Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉTROLE Géographie du pétrole

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'Amérique latine

L'Amérique latine occupait, en 2006, le deuxième rang mondial, derrière le Moyen-Orient, par le niveau de ses réserves pétrolières, évalué à 22,6 Gt ; la moitié de ces réserves sont concentrées au Venezuela (10,9 Gt). Suivaient le Mexique et le Brésil dont les réserves s'élevaient pour chacun à 1,7 Gt, après une très forte réévaluation à la baisse à la fin des années 1990, alors qu'elles avoisinaient 7 Gt en 1993. Province pétrolière majeure, l'Amérique latine, avec une production de 530 Mt en 2006, contribuait à hauteur de 13,5 p. 100 au bilan mondial. Cette région, avec une consommation de 323 Mt en 2006 (soit 8,3 p. 100 du total mondial) est largement exportatrice (à 90 p. 100 vers les États-Unis) aussi bien de pétrole bru (180 Mt) que de produits finis (27 Mt), sa capacité de raffinage étant supérieure de 16 p. 100 à sa consommation.

Le Venezuela, dont le début de l'activité pétrolière remonte à 1917, est rapidement devenu le deuxième producteur de la planète derrière les États-Unis, rang qu'il a gardé jusqu'à ce que l'U.R.S.S. le dépasse en 1961. Après avoir atteint un maximum de 193 Mt en 1970, la production vénézuélienne est tombée à 100 Mt à la fin des années 1980 pour remonter ensuite et dépasser 170 Mt en 1998, revenant ainsi à la hauteur du Mexique. Depuis lors, la production des membres de l'O.P.E.P., dont le Venezuela est membre depuis l'origine, a légèrement diminué et le pays est, en ce début dexxie siècle, le deuxième producteur d'Amérique latine avec 155 Mt. Mais la force du Venezuela en matière pétrolière se situe dans ses énormes réserves de pétrole lourd et extra-lourd situées dans la ceinture de l'Orénoque. C'est notamment dans cette région que le groupe français Total a démarré en 2002 le projet Sincor portant sur l'exploitation d'huiles lourdes piégées par moins de 600 mètres de profondeur dans des sables qui bordent la rive nord du fleuve sur 700 km de longueur et 60 km de largeur. Il s'agit d'hydrocarbures dégradés qui, par leur viscosité de 8 à 100 API (mesure de densité du brut établie selon l'échelle de l'American Petroleum Institute – API – ; l'importance du degré API est inversement proportionnelle à sa densité), s'apparentent plus à des goudrons qu'à des pétroles conventionnels. Sur la base d'un taux de récupération minimal de 8 p. 100, techniquement démontré, ce sont 13 Gt qui sont récupérables. Très faible consommateur de pétrole (26 Mt en 2006), le Venezuela exporte le reste de sa production sous forme de pétrole brut mais aussi de produits raffinés. Le pays possède en effet une forte capacité de raffinage (65 Mt en 2006) qui, jumelée avec celle des Antilles néerlandaises, fait de la zone des Caraïbes un des plus importants centres d'exportation de produits finis dans le monde, essentiellement à destination des États-Unis.

Mais c'est le Mexique qui, depuis le début des années 1980, est le plus important producteur de pétrole d'Amérique latine (183 Mt en 2006). Son industrie pétrolière, marquée par la nationalisation de 1938, reste l'affaire de la société nationale Pemex (Petroleos Mexicanos), qui couvre à elle seule l'ensemble de la production. Le pays exporte plus de la moitié de sa production, essentiellement sous forme de pétrole brut et en direction des États-Unis. Malgré une importante capacité de raffinage (73 Mt), il est légèrement importateur de produits raffinés.

À ces deux pays producteurs de la région, il faut ajouter le Brésil (89 Mt en 2006) après la découverte, en 2007 et 2008 dans le bassin de Santos, au large de l'État de Rio de Janeiro, de gisements de très grande taille dont les réserves en place sont en cours d'évaluation. Le pays s'appuie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christophe BÉLORGEOT. PÉTROLE - Géographie du pétrole [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Pétrole : évolution des réserves mondiales - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pétrole : évolution des réserves mondiales

Pétrole : réserves mondiales - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pétrole : réserves mondiales

Pétrole : principaux producteurs mondiaux - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pétrole : principaux producteurs mondiaux

Autres références

  • ALASKA

    • Écrit par et
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    ...de croissance explosive ont succédé des temps de stagnation et de reflux. C'est au commerce des fourrures, aux ruées vers l'or, aux dépenses militaires, et enfin à l'exploitation du pétrole que l'on doit ces expansions économiques et démographiques. De 1988 à 2006, l'économie s'est stabilisée et a progressé...
  • ALCANES

    • Écrit par
    • 3 614 mots
    • 11 médias
    Les pétroles sont des mélanges d'un grand nombre d'hydrocarbures, où les alcanes, notamment linéaires, prédominent, et de molécules fonctionnelles en petit nombre. Soumis aux opérations de raffinage, ils sont séparés par distillation fractionnée en coupes contenant des mélanges dont...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par , , , et
    • 41 835 mots
    • 25 médias
    Mais les principales richesses du sous-sol algérien sont sans conteste ses gisements de pétrole et de gaz découverts dans les années 1950 dans le Sahara.
  • AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

    • Écrit par
    • 469 mots

    Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000...

  • Afficher les 116 références