ARSÈNE saint (354 env.-env. 455)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine d'Égypte né vers 354 à Rome et mort vers 455 à Toura dans le désert de Scété, saint Arsène aussi appelé Arsenius le Romain, est réputé pour son ascétisme parmi les ermites chrétiens du désert de Libye. Ainsi compté au nombre des fameux Pères du désert, il servit de modèle au développement de la vie monastique et contemplative dans la chrétienté d'Orient comme d'Occident. Saint Arsène est honoré par l'Église orthodoxe grecque et l'Église syro-maronite (une des Églises catholiques d'Orient). Il est fêté le 19 juillet.

Né dans une famille sénatoriale de Rome, Arsène est probablement ordonné diacre par le pape Damase Ier (366-384). Sur la recommandation du souverain pontife, il est appelé vers 383 à la cour de l'empereur Théodose Ier le Grand (379-395), à Constantinople, pour y devenir le précepteur de ses fils, Arcadius et Honorius. Onze ans plus tard, Arsène se retire pour mener une vie d'anachorète sur le mont Scété dans le désert de Libye. Peu de temps après, il est forcé de fuir à Toura, près de l'ancienne Memphis en Égypte, pour échapper aux incursions dévastatrices de tribus libyennes barbares, qu'il compare aux Goths et aux Huns qui ravagèrent Rome. Après une odyssée d'une quinzaine d'années à travers les étendues sauvages de l'Égypte, il finit sa vie dans le désert de Scété. On dit que celle-ci dura plus de cent ans. Sa silhouette haute et émaciée, décrite par son biographe et disciple, Daniel, conforte sa réputation d'ascète. Les historiens byzantins et les écrits monastiques lui attribuent plusieurs maximes et sentences, dont une bonne partie se trouve consignée dans l'anthologie du ve siècle des apophtegmes des Pères du désert (Apophthegmata patrum). Parmi ses œuvres principales, se trouve le Didaskalia kai parainesis (« Enseignement et sermon »), un guide à l'intention des moines qui atteste, selon les historiens spécialistes du vie siècle, de sa condition d'abbé ou de chef spirituel d'une communauté religieuse. Ses commentaires de l'Évangile selon saint Luc, Eis ton peirasten nomikon (« De la tentation de la loi »), constituent de fait un traité sur l'ascétisme et la vie contemplative. Ces textes sont rassemblés dans la collection patristique Patrologia Graeca, vol. 65-66 (1857-1866), éditée par l'abbé Migne.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« ARSÈNE saint (354 env.-env. 455) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsene/