OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Oxydes et hydroxydes naturels : caractéristiques

Oxydes et hydroxydes naturels : caractéristiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Oxydes et hydroxydes naturels : caractéristiques

Oxydes et hydroxydes naturels : caractéristiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Zones de stabilité du groupe du corindon

Zones de stabilité du groupe du corindon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Manganite

Manganite
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Une trentaine d'éléments (métaux et métalloïdes) forment avec l'oxygène et le groupe hydroxyle (OH) des minéraux que l'on range dans la classe des oxydes et des hydroxydes. La majeure partie de ces minéraux, très importants au point de vue économique, est concentrée dans les zones superficielles de l'écorce terrestre. Si la genèse de nombreux oxydes peut être de type endogène ou sédimentaire, c'est cependant dans la zone d'altération de certaines roches et dans la zone d'oxydation des gîtes métallifères que se produisent la plupart des réactions aboutissant à des néoformations où sont prépondérants les oxydes et hydroxydes.

La majorité des composés de cette famille ont une structure cristalline où les liaisons sont à caractère ionique dominant. Comme les anions O2- et (OH)- ont pratiquement le même rayon ionique (0,132 nm), ils forment un assemblage cubique à faces centrées ou hexagonal compact, les sites tétraédriques et octaédriques étant occupés par les cations. Les différences de structure dépendent essentiellement des dimensions des cations, de leur valence et de la nature des liaisons. Les hydroxydes, en particulier, possèdent une structure lamellaire. L'analogie de structure et de rayon ionique dans un même type explique l'existence de nombreuses solutions solides entre des composés définis.

On distingue, dans cette classe, les oxydes anhydres simples (cations de même nature) ou complexes (plusieurs cations de nature différente) et les hydroxydes. Cette subdivision est justifiée du point de vue de la cristallochimie.

L'eau et la glace peuvent être considérées comme des oxydes, mais leurs propriétés physico-chimiques et leur abondance à la surface du globe justifient qu'on les étudie à part ; il ne sera de même pas question ici des minéraux de l'oxyde de silicium (silice), très proches des silicates par leur structure et leur importance géochimique. Les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS  » est également traité dans :

BAUXITES

  • Écrit par 
  • Michel ESTERLE, 
  • Jean-Pierre LAJOINIE
  •  • 3 786 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Hydroxydes et oxyde d'aluminium »  : […] Quatre sont connus dans les bauxites ; ce sont la gibbsite, la bœhmite, le diaspore, le corindon. La gibbsite , ou hydrargillite , γA1(OH) 3 , cristallise dans le système monoclinique et se présente en petits cristaux (de 2 à 4 micromètres en moyenne ; quelquefois visibles à l'œil nu) hexagonaux, souvent maclés. Elle constitue parfois des sphérolites à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bauxites/#i_40202

CHRYSOBÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 061 mots
  •  • 1 média

Oxyde de béryllium et d'aluminium, le chrysobéryl (« béryl d'or », du grec chrusos , or, et bêrullos , béryl) est une pierre fine présentant à l'état naturel des cristaux prismatiques ou tabulaires, striés, de couleur jaune verdâtre, grise, brune, vert bleuté. Il est souvent maclé à deux individus, formant un « V » caractéristique, ou à trois individus, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chrysoberyl/#i_40202

COLOMBITE-TANTALITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 293 mots

La tantalite, (Fe,Mn)Ta 2 O 6 , et la colombite (on écrit aussi columbite), ou niobite (Fe,Mn)Nb 2 O 6 constituent une série de mélanges minéraux isomorphes : les colombo-tantalites. Les teneurs en colombo-tantalates, ou niobo-tantalates, et en ferromagnésiens varient beaucoup, et même à l'intérieur d'un gîte de petite dimension. À cette série on trouve quelquefois associés l'étain, le tungstène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colombite-tantalite/#i_40202

GOETHITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 661 mots

Hydroxyde de fer, la goethite (dédiée au poète et philosophe allemand Johann Wolfgang von Goethe, qui fut aussi un passionné de minéralogie) est un minéral assez répandu et le principal constituant de la limonite. Elle se présente le plus souvent en masses compactes, réniformes ou stalactiformes, à la structure radiée ou terreuse. En masses compactes, elle prend une couleur noire métallique dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goethite/#i_40202

GRENATS

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD, 
  • Ramanathan KRISHNAN
  •  • 4 299 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les monocristaux »  : […] Pour certaines études fondamentales et certaines applications, il est obligatoire de disposer de monocristaux. La méthode utilisée couramment même pour la fabrication industrielle consiste à mettre en solution des oxydes qui constituent le grenat désiré, à l'aide de fondants, généralement des sels du plomb PbO, PbF 2 , auxquels on ajoute une certaine quantité de B 2 O 3 . La fusion se fait dans un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenats/#i_40202

LIMONITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 586 mots

La limonite est non pas un minéral mais un ensemble d'oxydes et d'hydroxydes de fer divers et d'argiles. Les principaux composants sont la goethite et, en moindre teneur, la lépidocrocite. La limonite se présente en masses compactes poreuses, terreuses ou pulvérulentes, et elle colore les sols en brun ou jaunâtre à température ambiante ; avec une légère augmentation de la température, les sols de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/limonite/#i_40202

LOPARITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 232 mots

De formule : (Na,Ce,Ca)(Nb,Ti)O 3 , la loparite est un minéral qui a été découvert dans la presqu'île de Kola (Russie). Sa composition chimique est variable ; on trouve, ainsi, en faible quantité ou en traces : Na 2 O, K 2 O, SrO, UO 2 , ThO 2 , SiO 2 ... La loparite cristallise dans le système cubique en cristaux généralement petits (de 1 à 2 mm), de couleur noir à gris sombre, et laissant sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loparite/#i_40202

MAGNÉTITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

Oxyde de fer, la magnétite (du grec magnès , aimant) doit son nom à sa principale caractéristique : c'est un aimant naturel. La forme de ses cristaux permet également de la distinguer aisément, ceux-ci se présentant généralement en octaèdres, en dodécaèdres ou en rhomboèdres parfaits, dérivant d'un habitus cubique sous lequel on rencontre rarement cette espèce minérale. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetite/#i_40202

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Oxydes et hydroxydes »  : […] Parmi les quelque 250 espèces, on trouve surtout des composés ioniques. Cette classe comprend des oxydes multiples, qui, chimiquement, devraient être considérés comme des sels : spinelles, niobates, tantalates, certains titanates, uranates et antimoniates. Les oxydes de silicium (silice) sont, d'autre part, souvent rangés aux côtés des silicates (cf. infra , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_40202

PSILOMÉLANE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 257 mots

Oxyde hydraté naturel de manganèse observé généralement en concrétions à structures en zones concentriques ou en agrégats microcristallins (les enduits dendritiques sont fréquents). Le psilomélane est noir à l'éclat submétallique. La dureté (4-6) varie avec la teneur en eau et l'état physique. La masse volumique est de 4,4 à 4,7 g/cm 3 . Ce minerai de manganèse, 6 MnO 2 , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psilomelane/#i_40202

PYROLUSITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 382 mots

De formule M n O 2 , la pyrolusite est un oxyde naturel de manganèse. Elle est une pseudomorphose de l'acerdèse MnO(OH) dont elle dérive par déshydratation, le minéral devenant friable et tachant les doigts de noir. La pyrolusite s'observe en masses compactes cristallines ou cryptocristallines, éventuellement en masses pulvérulentes qui rappellent la suie. La véritable forme cristalline de la pyro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrolusite/#i_40202

RUTILE

  • Écrit par 
  • Claude SALZE
  •  • 315 mots

Forme la plus commune — dans la nature — des oxydes de titane, le rutile est un minéral qui cristallise en baguettes aciculaires de couleur rougeâtre. De forme quadratique, le cristal possède deux clivages assez nets ; il est souvent maclé en genou ou en cœur. L'association en réseau plan de plusieurs macles est typique. Transparent en lame mince, il a un éclat adamantin, métallique et un pléochro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutile/#i_40202

SUPPORTS MINÉRAUX, chimie

  • Écrit par 
  • André LOUPY
  •  • 342 mots

De nombreux oxydes minéraux naturels tels que les alumines, les argiles et les silices sont utilisés en lieu et place des solvants dans de nombreux procédés de synthèse organique. Grâce aux éléments présents dans leurs structures, notamment des sites oxygénés basiques et des sites métalliques ou acides, et du fait des valeurs élevées des surfaces spécifiques de ces supports (jusqu'à 500 m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supports-mineraux-chimie/#i_40202

URANINITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 560 mots

L'uraninite est le principal minerai d'uranium et de radium et doit son nom au premier de ces métaux. C'est un dioxyde d'uranium, mais, dans la nature, celui-ci est plus ou moins oxydé, et, de ce fait, sa composition varie entre deux pôles : UO 2 et UO 3 . Le trioxyde serait dû, en partie, à une auto-oxydation résultant du fait que les processus radiogéniques maintiennent le minéral à une tempéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uraninite/#i_40202

Voir aussi

ANATASE    BŒHMITE    BROOKITE    BRUCITE    CUPRITE    DIASPORE    GIBBSITE ou HYDRARGILLITE    ILMÉNITE    LÉPIDOCROCITE    MANGANITE ou ACERDÈSE    PECHBLENDE    PÉRICLASE    POLIANITE    PYROCHLORE    SÉNARMONTITE    TENORITE    ZINCITE

Pour citer l’article

Joseph BOLFA, « OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydes-et-hydroxydes-naturels/