MANNONI OCTAVE (1899-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour comprendre l'importance et l'originalité de l'œuvre d'Octave Mannoni, il faut la situer avec son auteur dans la petite histoire de la psychanalyse française. Lorsqu'il commence son analyse avec Jacques Lacan en 1945, ce n'est pas un jeune homme en quête d'avenir qui se présente. Sa formation intellectuelle et personnelle est achevée. Il a été professeur de philosophie à Madagascar, puis il y a été chargé de l'information pendant la guerre et s'est vu aimablement remercié pour avoir pris des positions trop favorables à l'indépendance. Il a un an de plus que son psychanalyste et ne saurait être impressionné par le prestige de ce dernier qui n'a pas encore atteint sa démesure.

Ces commencements décisifs font comprendre pourquoi il ne manquera jamais d'indépendance d'esprit. S'il est toujours demeuré proche de Lacan, son œuvre se développera comme en contrepoint. Jamais il ne sera un opposant, mais jamais non plus il ne se départira d'une certaine distance.

En tout ce qu'il écrit, il reprend les questions à leur principe et dans leur infinie complexité.

Il est tout l'opposé d'un dogmatique ou d'un tricheur. Jamais il ne s'écarte du souci de la plus grande clarté, car jamais il ne lui est possible de poser une affirmation, sans faire entendre qu'elle peut être contredite de diverses manières, ou du moins sans essayer de la nuancer et d'en faire apparaître toutes les difficultés. D'où l'impression parfois qu'il n'avance rien et que les sujets traités se dissolvent dans la subtilité des attendus. En réalité, c'est un penseur profond que passionnent ou, pourrait-on dire, que fascinent l'élémentaire et l'énigmatique.

Quand les sirènes de la linguistique séduisent la mini-culture sur laquelle il est embarqué et laissent croire qu'elles savent où se trouve le havre des solutions, il redemande comment un petit d'homme naît au langage. L'échec d'Itard, qui avait voulu introduire à celui-ci l'enfant-loup, le retient à plusieurs reprises et c'est pour conclure que l'on ne saurait sortir du langage pour se poser la question de son origine. Si on lui parle du signifiant, dont l'homme serait la passion ou qui structurerait l'inconscient, il prend soin d'analyser le phénomène sur des exemples tirés de la clinique pour montrer que l'intérêt du rapport de signifiants sur lesquels on joue réside dans l'angoisse de son caractère incompréhensible. Ou encore, si l'on prétend à la coupure du signifiant et du signifié (le fameux arbitraire du signe), il montrera sur pièces que c'est le sens qui détermine le signifiant. Mais, en tout cela, il ne fait la guerre à personne, car les attaques frontales lui paraissent dérisoires ; il se contente de faire voler en éclats les défenses de certitude en poussant parfois la plaisanterie jusqu'à laisser croire qu'il est le meilleur soutien des assiégés.

Au plus fort du temps où l'imaginaire, réduit au spéculaire, est montré du doigt comme le débile qui ne peut accéder à la science, il publie ses Clefs pour l'imaginaire, ou l'Autre Scène, celle du rêve, du fantasme ou du transfert, celle du théâtre où chacun va jouer le ou les rôles qui lui ont été attribués dès la naissance. Pas un mot du symbolique, cet institutionnel, qui doit être regardé comme un faux universel parce qu'il est un « universel contingent ».

De plus, ce n'est pas le symbolique, sorte d'a priori, qui aurait la charge de structurer l'imaginaire, mais, à l'inverse, c'est le langage, et spécifiquement la poésie (dont le poème mallarméen serait le représentant épuré), qui donne accès à l'imaginaire c'est-à-dire à l'énigmatique du songe, du silence et du rien.

La nature du transfert est révélée, à travers une lecture subtile des textes de Freud, grâce à la proximité avec le déplacement du désir inconscient dans le rêve : le « terrain de jeu » du premier est l'équivalent de la scène du second. Mais Mannoni va oser affirmer que ce désir inconscient ne peut se dévoiler, au sein de la cure analytique, que dans l'état hypnotique. Ce n'est pas l'hypnose qui a été rejetée, mais la suggestion, car l'hypnose est nécessaire pour créer « une sorte d'état de rêve », condition de la libre association. Le transfert, « le plus puissant et s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANNONI OCTAVE (1899-1989)  » est également traité dans :

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite

MANNONI MAUD (1923-1998)

  • Écrit par 
  • Alain VANIER
  •  • 924 mots

Dans le chapitre « Parcours »  : […] Magdalena Van der Spoel est née le 22 octobre 1923 à Courtrai en Belgique. Sa petite enfance se déroule aux Indes, à Colombo, où son père est consul général des Pays-Bas. À l'âge de six ans, le retour en Belgique la sépare brutalement de la nourrice cinghalaise qui l'avait élevée. On retrouve, plus tard, dans ses études sur Kipling, Dickens et d'autres, la volonté de montrer comment l'écriture aur […] Lire la suite

Pour citer l’article

François ROUSTANG, « MANNONI OCTAVE - (1899-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/octave-mannoni/