PAESTUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le site de Paestum, en grec Poseidônia, s'élève à 35 kilomètres au sud de Salerne, en retrait de la côte, sur un banc de calcaire épargné par les tremblements de terre et dominant de peu une plaine d'alluvions fertiles apportées notamment par le Sele au nord, et le Salso au sud. Dans cette plaine, riche et bien protégée par les montagnes environnantes, se rencontraient une route côtière nord-sud, une transversale reliant, par la haute vallée du Sele, l'arrière-pays et même l'Adriatique à la mer Tyrrhénienne, enfin une voie qui, par le Valle di Diano et Sala Consilina, gagnait les villes de la côte ionienne. Le Sele (dans l'Antiquité, le Silaris) faisait frontière entre l'Italie centrale et l'Italie méridionale, entre la Campanie et la Lucanie, et marquait l'extrême avancée méridionale de la civilisation étrusque aux confins de la Grande-Grèce. Des installations paléolithiques ont été reconnues sur les pentes proches ; le site fut occupé dès le Néolithique, et les nécropoles voisines (Gaudo surtout) attestent qu'il ne cessa de l'être depuis la fin de l'Âge du bronze. On a retrouvé un peu de céramique chypriote et mycénienne, ce qui indique des contacts au moins indirects avec le monde égéen dès le ~ xive ou le ~ xiiie siècle, mais la ville ne fut fondée que vers ~ 625, peut-être par les Sybarites qui souhaitaient en faire une tête de pont pour leur commerce, peut-être aussi par des colons thessalo-béotiens débarqués vers le milieu du ~ viie siècle à l'embouchure du Sele, où ils fondèrent un important sanctuaire de Héra Argienne (Héraïon du Silaris). Poseidônia, ville grecque, puis lucanienne à partir de la fin du ~ ve siècle, connut une grande prospérité commerciale jusqu'au ~ ier siècle. Les Romains, victorieux des Lucaniens, y installèrent en ~ 273 une colonie de droit latin et laissèrent à Paestum une relative autonomie, en échange de quoi elle resta loyale à Rome même durant les guerres puniques. Puis l'accroissement des relations de Rome avec la Méditerranée orientale et le déplacement des grandes routes commerciales vers l'Adriatique condamnèrent Paestum à un lent déclin. Elle fut encore le siège d'un épiscopat avant que ses habitants ne fuient devant les Sarrasins et ne l'abandonnent au milieu des marais, où elle fut oubliée jusqu'au xviiie siècle. La préhistoire de la région, l'histoire, l'urbanisme, l'architecture de la ville et de l'Héraïon, la production artistique enfin, sculpture, tombes peintes, céramique et figurines de terre cuite retiennent l'attention des archéologues et des historiens de l'art. Les circonstances de l'installation des Grecs dans la région — motifs, dates, processus de colonisation — sont encore à préciser. Les Grecs ont conçu l'enceinte archaïque, relativement restreinte, percée aux quatre points cardinaux de portes qui subsistent dans le rempart actuel, restauré ou construit par les Lucaniens et les Romains sur un nouveau tracé. Entre les quatre portes, l'orientation des deux axes principaux, qui définissait les grandes lignes du premier urbanisme, a été aussi modifiée : parallèle au cardo et au decumanus, la trame urbaine actuellement visible date de l'époque républicaine et ne coïncide pas avec les plans antérieurs de la ville. Entre l'avenue nord-sud et nord, la voie sacrée à l'ouest et la route moderne à l'est, s'étend la principale zone archéologique où se succèdent le sanctuaire urbain de Héra, le forum et ses bâtiments environnants, des quartiers d'habitation et le sanctuaire d'Athéna. Trois temples doriques assez bien conservés font la renommée du site, l'Héraion I, dit Basilique (env. ~ 550, D. Mertens, 1993), le temple d'Athéna, dit de Cérès (env. ~ 510) et l'Héraion II, dit temple de Poséidon (~ 450). Sur les lieux de l'agora grecque, le forum (E. Greco, D. Theodorescu, 1980-1987) bordé de portiques, est environné de tabernae et d'édifices civils et religieux : ancien bouleutérion de la cité grecque, « temple italique » ou Capitole de la ville romaine, curie ; tout près, l'amphithéâtre et, à l'opposé, près de la voie sacrée, une chapelle souterraine du ~ vie siècle, sans doute dédiée à une divinité chtonienne de la Fécondité. Les sanctua [...]

