PALMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Archipel des Seychelles : palmiers

Archipel des Seychelles : palmiers
Crédits : Michele Falzone/ Getty Images

photographie

Palmiers : aires de répartition

Palmiers : aires de répartition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Feuilles

Feuilles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Feuille flabelliforme, détail

Feuille flabelliforme, détail
Crédits : Randy Wells/ Photodisc/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Appareil reproducteur

Inflorescences et fleurs

Les inflorescences à axe charnu (spadice) constituant l'appareil reproducteur sont protégées par des spathes dures et coriaces et naissent au-dessous des feuilles ou parmi elles. L'inflorescence est plus ou moins compliquée et tous les termes de passage sont observés depuis les grandes panicules terminales des Corypha jusqu'aux épis grêles non ramifiés des petits palmiers néoténiques de forêt. Des séries évolutives se dégagent, révélant des processus de réduction diversement combinés qui affectent le nombre de ramifications (allant d'inflorescences à cinq ordres de branchement jusqu'à des épis apparemment simples), celui des bractées, le raccourcissement des entre-nœuds (allant d'inflorescences lâches à des appareils floraux compacts) et la spécialisation des unités ultimes liées à une ségrégation sexuelle. L'épi, unité de base, de branchu devient simple, puis se réduit à des groupes de fleurs : polyade (par exemple une fleur femelle et cinq fleurs mâles chez Mascareina), diade (une fleur femelle, une mâle ou deux mâles) et fleur solitaire. La formule florale est typiquement celle des Monocotylédones : trois sépales, trois pétales, deux fois trois étamines et trois carpelles. À partir de ce modèle, des variations nombreuses et sensibles s'observent (Corypha) ; elles sont parfois polygames (Chamaerops) et plus souvent unisexuées monoïques, les sexes se trouvant sur des inflorescences séparées (Caryota, Elaeis) ou sur un même spadice (Ptychosperma). Chez les Nypa, les fleurs femelles centrales sont entourées par des épis mâles ; d'autres espèces sont dioïques (Phoenix).

Palmales : inflorescences

Palmales : inflorescences

Diaporama

Types d'inflorescences : épi simple ou panicule plus ou moins complexe. Les fleurs femelles sont représentées en rouge (d'après E. J. Corner). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Réductions d'inflorescences et diagrammes floraux

Réductions d'inflorescences et diagrammes floraux

Dessin

Schémas montrant les réductions d'inflorescences et diagrammes floraux. Les fleurs femelles sont figurées en noir (d'après Emberger, Engler et Pranti, Corner). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les fleurs femelles sont habituellement plus grandes et moins nombreuses que les fleurs mâles. Les fleurs sessiles, pédicellées ou parfois enfoncées dans les tissus du spadice (Borassoïdées), sont superovariées. Leur périanthe est membraneux, coriace ou scarieux, à éléments libres ou soudés, avec préfloraison valvaire ou imbriquée ; il est absent chez Nypa. L'androcée passe de la multistaminie à la paucistaminie, parfoi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification

Voir aussi

DATTE    NIPA    NOIX DE COCO    SPADICE    SPATHE

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « PALMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palmales/