Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BAUER OTTO (1881-1938)

Tenu pour un des plus éminents représentants de l'austro-marxisme, Otto Bauer s'inscrit dans la lignée antidogmatique de la pensée marxiste en s'efforçant de créer une troisième voie entre le bolchevisme et la social-démocratie.

Né à Vienne d'une famille originaire de Bohême, le 5 septembre 1881, Bauer a vingt-quatre ans quand il publie, après de brillantes études de droit et d'économie, La Question des nationalités et la social-démocratie. Membre de la gauche du S.P.Ö. (Parti social-démocrate autrichien), il dirige la revue Kampf (Combat). Fait prisonnier par l'armée russe et envoyé en Sibérie au cours de la guerre de 1914, il est libéré, à la demande de Kautsky, par le soviet de Petrograd. Dès son retour à Vienne, il prend la direction de l'Arbeiter Zeitung, journal de la social-démocratie. Lors de la chute de l'Empire austro-hongrois, il milite en faveur des conseils ouvriers et devient chef de la fraction de gauche. Ses articles seront réunis sous le titre La Marche au socialisme. En 1934, il participe à la lutte contre le coup d'État de Dolfuss et des chrétiens-sociaux. Après l'écrasement du mouvement ouvrier, il se réfugie en Tchécoslovaquie, puis à Paris, où il meurt le 3 juillet 1938.

Comme Max Adler, Otto Bauer a subi l'influence du Capital, de Bernstein, des néo-kantiens, d'Ernst Mach. Son ouvrage La Théorie marxiste des crises économiques est publié sur les instances de Karl Kautsky, avec qui il entretiendra une longue correspondance. La fin de l'Empire et la République, où il est pour un temps secrétaire aux Affaires étrangères, l'incitent à prendre ses distances par rapport au parti bolchevique et à la social-démocratie. Il élabore alors son projet d'une troisième voie vers la révolution. Avec Max Adler, Karl Renner, Rudolf Hilferding, Gustave Eckstein, il combat le développement du marxisme autoritaire et la sclérose des analyses. Selon lui, « chaque étape doit produire son Marx ». Dans La Question des nationalités et la social-démocratie (1907, rééd. 1924), il attend du socialisme non qu'il nivelle les diversités nationales mais que, entraînant l'autodétermination, il efface les antagonismes et les archaïsmes et conserve ce qu'il y a de spécifique à chaque ethnie. Ainsi Otto Bauer prône-t-il la pluralité des caractères nationaux dans l'unité d'un socialisme fondé sur la liberté des individus.

Sa conception de la « révolution lente » et de la violence réduite à une attitude d'autodéfense a eu l'infortune de paraître inopportune à une époque où l'affrontement brutal des idéologies était inévitable, en raison des crises de mutation du capital. Comme Max Adler, Otto Bauer s'est attiré le reproche d'intellectualiser les véritables conflits et d'édulcorer la violence des réponses qu'ils exigeaient, du moins si l'on ne choisissait pas de les éviter par la fuite et la dérobade. Bien qu'il écrive que « la révolution politique n'est que la moitié de la révolution sociale », sans doute n'a-t-il trouvé que la politique à opposer aux bolcheviques, qui faisaient la révolution sociale à moitié, aux dépens des masses et au profit des instances bureaucratiques du parti.

Sa marche au socialisme, qui propose une organisation d'entreprise formée par un tiers de travailleurs, un tiers de consommateurs et un tiers d'entrepreneurs, n'offre qu'une version abâtardie du conseil ouvrier, telle qu'elle s'accordera avec le contrôle étatique en Yougoslavie. Sa contribution la plus importante à la révision du marxisme restera sans doute la volonté d'auto-éducation, qu'il n'a jamais cessé de revendiquer comme la meilleure garantie de refus de toute tyrannie.

— Raoul VANEIGEM

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

    • Écrit par Roland LOMME
    • 21 116 mots
    • 6 médias
    Au tournant du siècle, comme le constate Otto Bauer en 1907, « dans tous les États du centre-Europe, la position du parti ouvrier social-démocrate envers les questions nationales se situe au centre des débats » et c'est alors seulement que le marxisme élabore une théorie de la nation et de son rôle...
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

    • Écrit par Michel ROSIER
    • 6 816 mots
    • 2 médias
    La théorie de Rosa Luxemburg a néanmoins un point faible, mis au jour dès 1913 par Otto Bauer, un austro-marxiste. Cette théorie tient, certes, compte du résultat de la concurrence entre les capitaux, mais ne la représente pas. Elle suppose que tous les capitaux ont le même taux de profit, alors que,...
  • MARXISME - Les révisions du marxisme

    • Écrit par Pierre BOURETZ, Evelyne PISIER
    • 3 663 mots
    • 1 média
    Il n'est pas certain que les austro-marxistes, avec pour chef de file Otto Bauer, doivent être considérés comme révisionnistes. Ils ne cessent en effet de renvoyer kautskystes et léninistes dos à dos : crétinisme parlementaire contre crétinisme insurrectionnel, fétichisme démocratique contre fétichisme...
  • SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

    • Écrit par Daniel LIGOU
    • 8 110 mots
    • 6 médias
    ...grande maturité politique des marxistes autrichiens. Successivement, le congrès de Brünn (Brno) en 1899, puis les œuvres théoriques de Karl Renner et d'Otto Bauer s'efforcèrent de résoudre ces problèmes dans le cadre de la vieille monarchie qu'aucun ne voulait supprimer (théorie de l'autonomie...

Voir aussi