PALMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Palmiers : aires de répartition

Palmiers : aires de répartition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Feuilles

Feuilles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Feuille flabelliforme, détail

Feuille flabelliforme, détail
Crédits : Randy Wells/ Photodisc/ Getty Images

photographie

Palmales : inflorescences

Palmales : inflorescences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Les Palmiers forment un ordre de Monocotylédones (Palmales) comprenant une seule famille, celle des Palmae ou Arécacées. Linné les qualifiait de princes du monde végétal (Principes). Ils sont importants à plus d'un titre. Tout d'abord, ils impriment aux paysages un cachet particulier : une rôneraie, des rivages à cocotiers, des marécages à Nypa, une oasis de palmiers-dattiers autant de formations qui frappent le voyageur. L'humanité leur est par ailleurs redevable d'une gamme étendue de produits : corne d'abondance précieuse pour la subsistance de nombreuses populations. L'inflorescence des palmiers les apparente aux Cyclanthales aux Pandanales et aux Arales : ce sont des Spadiciflores.

Importance numérique et répartition géographique

L'ordre des Palmales groupe près de trois mille espèces et deux cent vingt-six genres. Il est pantropical, avec des extensions subtropicales et un maximum d'espèces dans les régions équatoriales. Les palmiers, grégaires ou solitaires, occupent les sites les plus variés. La forêt intertropicale en abrite la majeure partie, mais ils peuplent aussi les berges des rivières, envahissent les savanes, parsèment les steppes, habitent les déserts, gravissent les montagnes (Ceroxylon andicola atteint 4 000 m dans les Andes). Ils marquent aussi le paysage agraire par leur prépondérance dans certaines formes d'agriculture indigène ou par le développement d'immenses plantations.

La richesse en espèces varie suivant les continents. L'Asie et l'Amérique comptent chacune douze cents espèces, l'Afrique continentale seulement cinquante. L'endémisme des îles est remarquable : Madagascar possède cent treize espèces qui lui sont pour la plupart spéciales ; aux Seychelles vivent six genres monospécifiques, tous endémiques comme le célèbre cocotier-des-Maldives, Lodoicea maldivica, dont le fruit met plusieurs années à mûrir. La Malaisie et la Nouvelle-Guinée d'une part, l'Amazonie d'autre part constituent les deux centres de diversification maximale. La plupart des espèces ont une aire de dispersion limitée, en dehors du cocotier pantropical, des genres Elaeis

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification

Voir aussi

BÉTEL    COÏR    COPRAH    COROZO    DATTE    NIPA    NOIX DE COCO    HUILE DE PALME    RÔNIER    ROTIN    SAGOU    SPADICE    SPATHE

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « PALMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palmales/