BRESDIN RODOLPHE (1822-1885)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un ouvrier tanneur, Rodolphe Bresdin naît au Fresne (Loire-Atlantique) le 12 août 1822. Après 1830, les Bresdin partent pour Nogent-le-Rotrou, puis pour Paris. Rodolphe aurait quitté très jeune la maison paternelle pour se livrer à l'exercice du dessin et de l'eau-forte. Sa première estampe datée que l'on connaisse, de 1838, figurant un buste de personnage barbu, est une petite pièce mal mordue et difficile à déchiffrer, caractéristique de la plupart des œuvres des débuts de Bresdin. Il semble qu'il n'ait jamais eu d'autre maître que les estampes qu'il pouvait voir aux étalages des marchands parisiens. Il puise son inspiration dans sa propre imagination ou dans les romans d'aventures qui enrichissent son quotidien, et dont il copie ou décalque les illustrations qu'il réutilise dans ses compositions, telles que Le Robinson suisse, de Wyss. Il est un lecteur assidu de Fenimore Cooper, dont un des héros, Chingachgook, est à l'origine du surnom donné à Bresdin par ses compagnons de bohème : Chien-Caillou. Le personnage du jeune Bresdin est le prétexte d'une nouvelle réalistico-misérabiliste à succès que Champfleury publie en 1845, cruellement intitulée Chien-Caillou, et qui fut rééditée à plusieurs reprises. Elle apporta à Bresdin une célébrité douteuse qui lui nuisit beaucoup, car la figure bizarre et pitoyable qu'elle décrivait divertit la critique et occulta les qualités de son œuvre.

En 1849, Bresdin quitte Paris pour vivre en ermite dans une cabane en Corrèze. Il y reste deux ans, dessinant et gravant de petits paysages, dont Le Vallon, qui illustre un poème de Lamartine, et des Tentations de saint Antoine. Puis il gagne Toulouse, où il se lie avec un riche propriétaire, Justin Capin, qui l'aide financièrement, et avec J.-J. Garipuy, peintre, conservateur du musée des Augustins et professeur aux Beaux-Arts. Cette période, de 1852 à 1861, est peut-être la moins malheureuse de la vie de Bresdin, et une des plus productives. Il s'initie à la lithographie, qu'il travaille à la plume. La première (un Hameau de pêcheurs ins [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur en chef à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  BRESDIN RODOLPHE (1822-1885)  » est également traité dans :

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravures et styles »  : […] Il apparaît que les procédés de gravure peuvent se multiplier à l'infini. Cette richesse a permis à la gravure de s'adapter à tous les styles, et d'être redécouverte par les artistes à chaque époque. La Renaissance trouva dans la gravure le moyen de poser différemment les problèmes de géométrie de l'espace et de sa représentation rigoureuse. Le Strasbourgeois Schongauer fut l'un des premiers à s'a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maxime PRÉAUD, « BRESDIN RODOLPHE - (1822-1885) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodolphe-bresdin/