BORLAUG NORMAN (1914-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Décédé le 12 septembre 2009 à Dallas (Texas), l'agronome américain Norman Ernest Borlaug fut un des pionniers de l'amélioration des plantes. Les variétés de céréales dites à haut rendement (V.H.R.) qu'il contribua à mettre au point ont constitué l'une des composantes de la « révolution verte » – révolution dont la paternité est unanimement attribuée à Borlaug –, les autres étant les engrais chimiques, les pesticides et une bonne maîtrise de l'eau sur les parcelles cultivées. Les politiques agricoles nationales fondées sur cette révolution ont permis à de nombreux pays d'atteindre l'autosuffisance alimentaire au cours des années 1960-1980, ce qui valut à Borlaug de recevoir le prix Nobel de la paix en 1970.

Né en 1914 à Cresco (Iowa), dans une famille de paysans dont les ancêtres avaient émigré de Norvège au milieu du xixe siècle, Norman Borlaug grandit sur l'exploitation familiale, y prenant une part active jusqu'à ses dix-neuf ans. Il intègre alors l'université du Minnesota, dans le cadre d'un programme d'aide fédéral permettant de se former tout en travaillant. À vingt-trois ans, il obtient une licence de foresterie, tout en œuvrant dans le service américain des forêts. Il côtoie, durant la grande dépression économique des années 1930, les chômeurs nord-américains qui ne mangent pas à leur faim et les agriculteurs qui doivent quitter leurs terres à la suite de problèmes de sécheresse et d'érosion des sols (tempêtes de poussières ou dust bowl). Il reprend ensuite des études dans la même université, d'abord en phytopathologie (master en 1940) puis en génétique (doctorat en 1942) sur les conseils d'Elvin C. Stakman, un professeur de phytopathologie bien connu aux États-Unis qui avait entrevu l'intérêt des nouvelles méthodes de sélection pour introduire dans des lignées déjà améliorées des résistances à la rouille, maladie provoquée par des champignons microscopiques qui parasitent la tige de la plupart des céréales.

Borlaug commence sa carrière comme microbiologiste chez DuPont de Nemours dans le cadre du système de service sélectif en temps de guerre, puis rejoint, en 1944, le nouveau Programme coopératif de recherche et de production de blé lancé au Mexique par les États-Unis, avec l'expertise de Stakman et le financement de la fondation Rockefeller. Il y restera jusqu'à sa retraite officielle en 1979, prenant en 1964 la direction du Programme international d'amélioration du blé un an après la création du Centre international d'amélioration du maïs et du blé (C.I.M.M.Y.T., Centro Internacional de Mejoramiento de Maíz y Trigo).

C'est en travaillant en alternance à la station agronomique des hauts plateaux près de Mexico et à celle de la vallée du fleuve Yaqui (nord-ouest du Mexique) nouvellement irriguée (afin de passer de un à deux cycles de production par an) qu'il repère des blés insensibles à la durée relative du jour et de la nuit pour fleurir. Après des milliers de croisements et de sélection de lignées prometteuses, Borlaug réussit d'abord, à la fin des années 1940, à fixer le caractère de « résistance à la rouille » sur les variétés mexicaines puis, à partir de 1953, celui de « tige courte » grâce aux croisements de ces nouvelles variétés mexicaines avec des variétés nord-américaines issues elles-mêmes d'un croisement avec des variétés japonaises semi-naines. Il met ainsi au point les premières versions commercialisables des VHR à la fin des années 1950. Des essais débutent en Inde et au Pakistan au début des années 1960 afin d'introduire ces particularités dans les variétés de blé locales. Ils sont réalisés en coopération avec les agronomes de ces pays – tels que Monkombu Sambasivan Swaminathan, « père » de la révolution verte en Inde –, et vont aussi servir d'exemples aux chercheurs de l'Institut international de la recherche rizicole des Philippines et à ceux de l'Institut du riz du Hunan en Chine. Si cette révolution verte a entraîné une augmentation remarquable de la production de nombreuses cultures (blé, riz, maïs, soja, coton...), elle a toutefois été critiquée, suscitant de nombreux débats que Borlaug tendait d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur de l'Institut national agronomique de Paris-Grignon, consultant indépendant

Classification

Pour citer l’article

Igor BESSON, « BORLAUG NORMAN - (1914-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/norman-borlaug/