L'EMPIRE GRÉCO-ROMAIN (P. Veyne)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les lecteurs familiers de l'historien de l'Antiquité Paul Veyne ne s'attendent pas à un exposé sagement chronologique, structuré par les prérequis d'une histoire positiviste. Poursuivant sa « sociologie historique », l'auteur présente, avec L'Empire gréco-romain (coll. Des travaux, Seuil, Paris, 2005), une série d'essais qui, de l'Athènes classique au Moyen Âge byzantin, déborde largement la chronologie de l'Empire romain (27 av. J.-C.-476 apr. J.-C.). Cette ouverture reflète la question centrale de l'ouvrage, énoncée par son titre : l'Empire de Rome, mondial à l'échelle de l'Antiquité, affirma à la fois son identité, sa légitimité et son universalité comme modèle de civilisation en associant la culture grecque au pouvoir romain. L'idée n'est pas neuve ; Paul Veyne lui-même revient sur sa thèse d'une imprégnation précoce, profonde et en deux phases de Rome par l'hellénisme. Mais le « bilinguisme culturel » et l'idée d'une acculturation romaine, désormais vulgarisés, sont vus ici comme symptômes et facteurs d'une mondialisation à l'échelle de l'Antiquité. L'enquête de l'historien sur le paradigme antique laisse constamment affleurer une méditation sur les modes de changement culturel et politique par lesquels un groupe social s'adapte à un univers en expansion et sur les « plissements géologiques de l'histoire » marquant l'apparition d'un nouveau modèle social.

L'ouvrage est construit en crescendo, des cadres fondamentaux de la vie collective aux grands changements de l'Antiquité tardive et à l'extinction des signes culturels propres à l'Empire (spectacles, religion, arts plastiques). La fonction impériale bénéficiant d'une délégation fictive de la souveraineté populaire, elle tend, faute de Constitution, à évoluer vers l'autocratie militaire, le sultanisme et des formes hyperboliques de célébration, tel le culte impérial (chapitre i). Univers hiérarchisé d'un « militantisme politique », la cité antique imposait son droit de regard sur la vie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire romaine à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

Classification

Pour citer l’article

Pierre CORDIER, « L'EMPIRE GRÉCO-ROMAIN (P. Veyne) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-empire-greco-romain/