiologiques, se proposant ainsi de lutter contre l'empirisme. Outre l'intérêt qu'il porte à la neurophysiologie, ses principaux travaux portent sur la toxicologie et la pharmacologie expérimentales. Il sig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magendie-f-et-l-experimentation-pharmacologique/#i_9988

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre «  Les progrès de la thérapeutique »  : […] Les principales acquisitions pratiques de la médecine moderne ont porté sur les moyens de traitements. Très en retard sur les autres branches, la thérapeutique a en effet pris à partir du xix e  siècle un essor prodigieux qui a mis définitivement fin à un empirisme millénaire. Ces progrès ont été favorisés par la mise au point de procédés d'extrac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_9988

MÉDICAMENTS

  • Écrit par 
  • Paul-Étienne BARRAL, 
  • Hélène MOYSE, 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  • , Universalis
  •  • 9 748 mots
  •  • 4 médias

Le médicament, comme la médecine, semble aussi vieux que l'humanité. On en trouve trace dans les civilisations les plus anciennes. Depuis les temps les plus reculés, l'homme a cherché dans la nature non seulement sa nourriture, mais des remèdes pour soulager ou guérir ses maux, et a appris à discerner les poisons. Jusqu'à une période relativement récente, les médicaments ont été uniquement naturel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medicaments/#i_9988

MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 688 mots

Dans le chapitre « Validité des génériques »  : […] L'article L 601-6 du Code de la santé publique français donne une définition précise du générique : un médicament qui a la même composition qualitative et quantitative en principes actifs que le produit de référence, la même forme pharmaceutique, et qui est bioéquivalent du produit de référence, ce qui signifie que son absorption et sa distribution dans l'organisme doivent être identiques à celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medicaments-generiques/#i_9988

MORPHINE

  • Écrit par 
  • Hélène MOYSE, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  •  • 2 111 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Emplois thérapeutiques »  : […] La morphine est employée en médecine sous forme de ses sels ; ainsi le chlorhydrate est officinal en France (tableau B : prescription réglementée avec utilisation d’un carnet à souches) et utilisé sous forme de soluté injectable à 1 ou 2 p. 100 (doses maximales 0,02-0,05 g). Médicament de la douleur, elle est administrée au cours des coliques hépatiques et néphrétiques, chez les grands opérés, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphine/#i_9988

MUSCARINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Alcaloïde, de formule brute C 9 H 21 O 2 N, que l'on trouve dans divers champignons supérieurs comme l'amanite tue-mouches ( Amanita muscaria ), l'amanite panthère ( Amanita pantherina ) et les inocybes. Ces champignons poussent dans les régions tempérées et sont responsables chaque année de nombreuses intoxications. S'ils ne sont pas mortels, ils sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscarine/#i_9988

NANOPARTICULES

  • Écrit par 
  • Pierre-Gilles DE GENNES, 
  • Madeleine VEYSSIÉ
  •  • 1 980 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Quel avenir pour les nanoparticules ? »  : […] Les nano-objets se prêtent à des applications fort variées. Certaines sont déjà opérationnelles : les revêtements à propriétés optiques contrôlables et les ferrofluides. Dans le domaine des matériaux, on peut modifier de façon contrôlée les caractéristiques mécaniques d'un pneu ou d'une matière plastique par des nano-inclusions. Des perspectives plus originales encore se dessinent en biologie et e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanoparticules/#i_9988

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Modulations de la neurotransmission chimique »  : […] Le processus de la neurotransmission évolue au cours du temps, de sorte qu'un potentiel d'action bien défini au niveau présynaptique ne donne pas toujours la même réponse postsynaptique. En effet toutes les étapes biochimiques de la neurotransmission (entrée de calcium, libération du neurotransmetteur, liaison du neurotransmetteur à son récepteur, efficacité du récepteur et inactivation du neurot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_9988

OPIOÏDES

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES
  •  • 3 138 mots
  •  • 4 médias

La démarche intellectuelle et la méthodologie qui ont abouti à la découverte des récepteurs morphiniques d'une part, et, par voie de conséquence, à celle des peptides opiacés ou opioïdes, d'autre part, représentent un modèle exemplaire des recherches effectuées en neuropharmacologie moléculaire. Entre 1971 et 1973, plusieurs équipes de chercheurs découvraient la présence dans le cerveau de récept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opioides/#i_9988

