PATRIMOINE ET MIGRATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’introduction des migrations dans le champ des recherches sur le patrimoine date de la fin des années 2000. Conçue au départ comme une prérogative de l’État, l’institution du patrimoine s’est pendant longtemps consacrée à la sélection et à la valorisation des biens d’exception, favorisant la construction d’un sentiment d’appartenance nationale. L’extension du domaine patrimonial à l’immatériel, la participation grandissante d’acteurs venus de la société civile et du monde associatif à ces processus de requalification d’objets, de pratiques, de savoirs, etc., en patrimoine, ainsi que l’importance de la question migratoire dans un contexte de mondialisation ont cependant favorisé la reconnaissance progressive des liens entre fabrique du patrimoine et migration selon une perspective double : la patrimonialisation des migrations et la patrimonialisation en migration.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en anthropologie, université de Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, UMR 7218 Laboratoire architecture, ville, urbanisme, environnement

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Anaïs LEBLON, « PATRIMOINE ET MIGRATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-et-migrations/