PÈRES DU DÉSERT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La spiritualité du désert s'enracine dans une longue tradition d'ascèse, de lutte au sens strict. Tradition aussi bien de sagesse païenne — parvenir à la maîtrise de soi — que religieuse, et frappée d'ambiguïté dès lors qu'à la convergence des méthodes s'ajoute ce que la voie du renoncement au monde peut entraîner à l'égard de celui-ci : sa dénonciation comme œuvre non de Dieu mais du mal. En cela, le désert, réserve de Dieu hantée par les forces obscures, accueille autant l'hétérodoxie que l'orthodoxie. Car il est à la fois l'aridité, le pays « d'épines et de ronces » (Isaïe), domaine des « serpents brûlants [...] des scorpions et de la soif » (Deut., viii, 14-16), celui de l'esprit impur « qui erre dans les lieux déserts en quête de repos » (Mat., xii, 43), le pays où les Hébreux tentèrent Dieu dans la solitude (Ps., cvi, 14) et celui de la montagne de Dieu (I Rois, xix, 3-8), l'endroit où Moïse reçoit les tables de la Loi, où Dieu parle au cœur de son peuple (Osée, ii, 16), où, enfin, l'Apocalypse situe le refuge de l'Église (Apoc., xii, 5-6). Une telle symbolique n'est pas indépendante de l'état du monde : ni les persécutions du iiie siècle ni, à l'inverse, la paix constantinienne ne sont sans influence sur les départs pour le désert. Pas plus que n'est à négliger le fait de la prédication évangélique en copte. C'est, en effet, en cette langue qu'Antoine (né vers 251), le « père des moines », entend l'appel du Christ : « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as, puis viens et suis-moi. » Sans doute le caractère édifiant, arétologique, de l'ouvrage intitulé Vie et conduite de notre père Antoine, écrit, vers 356, par Athanase d'Alexandrie, qui s'est voué à la lutte contre l'arianisme — ainsi que le fait qu'il ait été rédigé en grec par un Grec au courant d'œuvres antérieures telles que la vie d'Agésilas par Xénophon ou celle de Plotin par Porphyre — a-t-il occulté l'Antoine historique. Mais il reste qu'une démarche spirituelle exemplaire constitue le fondement du monachisme : il s'agit d'abord de se mettre à l'écoute de la parole (sentences ou « apop [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PÈRES DU DÉSERT  » est également traité dans :

ABBÉ

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 199 mots

Le mot abbé vient vraisemblablement du syriaque abba , signifiant père, où il traduisait le respect porté à un dignitaire de la société civile ou religieuse. Du syriaque le mot passa, vers le III e siècle, dans la langue du monachisme ancien de l'Orient chrétien. On est alors en présence de deux types d'abbés. Il y a d'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbe/#i_80148

ARSÈNE saint (354 env.-env. 455)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Moine d'Égypte né vers 354 à Rome et mort vers 455 à Toura dans le désert de Scété, saint Arsène aussi appelé Arsenius le Romain, est réputé pour son ascétisme parmi les ermites chrétiens du désert de Libye. Ainsi compté au nombre des fameux Pères du désert, il servit de modèle au développement de la vie monastique et contemplative dans la chrétienté d'Orient comme d'Occident. Saint Arsène est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsene/#i_80148

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascèse chrétienne »  : […] L' histoire de l'ascétisme chrétien commence au iv e  siècle avec le départ pour le désert d'Égypte de saint Antoine et de Pacôme, le futur organisateur de la vie cénobitique. À cette époque, le christianisme a acquis définitivement droit de cité dans l'Empire romain. Mais, si les persécutions ont cessé, la grande attente eschatologique du retour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_80148

ÉVAGRE LE PONTIQUE (346-399)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 744 mots

