Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉTROLE Géographie du pétrole

Dans les vingt années qui ont précédé le premier choc pétrolier, de 1953 à 1973, la production mondiale de pétrole brut a plus que quadruplé, progressant de 654 millions de tonnes (Mt) à 2 870 Mt. Sous l'effet de la hausse brutale des prix, initiée en 1973, sa croissance s'est ralentie et, après avoir atteint 3 190 Mt en 1979, le deuxième choc pétrolier a entraîné une baisse de la production, la ramenant en 1984 à son niveau de 1973. Le contre-choc pétrolier du milieu des années 1980, dû à la nouvelle politique de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (O.P.E.P.) d'assouplissement des quotas de production lui a permis de redémarrer. Elle n'a cessé de croître depuis lors et se situait en 2006 à 3 900 Mt.

Pétrole : évolution des réserves mondiales

Pétrole : évolution des réserves mondiales

Entre 1953 et 1973, les réserves mondiales prouvées de pétrole ont connu une évolution semblable à celle de la production, augmentant de 18,7 milliards de tonnes (Gt) à 86 Gt. Le ratio réserves sur production ne s'est que faiblement accru pendant cette période (de 28,5 à 30,2 années de production). Après une légère baisse au milieu des années 1970, ces réserves ont retrouvé en 1986 à peu près leur niveau de 1974, mais une réévaluation des ressources du Moyen-Orient en 1987 (motivée par le lien qu'avait établi l'O.P.E.P. pour ses membres entre niveau des réserves et quota de production) les a portées à 137 Gt en 1988 ; elles ont continué de progresser depuis lors au rythme moyen de 1 p. 100 par an pour s'établir, au début de l'année 2007 à près de 165 Gt (tabl. évolution des réserves), soit un ratio réserves sur production de 40 années.

Des réserves et une production inégalement réparties

Pétrole : réserves mondiales

Pétrole : réserves mondiales

Contrairement à certaines idées reçues, le sous-sol de la planète renferme de très importantes ressources pétrolières (fig. 1), mais celles-ci sont très inégalement réparties dans le monde. En 2006, plus des trois cinquièmes (61,5 p. 100) des réserves mondiales de pétrole étaient situées au Moyen-Orient, l'Arabie Saoudite détenant à elle seule plus d'un cinquième du total. Le reste des réserves se répartit entre l'Amérique latine (9,7 p. 100), l'Afrique (9,7 p. 100), les pays de la C.E.I. (10 p. 100, dont 6 p. 100 en Russie), l'Extrême-Orient (3,4 p. 100 dont 1,3 p. 100 en Chine), l'Amérique du Nord (3,9 p. 100), et l'Europe (1,8 p. 100). Pour cette dernière zone, les réserves sont essentiellement présentes en mer du Nord.

Après plus d'un siècle d'exploration, on dénombrait, au début des années 2000, environ trente mille gisements en exploitation. Sur ce total, on comptait une quarantaine de gisements « supergéants » (réserves initiales récupérables supérieures à 700 Mt), pour les trois quarts situés au Moyen-Orient, et trois cent quarante gisements « géants » (réserves initiales comprises entre 70 et 700 Mt). Ces gisements « géants et supergéants », qui ne représentent donc qu'un peu plus de 1 p. 100 des champs pétroliers en exploitation, recèlent ensemble 60 p. 100 des réserves connues (la contribution des quarante supergéants étant de 40 p. 100). Les estimations des réserves prouvées ne concernent que les quantités récupérables aux conditions économiques et techniques du moment, à partir des gisements inventoriés.

L'industrie pétrolière dispose de trois moyens pour renouveler et accroître les réserves à exploiter : renforcer son effort d'exploration pour découvrir de nouveaux gisements ; mettre en œuvre de nouvelles technologies pour augmenter le taux de récupération des gisements exploités (ce taux, qui était de 15 à 20 p. 100 dans les années 1960, est passé entre 35 et 40 p. 100 au début des années 2000 et pourrait atteindre 45 p. 100 d'ici à 2020) ; libérer durablement l'accès aux « nouveaux pétroles », tels que les huiles extra-lourdes, les sables asphaltiques, les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Pétrole : évolution des réserves mondiales

Pétrole : évolution des réserves mondiales

Pétrole : réserves mondiales

Pétrole : réserves mondiales

Pétrole : principaux producteurs mondiaux

Pétrole : principaux producteurs mondiaux

Autres références

  • ALASKA

    • Écrit par Claire ALIX, Yvon CSONKA
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    ...de croissance explosive ont succédé des temps de stagnation et de reflux. C'est au commerce des fourrures, aux ruées vers l'or, aux dépenses militaires, et enfin à l'exploitation du pétrole que l'on doit ces expansions économiques et démographiques. De 1988 à 2006, l'économie s'est stabilisée et a progressé...
  • ALCANES

    • Écrit par Jacques METZGER
    • 3 614 mots
    • 11 médias
    Les pétroles sont des mélanges d'un grand nombre d'hydrocarbures, où les alcanes, notamment linéaires, prédominent, et de molécules fonctionnelles en petit nombre. Soumis aux opérations de raffinage, ils sont séparés par distillation fractionnée en coupes contenant des mélanges dont...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Mais les principales richesses du sous-sol algérien sont sans conteste ses gisements de pétrole et de gaz découverts dans les années 1950 dans le Sahara.
  • AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 469 mots

    Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000...

  • Afficher les 116 références

Voir aussi