KENZAN OGATA (1663-1743)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période de Narutaki

Vers 1697, sa situation financière étant devenue difficile, Shinsei ouvrit son propre four à Narutaki, dans les collines du nord de Kyōto, prenant alors le nom de Kenzan. Ses premières œuvres furent des plats carrés destinés à la présentation des gâteaux accompagnant le thé du cha-no-yu. Ces grès, revêtus d'un englobe blanc, furent, à sa demande, ornés par Kōrin de croquis légers en brun de fer évoquant les dessins à l'encre ; le potier y joignit des poèmes chinois ou japonais dans sa calligraphie très personnelle. Ce parti nouveau s'inspirait des bleu et blanc de la fin des Ming, si nombreux au Japon. La plupart des pièces qu'il produisit entre 1699 et 1701 furent ainsi décorées par son frère. À cette date, Kōrin ayant reçu le titre de Hōkkyō, son disciple Watanabe Shiko (1683-1755) le remplaça auprès de Kenzan qui était aussi secondé par le fils naturel de Ninsei, Ihachi. Kenzan, tout en expérimentant des mélanges de terre et en mêlant du cobalt au brun de fer pour obtenir des noirs francs, y adjoignit des motifs colorés, utilisant les glaçures à base de plomb employées pour les raku. Mais cet emploi, qui dans les raku se limitait à des superpositions de glaçures, fut modifié par Kenzan qui s'en servit pour de véritables peintures, imitant, comme dans ses assiettes à décor de « papiers découpés », les tonalités des biscuits chinois. C'est à cette époque que pourrait remonter la première série des assiettes aux compositions très simples et légèrement colorées, évoquant les motifs chinois de l'école Kanō et agrémentées de poésies de l'époque Heian.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  KENZAN OGATA (1663-1743)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les décorateurs de Kyōto »  : […] En dépit de l'établissement à Edo des shōgun Tokugawa (1603), Kyōto resta longtemps la capitale culturelle et artistique du Japon. Centre du tissage de la soie et de la création de la mode, la vieille cité impériale devint également célèbre pour ses potiers. Outre la lignée des Raku, on compte d'autres fours cités dans les textes des chajin de l'époque, ce qui semble indiquer que des potiers venus […] Lire la suite

LEACH BERNARD (1887-1979)

  • Écrit par 
  • Anthony CHRISTIE
  •  • 797 mots

Fils d'un juge du British Colonial Service, Bernard Leach, né à Hong Kong, fut envoyé en Angleterre pour les besoins de son éducation et, à l'âge de seize ans, entra à la Slade School of Art, où il suivit les leçons de dessin de Tonks. Il fréquenta ensuite la London School of Art ; là, Brangwyn lui enseigna l'eau-forte. En 1909, sous l'influence des écrits de Lafcadio Hearn, il se rendit au Japon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KENZAN OGATA - (1663-1743) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-kenzan/