PATRIMOINE, art et culture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le patrimoine immatériel

Parmi les développements des années 2000 dont la notion de patrimoine a profité, il faut signaler ce qui a trait à l'immatériel. Cette notion s'est imposée dans le langage culturel par une voie inattendue : non pas par le constat qu'une partie considérable du patrimoine relève de l'immatériel mais en raison de l'emploi des nouveaux médias – en particulier le numérique et Internet – ainsi que des questions liées à la duplication et, de façon afférente, au droit d'auteur. D'un autre côté, la convention-cadre du Conseil de l'Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société, du 27 octobre 2005, dite convention de Faro, précise en son article 2 : « Le patrimoine culturel constitue un ensemble de ressources héritées du passé que des personnes considèrent, par-delà le régime de propriété des biens, comme un reflet et une expression de leurs valeurs, croyances, savoirs et traditions en continuelle évolution. » Ce texte, bien que de nombreux États membres ne l'aient pas encore ratifié, probablement en raison de l'idéologie étatiste qui, à tort ou à raison, peut sembler l'inspirer, marque de façon claire que les « ressources » qui expriment le patrimoine tiennent autant de l'immatériel que du matériel.

Du coup, on comprend combien la définition du patrimoine a été, sinon obscurcie, du moins entravée par l'utilisation des trois principes juridiques – immeubles, meubles et immeubles par destination – sur lesquels on a fondé la législation patrimoniale dans plusieurs pays d'Europe. Cette conception matérielle a clairement révélé ses limites, en particulier son impuissance à prendre en compte la notion d'usage à laquelle s'attachent la vitalité de l'artefact patrimonialisé mais aussi les forces qui conduisent à ses transformations au fil du temps. Elle conduit aussi à négliger les liens invisibles qui se tissent entre les choses, par exemple, l'attache à perpétuelle demeure, qui suppose que tel meuble (glaces, tableaux, statues...) orne en permanence tel immeuble, mais qui ne résiste pas devant les actes de vandalisme et les projets de transformation des propriétaires et, plus généralement, les divers rapports qu'entretient un immeuble avec les objets qu'il contient. Il faut reconnaître, à cet égard, que le concept de fonds d'archives et plus encore de fonds d'atelier est insuffisamment pris en compte (pour les archives), sinon totalement négligé pour les fonds d'atelier. De ce fait, des quantités considérables d'œuvres se dispersent en tous sens au détriment de leur signification. On garde en mémoire la dispersion de certaines collections, comme celle d'André Breton en 2003.

On prend également conscience que la conception qui s'est forgée au fil du temps, d'un patrimoine perçu sous l'angle de ses caractéristiques formelles telles que l'histoire de l'art les a constituées, néglige de multiples facettes de la patrimonialité, en particulier tout ce qui a trait aux affects et au discours. Si certains lieux résistent plus que d'autres à l'usure touristique au point de compter parmi les grands sites mondiaux (Mont-Saint-Michel, Notre-Dame de Paris, château de la Wartburg à Eisenach en Thuringe, etc.), c'est sans doute parce qu'ils sont porteurs d'une énergie exceptionnelle : on y trouve entremêlés des souvenirs historiques, des récits plus ou moins légendaires, des vestiges de théories architecturales et historiographiques, sinon des projets renouvelés d'instrumentalisation politique. Voilà ce qui confère aux hauts lieux patrimoniaux leur capacité de susciter en permanence des émotions renouvelées.

Comment rendre compte de cette immatérialité si présente et puissante qu'elle conserve sa vitalité à l'artefact matériel ? Voilà ce qui constitue probablement l'un des enjeux les plus significatifs pour les opérateurs chargés de présenter le patrimoine au public. Il est possible que les nouveaux moyens de transmission de l'information permettent de le faire, mais la question relève en premier de l'ordre du contenu. Encore faut-il que le message délivré par ces nouveaux moyens soit suffisamment élaboré, tout en restant abordable aisément par le plus grand nombre.

Cette question si délicate de l'immatérialité qui s'attache à la compréhension du patrimoine matériel et qui concerne autant la visite d'un château ou d'une église qu'un objet conservé dans une collection ethnologique croise un autre problème auquel se confrontent nos so [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Vaison-la-Romaine

Vaison-la-Romaine
Crédits : C. Sappa/ DeAgostini/ Getty Images

photographie

Abbaye Notre-Dame de Sénanque (Vaucluse)

Abbaye Notre-Dame de Sénanque (Vaucluse)
Crédits : Fred de Noyelle/ Stone/ Getty Images

photographie

Incendie de Notre-Dame de Paris, 2019

Incendie de Notre-Dame de Paris, 2019
Crédits : Geoffroy Van Der Hasselt/ AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études et à l'École nationale des chartes

Classification

Autres références

«  PATRIMOINE, art et culture  » est également traité dans :