OPIUM

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 006 mots
  •  • 1 média

Drogue narcotique, traditionnellement classée parmi les stupéfiants ( euphorica de Lewin, psychodysleptiques de Delay et Deniker), extraite du pavot ( Papaver somniferum ). Le fruit de cette plante est une capsule ovoïde qui exsude, après incision, un latex blanc et riche en alcaloïdes. Le latex, recueilli à l'aide d'un racloir, est séché et bruni au so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opium/#i_9988

OUABAÏNE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 449 mots

Hétéroside cardiotonique de formule brute C 29 H 44 O 12 extrait pour la première fois par Arnaud en 1888 de lianes et des racines d'un arbre qui pousse en Abyssinie, l'ouabaïo, Acokanthera ouabaio , de la famille des apocynacées. L'ouabaïne (ou G-strophantine) se trouve aussi dans les graines d'autres apocynacées comme le Strophantus gratus. Ses propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouabaine/#i_9988

PAPAVÉRINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 306 mots

Alcaloïde de formule brute C 20 H 21 O 4 N, que l'on trouve en faible quantité dans l'opium (environ 0,01 p. 100 des alcaloïdes totaux de celui-ci) extrait d'une variété de pavot, Papaver somniferum , de la famille des papavéracées. Produit très toxique, elle appartient au tableau A de la pharmacopée. La papavérine est extraite du latex desséché (obtenu par incision des capsu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papaverine/#i_9988

PHARMACOCINÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 619 mots

La partie de la pharmacologie qui étudie, en fonction du temps, le devenir d'une substance après son introduction dans un organisme vivant porte le nom de pharmacocinétique. Cette destinée comporte essentiellement quatre phases : l'absorption ou résorption, la distribution, les biotransformations ou métabolisme, et l'élimination, qui peuvent être, en partie ou en totalité, fonction de la voie d'ad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacocinetique/#i_9988

PHARMACODÉPENDANCE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 1 249 mots
  •  • 2 médias

Le phénomène de dépendance d'un individu vis-à-vis d'un médicament a été dénommé pharmacodépendance par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.), qui en a donné la définition, internationalement admise, suivante : « État psychique et quelquefois également physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et un médicament, se caractérisant par des modifications du comportement et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacodependance/#i_9988

PHARMACORÉCEPTEURS, biochimie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 595 mots
  •  • 1 média

Notion introduite pour la première fois par J. N. Langley et P. Ehrlich à propos de l'action d'une drogue. Langley observa, en effet, en 1909, que la nicotine, qui est un excitant ganglionnaire, provoquait une réponse quand on l'appliquait localement sur certaines parties du tissu musculaire et que son effet persistait même après dénervation du muscle. Il en conclut qu'il existait, en des points […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacorecepteurs-biochimie/#i_9988

PILOCARPINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 372 mots

De formule brute C 11 H 16 O 2 N 2 , la pilocarpine est un alcaloïde extrait des feuilles de jaborandi, Pilocarpus microphyllus , de la famille des rutacées. C'est un arbuste grêle, à petites feuilles, qui se trouve à l'état sauvage au Brésil. Il existe de nombreux procédés pour extraire cet alcaloïde ; le plus connu est le procédé Hardy : il consiste à épuiser les feuilles ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pilocarpine/#i_9988

PLACEBO

  • Écrit par 
  • Francis MARTENS
  •  • 1 225 mots

Produit sans activité pharmacologique mais présenté de façon identique au produit actif, ce qui permet de tester la validité de ce dernier dans un essai thérapeutique. Il n'est pas rare qu'un malade se voie soulagé de ses douleurs ou bénéficie d'un sommeil réparateur après avoir pris un comprimé de sucre, de lactose, voire de mie de pain, prescrit par un soignant et revêtu, pour la circonstance, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placebo/#i_9988

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 774 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Plantes médicinales et aromatiques »  : […] De nombreuses plantes synthétisent des substances chimiquement actives (appelées métabolites secondaires) qui leur permettent notamment de se défendre contre leurs agresseurs. Ces molécules sont très exploitées par l’homme en médecine, en parfumerie et en cuisine. Les plantes vénéneuses sont sources de poisons, molécules à effets premiers toxiques ; mais ces dernières ont des propriétés pharmacol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_9988

POTIER PIERRE (1934-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 832 mots

