ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation)La littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes.

La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmine en Pharaon, roi-dieu, la littérature n'y est pas seulement style d'expression au niveau des hommes, mais aussi mode de relation avec les divinités et avec l'au-delà.

« Religieuse », « funéraire », ces épithètes discriminantes trahissent en fait nos propres points de vue, très éloignés de ceux des Égyptiens anciens. Il n'y a pas de place pour une littérature gratuite, pas plus qu'il n'y a d'« art pour l'art », dans une civilisation où les diverses formes d'existence sont liées par des réseaux de symboles et où le mot, parole et écrit, est un instrument d'efficience suprême dans l'énorme machinerie du monde.

Ainsi ce n'est sans doute pas un hasard si l'on ne possède rien sur la théorie littéraire. L'habituelle classification par genre peut apparaître arbitraire, même si elle demeure pour nous commode. De ces textes se dégage une valeur d'éternité en même temps qu'une volonté d'efficacité – nous dirions « magique ». Aussi les références à l'individuel – auteur, milieu, décor – sont-elles secondaires ; statues et reliefs témoignent de la permanence du défunt ou de la scène figurée, l'anecdote n'intervenant qu'occasionnellement. Pourtant, de même que les styles varient selon les époques, les classes sociales, les catégories de monuments, de même les textes sont loin d'être uniformes. Au cours de plus de trois millénaires, que de différences ! Si le divin et le grandiose dominent dans l'Ancien Empire (2700-2300 av. J.-C.), l'humain, voire le politique se manifestent au Moyen Empire (vers 2000 av. J.-C.), le pittoresque, le gracieux ou le caricatural caractérisant maintes œuvres du Nouvel Empire (1580-1085 av. J.-C.). Quant à la basse époque, en son désir de répéter les grandes leçons du passé, elle emprunte à toutes les traditions antérieures ; la culture pharaonique subsiste enfin fort avant dans notre ère : les derniers hiéroglyphes sont gravés à la fin du ive siècle après J.-C., les inscriptions démotiques aux alentours de 470 après J.-C.

On doit admettre que, comme toutes les civilisations primitives, l'Égypte prédynastique possédait une tradition orale. Il est presque impossible de s'en faire une idée, encore que certaines sentences magiques et culturelles de l'Ancien Empire puissent en être les vestiges.

Pour une si longue durée, il n'est guère facile de reconstituer la « masse » littéraire. Nos connaissances restent tributaires des découvertes archéologiques ; la plupart des richesses de la littérature égyptienne demeurent inconnues. Les textes « religieux », gravés souvent dans la pierre des temples ou des tombeaux, sont parvenus jusqu'à nous en assez grand nombre ; leur traduction et leur interprétation restent délicates, malgré les progrès de l'égyptologie. Mais combien d'œuvres, transcrites sur des rouleaux de papyrus, matériau fragile par excellence, sont totalement perdues ! Certaines sont attestées par de simples allusions ; d'autres ne sont connues que par d'infimes fragments de papyrus, par des copies d'écoliers sur des éclats de calcaire ou des tessons de poteries (ostraca) ; sur de tels fragments, quelques illustrations cocasses sont presque les seuls témoins de l'existence de fables et d'histoires d'animaux.

Certaines époques sont mieux représentées que d'autres. On possède peu de vestiges de la littérature des IIIe et IVe dynasties – l'époque des grandes pyramides (vers 2700-2500 av. J.-C.) – ou encore de la période saïte (milieu du Ier millénaire av. J.-C.). Paradoxalement, en revanche, les troubles sociaux de la première période intermédiaire (vers 2200 av. J.-C.) furent moins défavorables à la « littérature » qu'à d'autres expressions artistiques ; en cette période de crise de la société pharaonique surgissent des œuvres plus personnelles et, pour notre sensibilité, plus émouvantes ; les lettrés des époques postérieures les ont reproduites et certaines sont parvenues jusqu'à nous.

Il existait des bibliothèques privées, comme en témoigne u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton et la reine Nefertiti

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton et la reine Nefertiti
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Masque de momie de Khaemouaset, fils du pharaon Ramsès II

Masque de momie de Khaemouaset, fils du pharaon Ramsès II
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Autres références

«  ÉGYPTE ANTIQUE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 1 614 mots

Lorsque, au vie siècle de notre ère, l'empereur Justinien fit amener à Constantinople les statues d'Isis qu'on adorait encore dans l'île de Philae, à la première cataracte, lorsqu'il emprisonna les derniers prêtres de la déesse, il semblait vraiment que la civilisation de la vieille Égypte était bel et bi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

L'Égypte est une étrange réalité géographique. Tout s'y fait au contraire des autres pays, remarque Hérodote. C'est une longue oasis verdoyante d'une fertilité extraordinaire. Mais, hors de la plaine qui borde le fleuve, c'est un terrain d'une affreuse aridité, qui commence de manière si abrupte qu'on peut avoir un pied dans les cultures et l'autre dans le […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 460 mots
  •  • 1 média

Égypte ptolémaïque, Égypte lagide, Égypte hellénistique : cette triple appellation est employée communément pour désigner une même réalité, dans l'espace et dans le temps, mais avec des connotations particulières. L'Égypte lagide, c'est la vallée du Nil, de la mer à la deuxième cataracte, et les pays qui furent rattachés par conquête à ce territoire, depuis la mort d' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Après la mort de Cléopâtre, en 30 avant J.-C., l'Égypte passe au pouvoir d'Auguste et du même coup sous la domination romaine : elle devait y rester six siècles, c'est-à-dire jusqu'à la conquête arabe marquée en 640 après J.-C. par la prise de Babylone et en 641 par la chute d'A […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Préparée par les travaux des savants de l'expédition d'Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu'à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s'avançant loin dans ce qu'on appelait alors l' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rit […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 057 mots
  •  • 9 médias

L'écriture égyptienne apparaît en même temps que l'unification du pays, vers 3100 avant J.-C., et se développe rapidement. Ce n'est pas un hasard. La civilisation, en Égypte, dépend étroitement du Nil, car elle repose sur la bonne utilisation des eaux du fleuve. En effet, celles-ci seraient insuffisantes si l'ino […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Selon la tradition des annales de l'Égypte ancienne, dont les auteurs grecs se sont fait l'écho, le premier pharaon, responsable de l'unification du pays, se serait appelé Ménès, nom ignoré des sources archéologiques datant des débuts de l'histoire. Aussi s'est-on longtemps posé la question de sa véritable identité. Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-litterature/