PATRIMOINE, art et culture

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LENIAUD
  •  • 10 147 mots

Issu du vocabulaire juridique, le mot « patrimoine » a été utilisé au début des années 1970 pour désigner les productions humaines à caractère artistique que le passé a laissées en héritage et on n'a pas fini d'explorer le contenu du terme dans son acception récente. Pour en limiter, en fait, l'emploi aux seuls beaux-arts, les utilisateurs entendaient néanmoins écarter d'autres expressions jugées […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DU PATRIMOINE

  • Écrit par 
  • Cyril ISNART
  •  • 4 695 mots
  •  • 2 médias

Le rapport que les sociétés européennes et nord-américaines ont entretenu avec les monuments et le souvenir du passé s’est fondé sur la mise en relation d’un héritage pensé comme collectif et des groupes nationaux identifiés et légitimés. Ce cadre a promu des modèles de sélection, de gestion, de sauvegarde et de transmission de ce que l’on entend aujourd’hui par […] Lire la suite

PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

  • Écrit par 
  • Chiara BORTOLOTTO
  •  • 1 242 mots

Introduite en 2003 par la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, la notion de patrimoine culturel immatériel, souvent abrégée en PCI, élargit le périmètre traditionnel du patrimoine pour y inclure rituels, jeux, savoir-faire artisanaux, espaces de sociabilité, pratiques alimentaires ou arts du spectacle. Ce concept a […] Lire la suite

PATRIMOINE ET MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Anaïs LEBLON
  •  • 1 224 mots

L’introduction des migrations dans le champ des recherches sur le patrimoine date de la fin des années 2000. Conçue au départ comme une prérogative de l’État, l’institution du patrimoine s’est pendant longtemps consacrée à la sélection et à la valorisation des biens d’exception, favorisant la construction d’un sentiment d’appartenance nationale. L’extensi […] Lire la suite

A.G.L.A.E. (Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 325 mots

A.G.L.A.E. (Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire), accélérateur électrostatique tandem de 2 millions de volts construit par National Electrostatics Corporation (États-Unis), a été installé en décembre 1987 au Laboratoire de recherche des Musées de France. L'accélération de certaines particules comme les protons et les deutons permet, en effet, d'exciter faiblement les électrons des atom […] Lire la suite

ALBANIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 2 299 mots

L'archéologie n'était pas une discipline neutre dans les anciens pays communistes de l'Est : aussi bien la volonté d'écrire une histoire officielle, à la fois nationale et dans le vent de la philosophie du régime, que celle de remodeler le paysage en éliminant les monuments jugés obscurantistes au profit de ceux qui célébraient l'avènement de la société nouvelle se sont exprimées dans le domaine […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Art, identité et politique »  : […] En s’amplifiant, les processus de décolonisation, d’urbanisation et de mondialisation qui avaient déjà conduit à l’expansion des productions commerciales ont continué à bouleverser le paysage de l’art en lui conférant une forte coloration politique (MacClancy, 1997). Dans le sillage des indépendances (années 1960-1970) émerge un art contemporain favorisé par la mise en place d’enseignements artist […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie aérienne

  • Écrit par 
  • Roger AGACHE
  •  • 5 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inventaire du patrimoine et nouvelle problématique de l'archéologie »  : […] Dans aucun domaine des sciences, la recherche ne se fait au hasard. Or, jusqu'à une date toute récente, c'est le hasard qui décidait des fouilles à entreprendre et cela sur des indices imprécis qui résultaient de découvertes fortuites ou de grands travaux mettant au jour des vestiges enfouis, qu'il fallait alors fouiller à l'aveuglette au plus vite sans même savoir si cela en valait la peine. Ce n […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'archéologie en ville ? Une prise de conscience tardive »  : […] Longtemps, l'archéologie des villes s'est cantonnée à l'étude des cités méditerranéennes antiques qui livraient des témoignages de grandes civilisations. En France, seul le littoral de la Méditerranée où se trouvaient des villes d'origine grecque ou romaine et quelques grandes villes comme Lyon, capitale des Gaules, suscitaient l'intérêt de la recherche académique. Le reste du territoire était lai […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La photogrammétrie au service du patrimoine »  : […] Depuis la Seconde Guerre mondiale, jamais sans doute les grands chantiers de travaux publics, les opérations d'urbanisme, les aménagements de l'espace rural ne se sont autant associés aux méfaits du temps, aux cataclysmes naturels et à la guerre, pour détruire ou modifier les témoignages matériels du passé. Modifications constantes du tissu urbain, désertification des campagnes, multiplication des […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 668 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La destruction du patrimoine archéologique »  : […] Cependant, pas plus que les rois francs, les ancêtres gaulois n'étaient totalement recommandables. Non seulement ils étaient décrits par les historiens grecs et romains comme des barbares, mais ils avaient été vaincus, perdant jusqu'à leur langue. La véritable origine culturelle revendiquée par les élites françaises des xviii e et xix e  siècles (et au-delà) était bien celle de la Grèce, de l'Ita […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Michel LENIAUD, « PATRIMOINE, art et culture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-art-et-culture/