PANAMÉRICANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Simon Bolivar

Simon Bolivar
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Fidel Castro, 1960

Fidel Castro, 1960
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Fidel Castro aux Nations unies, 1975

Fidel Castro aux Nations unies, 1975
Crédits : Hulton Getty

photographie


L'expression de « panaméricanisme » désigne un mouvement qui tend à rassembler les États du Nouveau Monde dans un ensemble organisé favorisant leur coopération politique, économique et culturelle. Si le Canada n'y a jamais participé, en revanche, les jeunes États des Caraïbes anglophones y ont adhéré dès leur accession à l'indépendance et ont été admis dans un système qui, jusque-là, ne comprenait, à côté des États-Unis, que les pays de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud : l'Organisation des États américains (O.E.A.).

Créée en 1948, à Bogotá, celle-ci constitue le cadre institutionnel du panaméricanisme.

L'origine de ce mouvement est, cependant, beaucoup plus ancienne. On l'attribue à l'initiative de Simón Bolívar, qui convoqua, en 1826, à Panamá, les représentants des jeunes républiques pour conclure un traité d'union des confédérations. Les États-Unis y envoyèrent des représentants qui ne parvinrent jamais à rejoindre le Congrès et l'on discutera toujours sur la véritable ampleur du « rêve de Bolívar » pour déterminer si, dans sa pensée, l'Union devait comprendre les États-Unis ou, au contraire, se limiter à un ibéro-américanisme.

Simon Bolivar

Simon Bolivar

Photographie

Le chef révolutionnaire sud-américain Simon Bolivar (1783-1830). Lors des combats pour la libération du Venezuela, en 1813, il reçoit le titre de Libertador

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

On peut tout autant faire remonter le panaméricanisme à la formulation, en 1823, par le président Monroe, de sa célèbre doctrine tendant à dresser une barrière contre les intrusions de l'Europe en Amérique latine (cf. doctrine demonroe). Cette doctrine supposait un continentalisme. L'isolationnisme nord-américain atteignait l'ensemble d'un continent dont l'isolement géographique devait protéger l'intégrité politique contre les interventions européennes.

Si celles-ci se produisirent à diverses reprises au cours du xixe siècle, elles ne supportent cependant aucune comparaison, quant à la fréquence et à l'importance, avec celles des États-Unis. Tirant profit de l'isolement continental et de la position privilégiée qu'ils s'étaient faite en son sein, ils ont voulu conquérir, au sud du río Grande (qui, depuis 1848, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PANAMÉRICANISME  » est également traité dans :

ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 920 mots

Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors de la première conférence panaméricaine de Washington et prolongée juridiquement par l'adoption en avril […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliance-pour-le-progres/#i_19838

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre «  Le poids historique des États-Unis »  : […] Le 2 décembre 1823, James Monroe, cinquième président des États-Unis, fixait dans un message au Congrès les principes qui devaient guider la politique étrangère de Washington vis-à-vis de l'Europe et de l'Amérique latine : « ... we should consider any attempt on their part to extend their system to any portion of this hemisphere as dangerous to our peace and safety » . Ce me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-evolution-geopolitique/#i_19838

MONROE DOCTRINE DE

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 1 842 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fondement de l'impérialisme des États-Unis (1895-1970) »  : […] Le tournant du xx e  siècle inaugure une ère nouvelle dans l'interprétation de la doctrine. Désormais, la puissance américaine est fortement assise, la conquête du continent est terminée, la Frontière a disparu. Le monde est livré aux grandes puissances. Dans ce contexte nouveau, la doctrine de Monroe se mue en une forme d'impérialisme au profit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/doctrine-de-monroe/#i_19838

O.E.A. (Organisation des États américains)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 364 mots
  •  • 3 médias

Instituée le 30 avril 1948 par les États qui participaient à la IX e  conférence panaméricaine réunie à Bogotá, l'Organisation des États américains (O.E.A.) regroupe l'ensemble des États souverains de l'Amérique . Sa charte constitutive lui donne pour objectifs d'œuvrer au renforcement de la paix et de la sécurité sur le continent, d'assurer le règlement pacifique des diff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-des-etats-americains/#i_19838

PUNTA DEL ESTE CONFÉRENCES DE (1961 et 1967)

  • Écrit par 
  • Jean MAILLET
  •  • 319 mots

La première Conférence de Punta del Este (Uruguay), qui réunit en 1961 les États membres de l'Organisation des États américains, fut marquée par la signature de la Charte créant l'Alliance pour le progrès. Ce pacte fut présenté par le président Kennedy comme l'instrument de nouveaux rapports, fondés sur une coopération plus efficace, entre les États-Unis et les États latino-américains. La Charte s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conferences-de-punta-del-este/#i_19838

Voir aussi

Pour citer l’article

René Jean DUPUY, « PANAMÉRICANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/panamericanisme/