Pierre Potier, éminent chimiste français né à Bois-Colombes le 22 août 1934, est mort à Paris le 3 février 2006. À la suite du divorce de ses parents, enfant unique, il ne connut pas son père. Son beau-père, qu'il qualifiait de père nourricier, polyglotte et horloger, lui donna le goût des langues et celui des montres, cartels et horloges, dont il devait devenir un collectionneur averti. Ses étud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-potier/#i_9988

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2017

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 442 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été attribué en 2017 à trois scientifiques américains , Jeffrey C. Hall , Michael Rosbash et Michael W. Young pour « leurs découvertes des mécanismes moléculaires qui règlent le rythme circadien ». L’assemblée Nobel résume ainsi leurs recherches : depuis longtemps, on sait que tous les organismes vivants, y compris les humains, possèdent une horloge bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2017/#i_9988

PRODROGUE, angl. PRO-DRUG

  • Écrit par 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 375 mots

Le terme de prodrogue serait la traduction du mot anglo-saxon prodrug , qui lui est préféré dans tous les textes, y compris ceux qui sont rédigés en français. Cette préférence résulte de la différence entre les acceptions de drug , qui est l'équivalent de médicament, et de drogue, qui s'utilise à la fois dans le vocabulaire toxicomanique et dans la pharm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prodrogue-pro-drug/#i_9988

PROGESTATIFS

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 586 mots

Sous le terme de progestatifs on regroupe l'hormone naturelle, la progestérone , et toutes les molécules artificielles capables d'induire à des degrés divers des réponses biologiques. La progestérone est l'un des intermédiaires possibles de la biosynthèse des hormones stéroïdes des mammifères : c'est aussi le stade ultime de la biosynthèse stéroïdienne au niveau du corps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progestatifs/#i_9988

PRUSOFF WILLIAM HERMAN (1920-2011)

  • Écrit par 
  • Kara ROGERS
  • , Universalis
  •  • 362 mots

Le pharmacologue américain William Prusoff développa le premier antiviral approuvé aux États-Unis par la Food and Drug Administration (F.D.A., agence américaine autorisant la mise sur le marché des médicaments). Cette première molécule, l'idoxuridine, permettait de traiter des kératites (infections de la cornée) dues au virus de l'herpès et pouvant provoquer la cécité chez l'enfant. Prusoff mit é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-herman-prusoff/#i_9988

PSYCHOPHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DENIKER
  •  • 4 806 mots
  •  • 7 médias

Discipline moderne, la psychopharmacologie est la science des agents chimiques capables d'influer sur l'état mental et sur le comportement. Elle comprend notamment l'étude des médicaments et des drogues susceptibles de réduire les désordres psychiques ou, au contraire, de les produire. Son individualisation date des années 1950. Sa dénomination date de 1956 et la fondation de la première société s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/#i_9988

QUINIDINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 410 mots

Alcaloïde de formule brute C 20 H 24 O 2 N 2 , extrait de l'écorce de divers quinquinas ( Cinchona ), plantes de la famille des rubiacées ; ce sont de petits arbustes découverts à l'état sauvage en Amérique du Sud, plus particulièrement dans la cordillère des Andes, et cultivés de nos jours sous des climats tropicaux chauds et humides. Pour extraire les nombreux alcaloïdes co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinidine/#i_9988

QUININE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 106 mots
  •  • 2 médias

Isolée pour la première fois en 1820, la quinine est, après la morphine et l’émétine, un des premiers alcaloïdes à usage thérapeutique extraits de plantes. Cette substance a dominé le traitement et la prévention du paludisme jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinine/#i_9988

RÉSISTANCE BACTÉRIENNE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 774 mots

L'activité d'un antibiotique sur une souche bactérienne peut être évaluée par une donnée mesurable, caractéristique de la souche, que l'on appelle « concentration minimale inhibitrice » (C.M.I.) : c'est la plus faible concentration de l'antibiotique capable d'inhiber, in vitro , la croissance de cette bactérie. Cette donnée permet de définir la résistance bactérienne et a l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resistance-bacterienne/#i_9988

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pharmacologie

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 1 518 mots
  •  • 1 média

Les médicaments utilisés chez l'homme dans le traitement des maladies de l'appareil respiratoire appartiennent à des séries pharmacologiques variées. Il paraît en conséquence logique de les grouper suivant le but qu'ils se proposent d'atteindre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pharmacologie/#i_9988