Temple de Cérès, Paestum

Photographie : Temple de Cérès, Paestum

Le temple d'Athéna, dit de Cérès. Vers 510 avant J.-C. Paestum, Italie. 

Crédits : M. Santini/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Paestum

Photographie : Paestum

L'Héraion II, dit temple de Poséidon. Vers 450 avant J.-C. Paestum, Campanie, Italie. 

Crédits : Kathleen Campbell/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Temple de Cérès, Paestum

Temple de Cérès, Paestum
Crédits : M. Santini/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Paestum

Paestum
Crédits : Kathleen Campbell/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Guerriers samnites en marche, IVe siècle avant J.-C.

Guerriers samnites en marche, IVe siècle avant J.-C.
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Tombe du Plongeur, parois latérales, art grec

Tombe du Plongeur, parois latérales, art grec
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, ancien membre de l'École d'archéologie d'Athènes, chargée de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  PAESTUM  » est également traité dans :

LES TOMBES PEINTES DE PAESTUM (exposition)

  • Écrit par 
  • Mathilde MAHÉ
  •  • 1 213 mots

À une centaine de kilomètres au sud de Naples, sur le rivage tyrrhénien, se dressent les imposants vestiges de la cité de Paestum, l'ancienne Poseidônia fondée par des colons grecs venus de Sybaris au viie siècle avant J.-C. : ses trois temples doriques constituent les édifices les mieux conservés de toute l'Ita […] Lire la suite

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 808 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Grecs et Étrusques »  : […] C'est en Campanie que les Grecs implantèrent pour la première fois leurs colonies sur le sol italien. Installés d'abord à Ischia (Pithécusses), ils s'établirent entre 750 et 725 avant J.-C. sur le rocher de Cumes, acropole naturelle à l'orée de la plaine campanienne. Comptoir de commerce, mais surtout colonie de peuplement, Cumes fonde Dicéarchée (Pouzzoles), Parthénopé, qui laissera bientôt la p […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La production en série de tombes peintes à Paestum au IVe siècle avant J.-C. »  : […] De Paestum proviennent en outre une série de tombes peintes datées du iv e siècle avant J.-C., au moment de la domination lucanienne. Dans ce milieu mixte, se généralise l'usage d'orner de peintures l'intérieur des tombes appartenant aux personnages les plus importants. On dispose ainsi d'une cinquantaine de tombes peintes, des tombes à caisse dont l'ornementation était exécutée pour les funérail […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 408 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La place du décor dans les ordres »  : […] En dépit de son austérité, l'ordre dorique peut accueillir, à l'articulation de certains éléments de son élévation, de discrètes moulures décorées : au temple d'Héra I de Paestum (vers 530 av. J.-C.), l' échine des chapiteaux est ceinte d'un petit motif ciselé de fleurs de lotus et de rosettes alternées, tandis que l'architrave est couronnée d'une moulure à feuilles qui tient lieu de taenia ; à l […] Lire la suite

SÉPULTURE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 536 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le décor funéraire et ses diverses valeurs »  : […] Les diverses parties de la sépulture ont simultanément ou successivement attiré un décor, peint en général, plus rarement sculpté. Selon les périodes et les civilisations, il reste discret ou se répand avec profusion. Les découvertes de Paestum ont montré que la qualité du décor n'est pas liée à la monumentalité de la tombe. Les nécropoles de Paestum comportent des tombes à fosses dont les paroi […] Lire la suite

Pour citer l’article

M.-F. BILLOT, « PAESTUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paestum/