PERSONNALITÉ MORALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une large attribution

Pendant longtemps, la personnalité morale a été regardée comme un privilège, que le souverain ne concédait qu'à bon escient et avec réserve ; on était peu enclin à constituer des « biens de mainmorte » qui, entre les mains d'une personne morale, cesseraient en fait d'être dans le commerce. Le Code civil français, en 1804 encore, a envisagé la personnalité morale avec défaveur, car elle évoquait, dans l'esprit de ses auteurs, les corporations de l'Ancien Régime qui venaient d'être dissoutes.

Depuis lors cependant, le développement de l'industrie et du commerce a nécessité la création d'entreprises qui, par leur importance et leur durée, ne pouvaient être menées à bien par de simples personnes physiques. La philosophie hostile aux associations a été abandonnée. La personnalité morale a été reconnue de plus en plus facilement d'abord aux sociétés (qui ont un but lucratif), plus récemment aux associations (qui ne sont pas constituées pour réaliser des profits).

Toutes les sociétés, civiles ou commerciales, sont aujourd'hui dotées en France de la personnalité morale, à l'exception des seules « associations en participation » qui sont des sociétés clandestines. Quant aux associations, il ne tient qu'à elles de devenir personnes morales ; depuis 1901, une simple déclaration à la préfecture est suffisante à cet effet ; un régime particulier est prévu par la loi pour différents types d'associations, tels que syndicats professionnels (régime de faveur) ou congrégations religieuses (régime plus strict). Un libéralisme analogue règne dans les autres pays ; il est très facile pour les groupements d'y acquérir la personnalité morale.

Une difficulté surgit lorsque l'on entend affecter des biens à une certaine destination ; l'œuvre en question, appelée « fondation », peut-elle devenir personne morale, ou faut-il à cet effet constituer un groupement de personnes, chargé de gérer la fondation ? En certains pays, la loi reconnaît, sous certaines conditions, la personnalité morale aux fondations ; en France, la question est divers [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Autres références

«  PERSONNALITÉ MORALE  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Le droit administratif

  • Écrit par 
  • Jean RIVERO
  •  • 11 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Statut des personnes publiques »  : […] Admettre que les pouvoirs de l'administration sont des compétences, que leur exercice crée, entre elle et les administrés, des droits et des obligations, implique que soit reconnue, de son côté comme du leur, l'existence de titulaires de ces droits et obligations, c'est-à-dire de personnes juridiques, qui ne peuvent être, en ce qui concerne l'administration, que des personnes morales  : car il est […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « La personnalité morale »  : […] La déclaration n'est pas obligatoire, mais pour obtenir la personnalité morale élémentaire, dite « petite personnalité morale », l'association doit se déclarer en préfecture et procéder à une insertion au Journal officiel . La préfecture doit donner récépissé de la déclaration, sauf à mentionner l'existence d'une association précédemment déclarée sous le même nom. La reconnaissance d'utilité publi […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « Terminologie »  : […] Le terme banque désigne quatre réalités distinctes : des opérations  : porter un chèque au crédit du compte du déposant est une opération bancaire ; une activité , par exemple le fait de recevoir des dépôts et d'accorder des crédits ; un lieu  : l'établissement bancaire, par exemple les « palais d'argent » étudiés par l'historien de l'art Jean-François Pinchon, qui correspond au premier sens do […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité juridique »  : […] Depuis 1986, la personnalité juridique est accordée aux « citoyens » ( gongmin ) et aux personnes morales ( faren ). Si la Chine populaire, par opposition à Taïwan par exemple, n'utilise pas la notion de « personne naturelle » ( ziran ren ), elle accorde les mêmes droits aux étrangers et aux apatrides. Le terme « personne morale » ne constitue qu'une traduction approximative du mot chinois. En eff […] Lire la suite

CIVIL DROIT

  • Écrit par 
  • Muriel FABRE-MAGNAN
  •  • 9 088 mots

Dans le chapitre « Les fondements du droit civil »  : […] Contrairement à certains projets initiaux, le Code civil français n'a finalement pas retenu l'idée d'une partie préliminaire générale qui aurait pu notamment expliquer le dénominateur commun des dispositions qui allaient être traitées dans le Code et, par conséquent, les fondements du droit civil. Ceux-ci peuvent être néanmoins ordonnés autour des notions d'égalité et d'individu. Le droit civil es […] Lire la suite

ECCLÉSIASTIQUES BIENS & BÉNÉFICES

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 576 mots

On appelle « biens ecclésiastiques » des biens temporels, meubles et immeubles, qui sont la propriété d'une personne morale ecclésiastique (diocèse, paroisse, par exemple) selon le droit canonique, quelle que soit l'affectation de celle-ci : qu'elle ait une fin religieuse, culturelle, caritative, ou qu'elle soit simplement source de revenus. Ces biens sont soumis à des règles précises de gestion o […] Lire la suite

ÉTABLISSEMENT PUBLIC

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 898 mots

Le procédé de l'établissement public est un mode classique de gestion des services publics, employé depuis longtemps à la fois pour les services de l'État et pour les services des départements et des communes. Mais il a connu récemment un développement tel que la notion même d'établissement public a perdu de son unité pour devenir quelque peu disparate. Quoi qu'il en soit, on peut retenir la défin […] Lire la suite

ÉTAT

  • Écrit par 
  • Olivier BEAUD
  •  • 6 344 mots

Dans le chapitre « Un pouvoir institutionnalisé »  : […] Georges Burdeau n'a cessé de rappeler à juste titre que le pouvoir dans un État n'est pas individualisé, mais institutionnalisé. De prime abord, cette expression signifie tout simplement qu'il convient de distinguer l'État des gouvernants et du gouvernement, c'est-à-dire d'envisager l'État comme une personne juridique, un être abstrait doté de la personnalité morale. Par là même, il s'agit ici de […] Lire la suite

FONDATIONS

  • Écrit par 
  • Michel POMEY
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Régimes d'organisation »  : […] Les fondations doivent se conformer au régime légal régissant les conditions de leur création, de leur organisation et de leur fonctionnement. Un tel régime existe pratiquement dans tous les pays occidentaux. Il revêt des formes plus ou moins explicites. Le plus souvent, il s'agit de lois nationales ou de réglementations locales (cas des États fédéraux, États-Unis par exemple). Parfois, le régime […] Lire la suite

NATIONALITÉ

  • Écrit par 
  • Henri BATIFFOL, 
  • Patricia BUIRETTE, 
  • Jean-Éric MALABRE, 
  • Marthe SIMON-DEPITRE, 
  • Paul TAVERNIER
  • , Universalis
  •  • 10 358 mots

Dans le chapitre « Les personnes morales »  : […] Un problème au premier abord parallèle, et qui est toujours étudié sous la même rubrique de la condition des étrangers, concerne la situation des personnes morales : les sociétés étrangères, pour ne parler que d'elles, ont-elles les mêmes droits en France que les sociétés françaises, et, au départ, leur existence comme personnes juridiques est-elle reconnue et à quelles conditions ? Pour résoudre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René DAVID, « PERSONNALITÉ MORALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite-morale/