R-MOLÉCULES ou PROTÉINES RECOMBINANTES

  • Écrit par 
  • Betty DODET
  •  • 674 mots

La recombinaison génétique consiste à introduire un gène étranger et à le faire exprimer chez un micro-organisme (bactéries, levure, champignons) dans des cellules d'insecte, de mammifère... ou dans un organisme (plantes, animaux transgéniques). L'expression du gène permet d'obtenir des molécules dites recombinantes, ou r−molécules, qui sont utilisées, dans le domaine de la santé, comme vaccins ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/r-molecules-proteines-recombinantes/#i_9988

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Chronopharmacologie et chronothérapeutique »  : […] La susceptibilité d'un organisme vis-à-vis d'un agent doué d'actions toxiques et/ou pharmacologiques n'est pas constante en fonction du temps, suivant une certaine conception de l'homéostasie. Au contraire, les effets désirés et non désirés des médicaments, par exemple, varient de manière périodique et prévisible. Ainsi, des lots similaires d'animaux (par groupes de 10 à 30) synchronisés de maniè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythmes-biologiques-biorythmes/#i_9988

SATIVEX

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 562 mots

Le Sativex® est un médicament dérivé du cannabis destiné aux malades souffrant de sclérose en plaques. Il a été autorisé en France le 9 janvier 2014 par le ministère de la Santé. La sclérose en plaques touche environ un Français sur mille et représente la première cause de handicap chez les adultes jeunes. Si depuis plusieurs années plusieurs classes de médicaments permettent de retarder les pous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sativex/#i_9988

SÉROTONINE

  • Écrit par 
  • Michel HAMON
  •  • 3 883 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Biosynthèse »  : […] La biosynthèse de la 5-HT a lieu dans le foie, le tractus gastro-intestinal, le cerveau et dans différents types cellulaires tels que les cellules entérochromaffines, les neurones, les pinéalocytes. La description suivante vaut pour le système nerveux central. Dans une première étape, l' acide aminé précurseur, le L-tryptophane, pénètre dans les cellules grâce à un système de transport actif. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serotonine/#i_9988

STATINES

  • Écrit par 
  • Patrick DURIEZ, 
  • Jean-Charles FRUCHART
  • , Universalis
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Les grandes études de prévention primaire (Woscops, AfCaps/TexCaps) et secondaire (4S, Care, Lipid, Avert, Miracl) de la morbi-mortalité cardiovasculaire ont parfaitement démontré que l'utilisation des inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase (statines) réduisait la mortalité et la fréquence des pathologies vasculaires d'environ 30 p. 100 chez les patients hypercholestérolémiques et même chez ceux dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statines/#i_9988

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure et activité pharmacologiques »  : […] L' état présent des connaissances sur la structure d'une molécule biologique confère à cette dernière une structure générale type : une partie chimiofonctionnelle contribuant à la liaison de la molécule avec le récepteur correspondant ; une partie biofonctionnelle responsable de l'activité biologique. Chaque molécule douée d'une activité biologique pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_9988

SULFAMIDES ET SULFONES

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 1 491 mots
  •  • 2 médias

Les sulfamides (ou mieux sulfonamides) et les sulfones sont des dérivés soufrés de noyaux aromatiques. Les sulfamides sont des para-amino-phenyl sulfonamides ; les sulfones sont des molécules du type di-amino-diphényl sulfones. Ces deux séries de produits ont reçu des applications pharmaceutiques de tout premier ordre, notamment dans plusieurs domaines de la chimiothérapie antimicrobienne, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfamides-et-sulfones/#i_9988

TAMIFLU ou PHOSPHATE D'OSELTAMIVIR

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 425 mots
  •  • 2 médias

Le Tamiflu®, conçu par la société californienne Gilead, fabriqué ensuite par Genentech, filiale du groupe Roche qui le distribue, est le plus célèbre des médicaments contre les virus grippaux. Sur son site Internet américain, Genentech le présente au public comme « ...  un médicament utilisé pour soigner la grippe de patients âgés d'au moins deux semaines, atteints des signes cliniques de la gripp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tamiflu-phosphate-d-oseltamivir/#i_9988

TAXANES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 159 mots

En 1964, des chercheurs américains découvraient en laboratoire qu'un extrait de l'écorce de l'if du Pacifique, Taxus brevifolia , était doté d'une activité antitumorale. Les agents anticancéreux de synthèse qui ont été développés à partir de cette découverte, les taxanes – soit le paclitaxel (Taxol⌖) américain et le docetaxel (Taxotère⌖) français – se sont imposés en cancér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxanes/#i_9988

