PARALOGISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Raisonnement erroné, fait en toute bonne foi et sans intention de tromper (ce qui le distingue du sophisme, qui est un paralogisme perpétré avec l'intention de tromper). Étymologiquement, commettre un paralogisme c'est « raisonner à côté ». Historiquement, sont demeurés célèbres les paralogismes de la raison pure énoncés par Kant dans la dialectique de la Critique de la raison pure (1781) : la psychologie rationnelle prétendait à tort pouvoir démontrer grâce à eux certaines propriétés de l'âme (à savoir sa substantialité, sa simplicité, sa personnalité, l'idéalité de ses représentations). Il s'agit là de paralogismes « transcendantaux » qui ont leur « fondement dans la nature de la raison humaine et entraînent une illusion inévitable mais non insoluble ». L'erreur cachée consiste à confondre le « je pense », concept transcendantal (il ne sert qu'à « présenter toute pensée comme appartenant à la conscience ») purement formel et vide de tout contenu, avec le moi empirique et avec l'âme. À partir de cette confusion, la psychologie rationnelle voudrait démontrer que l'âme possède des qualités qui impliquent, et c'est là le point essentiel, son immortalité. Que l'immortalité de l'âme n'est pas rationnellement démontrable, ou que sa prétendue démonstration repose en fait sur un paralogisme, telle est la première affirmation par où Kant inaugure sa critique de la métaphysique traditionnelle.

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  PARALOGISME  » est également traité dans :

PARADOXE

  • Écrit par 
  • Yannis DELMAS-RIGOUTSOS
  •  • 1 632 mots

Dans le chapitre « Paralogies »  : […] Une paralogie tient de l'« erreur » logique, puisque sa contradiction résulte essentiellement du raisonnement développé par le paradoxe. Pour autant, l'erreur n'est pas toujours facile à déceler et certains paradoxes de cette catégorie ont gardé leur saveur depuis l'Antiquité, comme le Sorite : « Si l'on ôte un grain d'un tas de blé, on a toujours un tas. Si on retire deux grains, cela ne change […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradoxe/#i_36693

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Dans le chapitre « Pathologie du raisonnement »  : […] Il y a un usage pathologique du raisonnement lorsque celui-ci, même correct, est employé hors de propos : par exemple, chez l'homme irrésolu qui délibère indéfiniment là où la situation exigerait une décision rapide, ou chez le schizophrène qui raisonne avec une logique irréprochable pour justifier des affirmations tout à fait déraisonnables. D'autre part, certains raisonnements, indépendamment de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement/#i_36693

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « PARALOGISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paralogisme/