NOSOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définition et classification des maladies. L'idée de classer les maladies à l'instar des espèces animales et végétales apparut au xviiie siècle sous l'influence des travaux de Linné (Boissier de Sauvages, 1731 ; Robert James, 1743).

Les dermatologues, à la suite de R. William (1757-1812), en Grande-Bretagne, et de J. L. Alibert (1768-1837), en France, poussèrent si loin cet effort qu'un certain nombre de dermatoses ont encore des noms conformes à la nomenclature binaire des naturalistes : Molluscum contagiosum, Xeroderma pigmentosum, par exemple.

Mais les maladies ne sont pas des espèces, contrairement à ce que soutint une école « nosologiste » ou « essentialiste » ; leur nomenclature est pragmatique et leur délimitation arbitraire ; c'est ainsi qu'on parle de plus en plus de syndromes, de perturbations de fonctions et de lésions biochimiques.

En attendant, les traités de médecine contemporaine renoncent aux vieilles classifications (de Vogel, Cullen, Sagar, Plouquet, Pinel, Raige-Delorme) ; ils n'exposent pas simplement les affections suivant un ordre alphabétique, traitent des maladies soit suivant leurs étiologies et mécanismes (infection, intoxication, allergie, sclérose), soit par organes et grandes fonctions (cardiopathies, bronchopneumopathies, endocrinopathies...).

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOSOLOGIE  » est également traité dans :

ESQUIROL JEAN ÉTIENNE DOMINIQUE (1772-1840)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 484 mots

Psychiatre français originaire de Toulouse, où il fit ses études de théologie et de médecine, comme son maître Pinel, dont il devint l'élève, puis l'assistant à la Salpêtrière à Paris, avant de lui succéder à la tête de ce célèbre service en 1810. Esquirol perfectionna l'œuvre de son prédécesseur, tant en matière de nosologie que dans le domaine des traitements et de l'assistance aux aliénés, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-etienne-dominique-esquirol/#i_4256

GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 468 mots

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage De la folie (1820, rééd., Paris, 1972), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-jean-georget/#i_4256

KRAEPELIN EMIL (1856-1926)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 546 mots

Psychiatre allemand né à Neustrelitz (Mecklembourg), Kraepelin fut élève de Wundt et de Gudden. Professeur de psychiatrie à Dorpat en 1886, puis à Heidelberg en 1890, et enfin en 1903 à Munich, il dirigea pratiquement jusqu'à sa mort la Königlische Psychiatrische Klinik. Dans son enseignement et par les neuf éditions successives de son Traité de psychiatrie ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-kraepelin/#i_4256

MALADIES MENTALES (NOSOGRAPHIE DES)

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 872 mots

La nosographie des maladies mentales, c'est-à-dire l'identification des signes cliniques et leur regroupement au sein d'une maladie définie, a de tout temps posé de délicats problèmes d'interprétation, eux-mêmes souvent liés aux représentations des troubles mentaux dans la société. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le besoin de disposer d'un outil permettant de rationaliser les diagnostics […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales-nosographie-des/#i_4256

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Lenteurs de la clinique et progrès de l'hygiène »  : […] Les cliniciens et thérapeutes de cette époque n'ont pas fait franchir à la médecine des progrès aussi décisifs. Son exceptionnelle clairvoyance a néanmoins mérité à Thomas Sydenham (1624-1689) d'être surnommé l'« Hippocrate de l'Angleterre ». Leopold Auenbrugger (1722-1809), avec la percussion thoracique, imagina une méthode d'examen simple, active et objective. Jean-Baptiste Sénac (1693-1770), W […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_4256

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire médicale »  : […] C'est en 1688 que le médecin suisse Johannes Hofer introduisit dans la nosologie médicale la nostalgia comme une maladie proche de la mélancolie qui renvoyait exclusivement au désir du retour dans la patrie, dans le pays des origines. Versé dans l'étude du « mal du pays » ( Heimweh ), il lui fallut créer un mot qui pût signifier une affection véritable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_4256

PINEL PHILIPPE (1745-1826)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 581 mots

Aliéniste français à qui est attribuée la « libération », sous la Révolution, des malades à l'intérieur des asiles. Après des études classiques au collège de Lavaur (Tarn) puis ecclésiastiques au collège de l'Esquille à Toulouse, Pinel quitte la soutane pour préparer dans cette ville son doctorat de médecine, auquel il est reçu en 1773. L'année suivante, il part pour Montpellier où il sympathise a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-pinel/#i_4256

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « La psychiatrie classique »  : […] Vers le milieu du xix e  siècle, en effet, cette conception unitaire de la pathologie mentale se trouve remise en question, en France et hors de France, pour au moins trois raisons. Elle se rattache à une médecine qui date du siècle précédent, alors que l'École de Paris a révolutionné tout le champ médical par la mise en pratique d'une sémiologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_4256

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_4256

PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alfred SPRINGER
  •  • 871 mots

Publié au cours de l'année 1886, Psychopathia Sexualis est devenu immédiatement un best-seller de la littérature psychiatrique, traduit très vite en plusieurs langues. Avec cette étude médico-légale d'une sélection de cas exemplaires, Richard Freiherr von Krafft-Ebing (1840-1902) étendait au domaine de la sexualité son travail de classification des maladies mentales basé s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathia-sexualis/#i_4256

SANTÉ - Santé et maladies

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 10 373 mots

Dans le chapitre « Les critères symptomatiques »  : […] À l'origine de la classification scientifique des maladies (nosologie), il y a des maladies si semblables à elles-mêmes qu'elles se sont imposées comme des formes, des Gestalten . Cela est particulièrement vrai pour les affections épidémiques frappant quasi-simultanément toute une population. C'est aussi le cas de toute la pathologie visible, les lésions de la peau, les lésio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-sante-et-maladies/#i_4256

TRAITÉ MÉDICO-PHILOSOPHIQUE SUR L'ALIÉNATION MENTALE OU LA MANIE, Philippe Pinel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean GARRABÉ
  •  • 869 mots

Dans le chapitre « Du geste à l'écrit »  : […] Exerçant ses fonctions de septembre 1793 à avril 1795 dans cet hospice réservé aux hommes, il peut apprécier les résultats obtenus grâce à sa seule autorité morale par Pussin (1746-1811), surveillant du « 7 e  emploi », le service où étaient enfermés les fous. Ce dernier parviendra en prairial de l'an V (avril 1797) à supprimer l'usage des chaînes jusque-là utilisées pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-medico-philosophique-sur-l-alienation-mentale-ou-la-manie/#i_4256

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'une entité pathologique »  : […] Des troubles s'apparentant au transsexualisme existaient certainement déjà dans l'Antiquité, mais ils n'entraient pas dans le champ médical, car, jusqu'au xix e siècle, les comportements déviants et notamment sexuellement déviants relevaient de la compétence des juristes et des hommes d'Église. C'est, sans doute, Jean Esquirol qui décrit en 1838 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/#i_4256

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « NOSOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nosologie/