TAXOL ET TAXOTÈRE

  • Écrit par 
  • Françoise GUÉRITTE
  •  • 1 122 mots
  •  • 1 média

La mise en évidence, en 1964, de l'effet toxique d'un extrait d'écorce d'if du Pacifique, Taxus brevifolia , sur des cellules vivantes (activité dite cytotoxique) est un des éléments importants à l'origine de la découverte du taxol, molécule anticancéreuse appartenant à la famille chimique des taxanes (dénommés quelquefois taxoïdes). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxol-et-taxotere/#i_9988

THÉRAPEUTIQUE - Chimiothérapie

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 4 938 mots

La chimiothérapie est la science qui se propose d'appliquer, à des fins thérapeutiques, des « principes actifs » naturels ou synthétiques de structure parfaitement connue. Par extension et du fait qu'elle évolue de plus en plus vers une science exacte, la chimiothérapie se propose de dépasser le stade empirique et de mieux connaître le mécanisme d'action des principes actifs ou des médicaments qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-chimiotherapie/#i_9988

THÉRIAQUE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 197 mots

Ancien remède, la thériaque doit son nom à sa propriété de combattre les effets des morsures de bêtes sauvages ( thériaké , de thèr , bête sauvage) ; son utilisation débuta au i er  siècle. On prétend qu'inventée par Mithridate, elle fut vulgarisée par Andromaque, médecin de Néron. Galien en donna une fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theriaque/#i_9988

TRIPTANS

  • Écrit par 
  • Patrick HENRY
  •  • 365 mots

Découverte marquante des années 1990, tant sur le plan thérapeutique qu'au niveau de la compréhension physiopathologique de la maladie migraineuse, le Sumatriptan, premier triptan mis sur le marché, a été développé spécifiquement selon l'hypothèse qu'il existerait au moment de la crise de migraine une dépression en sérotonine. Il se comporte comme un agoniste sélectif de certains récepteurs à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/triptans/#i_9988

VALIUM

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 172 mots

Le Valium⌖ est le nom commercial du diazépam, une molécule de la famille des benzodiazépines. Ce médicament a été commercialisé en 1963 par la société Hoffman-La Roche. Il agit en augmentant l'affinité d'un transmetteur nerveux, l'acide gamma-aminobutyrique (GABA), et en amplifiant son action inhibitrice sur la transmission nerveuse, ce qui se traduit par une action anxiolytique et anticonvulsiva […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valium/#i_9988

VANE JOHN R. (1927-2004)

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 931 mots

Les travaux du pharmacologue britannique John Vane sont à l'origine de l'adoption par les cardiologues d'un vieux médicament : l'aspirine. L'intérêt de son administration à faible dose pour la prévention des accidents cardio-vasculaires (coronariens ou cérébraux) repose sur l'impact de l'aspirine sur les enzymes de régulation de la production des prostaglandines. Après avoir compris les condition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-r-vane/#i_9988

VÉRONAL

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 215 mots

C'est, dit-on, le jour de la Sainte-Barbara que le chimiste allemand Adolf von Baeyer synthétisa, en 1864, la « malonylurée », plus tard dénommée « acide barbiturique », résultant de la condensation de l'acide malonique et de l'urée. Le chimiste aurait essayé la substance sur lui-même sans noter le moindre effet. D'autres dérivés furent donc recherchés. C'est seulement en 1903 qu'Emil Fischer (185 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veronal/#i_9988

XANTHINES

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 893 mots
  •  • 1 média

On groupe sous cette terminologie l'ensemble des trois bases puriques : caféine, théophylline et théobromine. La xanthine est un composé dérivé de la purine, dont Fischer a déterminé la structure. Elle comporte deux cycles accolés, l'un étant un cycle hexagonal, la pyridine, l'autre un cycle pentagonal, la glyoxaline ; elle renferme en plus deux atomes d'oxygène : c'est une dioxy-2, 6 purine. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xanthines/#i_9988

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges HOUIN, Henri SCHMITT, Jean-Cyr GAIGNAULT, Jean-Paul TILLEMENT, Pierre BECHTEL, Edith ALBENGRES, Jérôme BARRE, « PHARMACOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/