KENZAN OGATA (1663-1743)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ère Genroku (1688-1703) vit l'apogée de l'artisanat de Kyōto. La plupart des soieries et des laques y furent fabriqués par les héritiers d'une longue tradition constamment renouvelée par une clientèle au goût raffiné et d'une haute culture. C'est à cette époque que Nonomura Ninsei et Ogata Kenzan furent les initiateurs d'un nouvel art céramique richement décoré. Son succès fut à l'origine d'une importante production qui s'est perpétuée avec plus ou moins de bonheur au cours des xviiie et xixe siècles. Mais cette période si brillante vit la ruine des grandes familles marchandes à qui les daimyō furent dans l'impossibilité de rembourser les sommes qu'ils leur avaient empruntées. Tel fut le sort de la Karigane-ya, spécialisée dans les soieries somptueuses, fondée plus d'un siècle auparavant par la famille Ogata dont Kōrin et Kenzan étaient les descendants.

Le frère cadet de Kōrin

Comme son frère Ichinojō, I-in, fils d'Ogata Sōken, reçut l'éducation soignée d'un fils de famille riche. Il manifesta de bonne heure ses dons de calligraphe, s'intéressa à la poésie chinoise et japonaise et pratiqua la cérémonie du thé. Il s'initia aussi au zen et prit le nom de Shinsei. Moins avide de mondanités que son aîné, il mena une vie retirée au Shuseidō, demeure qu'il s'était fait bâtir, en 1689, près de Ninna-ji, au nord-ouest de Kyōto. Il fréquenta l'atelier de Nonomura Ninsei. Ce dernier, dont l'habileté au tour était renommée, avait créé un genre nouveau en ornant les récipients destinés à la cérémonie du thé de décors peints dans le style des Kanō ou des Tosa, à l'aide d'émaux de petit feu. Il reçut aussi des conseils d'Ichinyū, quatrième de la lignée des Raku ainsi que ceux de Kōhō, petit-fils de Kōetsu. Shinsei a reconnu sa dette envers eux dans les notes qu'il rédigea à Edo, à la fin de sa vie (Tōkō hitsu-yō, l'Essentiel pour l'art céramique).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  KENZAN OGATA (1663-1743)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 367 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les décorateurs de Kyōto »  : […] En dépit de l'établissement à Edo des shōgun Tokugawa (1603), Kyōto resta longtemps la capitale culturelle et artistique du Japon. Centre du tissage de la soie et de la création de la mode, la vieille cité impériale devint également célèbre pour ses potiers. Outre la lignée des Raku, on compte d'autres fours cités dans les textes des chajin de l'époque, ce qui semble indiquer que des potiers venus […] Lire la suite

LEACH BERNARD (1887-1979)

  • Écrit par 
  • Anthony CHRISTIE
  •  • 797 mots

Fils d'un juge du British Colonial Service, Bernard Leach, né à Hong Kong, fut envoyé en Angleterre pour les besoins de son éducation et, à l'âge de seize ans, entra à la Slade School of Art, où il suivit les leçons de dessin de Tonks. Il fréquenta ensuite la London School of Art ; là, Brangwyn lui enseigna l'eau-forte. En 1909, sous l'influence des écrits de Lafcadio Hearn, il se rendit au Japon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KENZAN OGATA - (1663-1743) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-kenzan/