Originaire du Pont, ordonné lecteur par saint Basile de Césarée, diacre par saint Grégoire de Nazianze, qu'il suivit à Constantinople, où sa prédication connut un grand succès, Évagre, « pour le salut de son âme », quitta cette capitale (382) et se retira d'abord à Jérusalem, puis en Égypte, où il se fit le disciple de Macaire d'Alexandrie et mena jusqu'à sa mort la vie monastique dans le désert d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evagre-le-pontique/#i_80148

JEAN CLIMAQUE saint (580 env.-env. 650)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 256 mots

Moine au mont Sinaï pendant un demi-siècle, Jean doit son surnom à son œuvre majeure, L'Échelle (en grec klimax ) du paradis , véritable somme de la vie ascétique qui résume trois siècles d'expérience monastique, en se fondant surtout sur celle du Sinaï. L'Échelle commence par le « renoncement au monde » et s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-climaque/#i_80148

KELLIA LES

  • Écrit par 
  • Marie-Hélène RUTSCHOWSCAYA
  •  • 747 mots

C'est en mars 1964 que le site des Kellia a été formellement localisé sur le terrain par M. A. Guillaumont dans le désert Libyque, à environ 60 kilomètres au sud-est d'Alexandrie. Ce groupement de cellules — en grec kellia  ; en arabe el-Mouna , du grec monh = moine — avait été fondé par les moines de Nitrie, monastère situé près d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-kellia/#i_80148

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] À l'encontre d'une idée familière, le monachisme ne fut pas un autre « don du Nil ». Aussi haut que l'on puisse remonter, c'est-à-dire au iii e  siècle, l'existence d'anachorètes est attestée en Syrie et en Mésopotamie aussi bien que dans l'arrière-pays d'Alexandrie. Mais il revenait à l' Égypte de concevoir et d'éprouver ses modalités durables, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_80148

MOSCHOS JEAN (550 env.-619)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 254 mots

Né à Damas, Jean Moschos entra très jeune dans un monastère proche de Jérusalem, en même temps que son ami Sophrone qui devait être son fidèle collaborateur et, après la mort de Jean, devenir patriarche de Jérusalem. La vocation de Jean Moschos semble avoir été de recueillir l'héritage spirituel de Palestine, d'Égypte et du Sinaï, hauts lieux du monachisme originel menacés autant par les invasions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-moschos/#i_80148

PACÔME saint (287-347)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 209 mots

Né en 287 en Haute-Égypte, de parents païens, Pacôme fut enrôlé de force à vingt ans ; secouru à Thèbes par des chrétiens, il fut touché de leur bonté. Renvoyé de l'armée peu après, il se retira au village de Seneset (aujourd'hui Kasr-es-Sayad), se fit inscrire comme catéchumène et reçut le baptême. Il se mit à l'école d'un vieux moine, Palémon, et, quelques années plus tard, entreprit la construc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pacome/#i_80148

PAUL saint (228 env.-env. 342) ermite

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 340 mots

Entre 374 et 379, saint Jérôme, qui s'était alors retiré dans le désert de Chalcis, raconta les aventures de Paul, qu'il présentait comme le premier ermite chrétien, en une jolie histoire très pittoresque. En 228, Paul serait né en Thébaïde, en Égypte, d'une famille très riche. Pour échapper à la persécution de Dèce en 249, il se sauva dans le désert et s'installa dans une grotte auprès de laquell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-saint-228-env-env-342-ermite/#i_80148

SABAS saint (439-532)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 308 mots

C'est à Mutalasca, près de Césarée de Cappadoce, que Sabas naquit, en 439. Son père, officier dans l'armée impériale, ayant été envoyé à Alexandrie, l'enfant fut confié à des oncles, chez lesquels il ne se plut pas. Il entra très jeune dans un monastère voisin, qu'il quitta à dix-huit ans pour se rendre à Jérusalem. Il y mena d'abord la vie monastique, puis, quand il eut atteint la trentaine, alla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabas/#i_80148

Pour citer l’article

Gilbert GIANNONI, « PÈRES DU DÉSERT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peres-du-desert/