KENZAN OGATA (1663-1743)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période de Kyōto

En 1713, Kenzan ferma son four et s'établit en pleine ville, entreprenant un commerce de céramique qu'il faisait cuire dans les fours du voisinage. Il fut comme auparavant aidé par Watanabe Shikō, l'un des disciples de Kōrin, et par un émule des raku. Sa production très importante comporte surtout de la vaisselle de table : assiettes rondes ou carrées, en forme de feuille, de fleur de chrysanthème, de pêche, coupes à bord ondulé, corbeilles à gâteaux, bols. Il imite parfois dans ses décors de fleurs les tons violents des céramiques dites gōsu aka-e, porcelaines assez lourdes importées de Chine du Sud ; il détache des semis de fleurs blanches sur des fonds vert sombre, diversifiant les motifs, comme dans la série des assiettes rondes du musée Nezu à Tōkyō, qui portent chacune un décor différent de bateaux à voiles se profilant sur les flots, de branches fleuries, d'ondes et d'ornements dorés.

La calligraphie continue à jouer un rôle important, comme dans le plat rectangulaire décoré du portrait de six poètes entourés de leurs poèmes, ou dans les vases ornés sur une face d'un rameau fleuri et sur l'autre d'une poésie.

L'inspiration de Kenzan est extrêmement variée : motifs chinois d'oiseaux ou de dragons disposés en panneaux, grosses fleurs aux couleurs vives ou croquis en noir s'inspirant du lavis.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  KENZAN OGATA (1663-1743)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les décorateurs de Kyōto »  : […] En dépit de l'établissement à Edo des shōgun Tokugawa (1603), Kyōto resta longtemps la capitale culturelle et artistique du Japon. Centre du tissage de la soie et de la création de la mode, la vieille cité impériale devint également célèbre pour ses potiers. Outre la lignée des Raku, on compte d'autres fours cités dans les textes des chajin de l'époque, ce qui semble indiquer que des potiers venus […] Lire la suite

LEACH BERNARD (1887-1979)

  • Écrit par 
  • Anthony CHRISTIE
  •  • 797 mots

Fils d'un juge du British Colonial Service, Bernard Leach, né à Hong Kong, fut envoyé en Angleterre pour les besoins de son éducation et, à l'âge de seize ans, entra à la Slade School of Art, où il suivit les leçons de dessin de Tonks. Il fréquenta ensuite la London School of Art ; là, Brangwyn lui enseigna l'eau-forte. En 1909, sous l'influence des écrits de Lafcadio Hearn, il se rendit au Japon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KENZAN OGATA - (1663-1743) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-kenzan/