PAPYROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des textes fragiles, mais un apport précieux

Le travail du papyrologue consiste à lire et à transcrire, puis à dater et commenter les documents qu'il possède. Le plus souvent l'écriture est cursive, les lettres sont ligaturées ; la graphie évolue suivant les époques, de la « sécheresse » des archives de Zénon aux fioritures byzantines. Dans la plupart des cas, le papyrus ne parvient pas indemne : l'éditeur doit en combler les lacunes, ce qui est souvent possible grâce aux textes parallèles. Il existe aussi des ouvrages spécialement établis d'après la documentation papyrologique, tels que dictionnaire, recueil de noms propres, liste de corrections, dont la conception est due à F. Preisigke. La plupart des grandes villes universitaires, des grands musées possèdent leur collection de papyrus, d'importance variable : en France, Paris et Strasbourg. Les textes y sont parvenus au hasard des acquisitions, et ce hasard a parfois partagé les pièces d'un même dossier entre plusieurs collections. Les papyrus sont cités d'après la collection à laquelle ils appartiennent (ou encore leur lieu d'origine) et leur ordre de publication.

On distingue traditionnellement papyrus littéraires et papyrus documentaires. Les philologues n'accordent en règle générale qu'une valeur relative aux leçons des papyrus : ce sont souvent des copies hâtives, destinées à l'usage personnel. Ainsi, le somptueux Papyrus d'Antinoé (t. I, no 29), superbement écrit, contient un texte des Géorgiques très fautif. Néanmoins, leur antériorité de six à huit siècles par rapport aux manuscrits donne une autorité aux leçons confirmées par d'autres témoignages. Le grand apport de la papyrologie en ce domaine est la découverte de textes nouveaux, qui ont attiré sur elle l'attention. Ainsi, en 1891, étaient édités la Constitution d'Athènes d'Aristote puis les Mimes d'Hérondas, d'après des papyrus du British Museum. Depuis, des fragments inédits de Sophocle, d'Euripide, d'Hypéride ont été restitués ; [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification

Autres références

«  PAPYROLOGIE  » est également traité dans :

COPTES

  • Écrit par 
  • Pierre DU BOURGUET, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 983 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monde païen »  : […] Les textes où se manifeste une langue pratiquement fixée – dernière étape de la langue de l'Égypte ancienne avec deux catégories de mots nouveaux, ceux de l'administration, ceux de la religion – remontent au i er  siècle de notre ère. Horoscopes ou formules d'exécration, ils relèvent de la magie et sont sans doute des traductions. La littérature magique plus directement copte se prolongera jusqu'à […] Lire la suite

DÉCRYPTAGE DES PAPYRUS D'HERCULANUM

  • Écrit par 
  • Daniel DELATTRE
  •  • 663 mots
  •  • 1 média

Les spécialistes des écrits anciens sur papyrus attendaient beaucoup des techniques d’imagerie pour percer le secret des rouleaux retrouvés entre 1752 et 1754 à Herculanum sous la lave du Vésuve qui les avait conservés depuis l’éruption de 79, au cours de laquelle ils furent carbonisés à une température de plus de 300  0 C. Depuis longtemps, de gros efforts avaient été déployés pour lire le conte […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 500 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes. La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmi […] Lire la suite

EMPÉDOCLE (env. 490-env. 430 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le papyrus de Strasbourg »  : […] Un bandeau de papyrus pliés, servant de support aux feuilles de bronze d'une couronne funéraire, avait été déposé dans une tombe, au ii e ou iii e siècle après J.-C., vraisemblablement à Achmîm, l'antique Panopolis, en Haute-Égypte, l'endroit même où le papyrus fut acheté. On ne sait s'il faisait partie de la bibliothèque du mort, s'il était destiné à accompagner celui-ci dans son voyage d'outre […] Lire la suite

NAG HAMMADI BIBLIOTHÈQUE DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 1 376 mots

On désigne sous le nom de bibliothèque de Nag Hammadi un lot de papyrus découverts fortuitement par des paysans égyptiens durant l'hiver 1945-1946. Ces papyrus étaient enfermés dans une jarre, au pied de la falaise du Gebel el-Tarif, assez près de l'ancien monastère fondé par Pacôme (Pboou ou Phboou, aujourd'hui Faou Guibli), sur le territoire du village de Qsar El-Sayyad (l'antique Khenoboskion) […] Lire la suite

TEXTES (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 798 mots

Dans le chapitre « Les papyrus »  : […] L'apport des papyrus trouvés en Égypte n'en est que plus précieux : certains proposent des variantes, très antérieures aux manuscrits, de textes déjà connus ; mieux encore, d'autres révèlent des textes nouveaux, parfois d'un intérêt majeur. C'est ainsi que furent découverts, en 1890, la Constitution des Athéniens d'Aristote (British Museum, Londres) et, en 1957, la première comédie complète de Mé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrice CAUDERLIER, « PAPYROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/papyrologie/