WELLES ORSON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'innocence des poètes

À cet égard, Vérités et Mensonges, à trente-trois ans d'intervalle, prolonge Citizen Kane, montrant que l'unité de l'œuvre est moins formelle que morale et métaphysique.

S'il y a unité de style à travers la diversité des films – c'est ce que nous pensons –, elle n'est pas apparente, elle embrasse les formes les plus éloignées (de Shakespeare aux thrillers). « Je ne veux pas que mes films soient dominés par le style. J'en ai un, je l'espère, ou plusieurs, mais je ne suis pas essentiellement un formaliste [...]. Un film ne signifie rien, à moins de rendre la poésie possible. »

Vérités et Mensonges, œuvre consacrée à un faussaire (Elmyr de Hory), est un film sur la mystification. Ici, tout le monde prend la place de tout le monde : le faussaire signe des tableaux de maîtres, le biographe devient célèbre en écrivant la fausse autobiographie d'un homme illustre. Welles, enfin, récupère les chutes d'un reportage de François Reichenbach pour construire son propre film (« Tout ce que je n'ai pas tourné, je l'ai pris dans une poubelle »). Qui est l'auteur ? Où est l'auteur ? Telle est peut-être la question qui conduit l'œuvre d'Orson Welles. À cette question il n'est pas de réponse satisfaisante. On ne peut que la déplacer. L'auteur est toujours ailleurs, la paternité douteuse : on ne maîtrise pas la création. Comme disait Renoir – le plus grand cinéaste aux yeux de Welles –, l'arbre qui dominera la forêt ne sait pas qu'il sera le plus grand. Retrouver cette ignorance – cette innocence – tel est le travail du poète, le secret de la création.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Citizen Kane, O. Welles

Citizen Kane, O. Welles
Crédits : Keystone/ Hulton Getty

photographie

La Dame de Shanghai, d'O. Welles, 1945

La Dame de Shanghai, d'O. Welles, 1945
Crédits : Robert Coburn Sr./ John Kobal Foundation/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-V-René-Descartes, critique de cinéma

Classification

Autres références

«  WELLES ORSON (1915-1985)  » est également traité dans :

WELLES ORSON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 095 mots

6 mai 1915 Naissance d'Orson Welles à Kenosha, Wisconsin.1925 Joue et interprète dans un camp de vacances une version de Dr. Jekyll et Mr. Hyde, d'après R. L. Stevenson.1926-1930 Monte, joue, écrit de nombreuses pièces à […] Lire la suite

CITIZEN KANE, film de Orson Welles

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 937 mots
  •  • 2 médias

Premier long-métrage d'un wonder boy de vingt-cinq ans, Citizen Kane est un film atypique pour des raisons multiples. Bien que débutant dans le cinéma, Orson Welles (1915-1985) obtient de la RKO un contrat exceptionnel qui lui donne le contrôle du film, alors que, dans le systèm […] Lire la suite

CITIZEN KANE (O. Welles), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Connu pour ses mises en scène peu conformistes de Shakespeare et pour l'immense panique provoquée par son adaptation radiophonique de La Guerre des mondes, de H. G. Wells, un jeune homme de vingt-cinq ans, Orson Welles (1915-1985), obtient de la R.K.O. un contrat exceptionnel, qui lui laisse toute liberté – chose rarissime dans la pr […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 666 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution du montage »  : […] Contrairement à ce que l'on pouvait attendre, le montage ne disparut pas avec la nouvelle vague, fille de Bazin et de Rossellini. Orson Welles, dans son film manifeste, Citizen Kane (1941) , utilisait déjà aussi bien le plan-séquence et la profondeur de champ mais aussi toutes les ressources anciennes et nouvelles du montage. Depuis la guerre, et plus encore depuis la fin des années 1960, le mon […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] En 1941, avec son opérateur Gregg Toland, Orson Welles ( Citizen Kane ) revenait à la fois à un certain expressionnisme de la lumière, mais en transformait le sens totalitaire par le recours au plan-séquence et surtout à la profondeur de champ. Ce dernier procédé, le plus important, permettait, à l'aide de nouveaux objectifs, de retrouver une netteté à tous les niveaux de profondeur de l'image et […] Lire la suite

COTTEN JOSEPH (1905-1994)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 739 mots
  •  • 1 média

Bel homme, au charme nonchalant, Joseph Cotten aurait pu être un jeune premier s'il n'avait entrepris sa carrière cinématographique à près de quarante ans. Sa distinction naturelle, son caractère policé, la gentillesse, voire la candeur, qui émane de sa personne lui ont interdit les rôles hauts en couleur et les caractères complexes que semblaient devoir lui valoir son visage, au regard clair et i […] Lire la suite

HAYWORTH RITA (1918-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 860 mots
  •  • 3 médias

En période économique faste, les studios hollywoodiens avaient conçu un star-system draconien et hautement compétitif : chaque « major company » devait créer une vedette qui, en contrepartie, allait travailler sept ans sous la bannière de la firme. Sous la férule de Harry Cohn, dirigeant de la Columbia, Rita Hayworth devint la star la plus identifiable de l'après-guerre, la plus vulnérable aussi, […] Lire la suite

HERRMANN BERNARD (1911-1975)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 3 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une formation classique »  : […] Né le 29 juin 1911 à New York dans une famille juive d'origine russe, Bernard Herrmann reçoit une formation musicale classique en matière de composition et de direction à l'université de New York, où il est l'élève de Philip James et de Percy Grainger, puis à la Juilliard School of Music de New York, où il travaille la composition avec Bernard Wagenaar et la direction d'orchestre avec Albert Stoes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean COLLET, « WELLES ORSON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orson-welles/