NOMBRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Numération

Exprimer des nombres, pour communiquer avec autrui, en garder trace ou calculer, tel est le but des numérations. Geneviève Guitel, dans Histoire comparée des numérations écrites (1975), les classe en numérations figurées (à l'aide de nœuds de couleur, comme ceux des quipu incas, de cailloux ou d'autres objets), parlées ou écrites, ces dernières étant regroupées en trois grands ensembles : d'addition, hybrides ou de position.

Il semble que toutes les langues ont des mots pour désigner un, deux et trois, mais que certaines ne vont pas au-delà. Parmi les noms anciennement inventés, celui désignant le plus grand nombre semble être un mot sanskrit signifiant 10421.

Dans une numération écrite d'addition, dont on trouve des exemples à Sumer, dans l'Égypte, la Chine et l'Inde anciennes ou chez les Aztèques, les symboles sont librement placés et leurs valeurs numériques sont additionnées. Une inscription de ce type se trouve sur une tête de massue attribuée au roi Narmer (période prédynastique, soit avant 5600 avant J.-C. selon la chronologie longue d'André Pochan), découverte dans le temple de Hiérakonpolis, ville de la rive gauche du Nil : en numération hiéroglyphique sont dessinés, sous et à côté d'une chèvre, un dieu assis les bras levés (un million), quatre têtards (quatre fois cent mille), deux doigts levés (deux fois dix mille) et deux fleurs de lotus (deux fois mille), ce qui signifie donc un million quatre cent vingt-deux mille chèvres. La numération syllabique d'Āryabhạta (Inde, vie siècle) est de ce type ; elle comporte 462 signes, dont un valant 1018.

Dans les numérations écrites hybrides, présentes par exemple chez les Akkadiens ou sur des stèles mayas, les places des symboles ou chiffres ne sont que partiellement déterminées.

Dans une numération écrite de position, présente par exemple avant 2000 avant J.-C. dans la Babylone antique (où elle était issue de celle de Sumer à deux bases), les chiffres sont enchaînés et il y a une base (souvent dix), dont les diverses puissances servent à exprimer les nombres.

En langage mathématique actuel, on peut dire qu'une numération écrite de position de base b utilisant le zéro emploie b chiffres, et qu'un nombre entier naturel écrit dans cette base anan–1 ... a1a0, où chacun des ai (i appartenant à {0, 1, ..., n}) est l'un de ces chiffres, est égal à anbn + an–1bn–1 + ... + a1b + a0 (par conséquent, la base b s'écrit « 10 » en base b). Les ordinateurs travaillent en base deux, et lorsque l'on considère des bases supérieures à dix, on ajoute des lettres aux chiffres de 0 à 9 (par exemple α pour dix et β pour onze, en base douze). Les opérations élémentaires (additions, soustractions, multiplications, divisions) sont évidemment faites en écrivant les nombres concernés en une même base.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : éditeur, diplômé en sciences de l'éducation, mathématique, économie, philosophie, ethnologie et bibliothéconomie

Classification

Autres références

«  NOMBRES  » est également traité dans :

PERCEPTION DU NOMBRE

  • Écrit par 
  • Véronique IZARD
  •  • 1 292 mots

Notre perception prend très souvent en compte les quantités. Au supermarché, par exemple, nous évaluons combien de personnes sont présentes aux caisses pour savoir laquelle choisir ; nous estimons rapidement la monnaie qu’on nous rend ou encore, lorsque nous nous déplaçons en petit groupe, nous nous assurons que tout le monde est bien présent. Cette capac […] Lire la suite

ACALCULIES

  • Écrit par 
  • Mauro PESENTI
  •  • 985 mots

Dans le chapitre « Approche contemporaine »  : […] Depuis les années 1980 et le développement d'architectures cognitives modélisant les représentations et processus mentaux sous-tendant les troubles acalculiques, l'intérêt pour l'établissement de classifications s'est réduit et a fait place à l'étude des dissociations chez les patients présentant des atteintes de certaines composantes des traitements numériques. Les architectures actuelles (citon […] Lire la suite

ACQUISITION DU NOMBRE ET DU CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Paul FISCHER
  •  • 2 083 mots

Dans le chapitre « Le nombre »  : […] Pratiquement dès leur naissance, les bébés ont une capacité attentionnelle qui leur permet de marquer leur surprise lorsqu’ils voient qu’une collection de trois objets succède à plusieurs collections de deux objets. Âgés de quelques mois, ils arrivent aussi à différencier deux collections plus grandes, par exemple de huit et seize objets, d’après l’impression de quantité ou de grandeur que donnent […] Lire la suite

BOLZANO BERNARD (1781-1848)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 3 612 mots

Dans le chapitre « Le système de la « Grössenlehre » et les « Paradoxes de l'infini » »  : […] La Grössenlehre , qui date quant à l'essentiel des années 1830-1834, représente la réalisation, inachevée, du grand projet de Bolzano de donner un exposé rigoureusement scientifique de la mathématique à partir de ses premiers concepts et selon les normes de la Wissenschaftslehre . Quoique Bolzano revienne à la définition traditionnelle de la mathématique, il est le premier mathématicien à édifier […] Lire la suite

CALCUL MENTAL

  • Écrit par 
  • André DELEDICQ
  •  • 3 934 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le calcul et les mathématiciens »  : […] « Il y a trois sortes de mathématiciens : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas. » Cette plaisanterie peut s'entendre bien différemment selon l'angle de la réflexion. Concernant notre sujet, elle a l'avantage de mettre l'accent sur une illusion que se font en général ceux qui ne fréquentent pas de près les mathématiques : le mathématicien n'est pas a priori un calculateur, et, conce […] Lire la suite

CALCUL MENTAL (RECORD DE)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 457 mots

Le 3 juin 2005, à Paris, Alexis Lemaire, étudiant en informatique à l'université de Reims, âgé de vingt-quatre ans, a calculé de tête la racine treizième d'un nombre de 200 chiffres. Précisément, il a déterminé que le nombre qui, lorsqu'on le multiplie douze fois par lui-même, donne : 85899080913257804022298648393711457978785137617971 75180543150650772740638593989780347519268804104657 691187801362 […] Lire la suite

CERVEAU ET NOMBRES

  • Écrit par 
  • Mauro PESENTI
  •  • 977 mots

La cognition numérique est l'ensemble des processus permettant à l'être humain de quantifier des objets ou des événements, de reconnaître un nombre, d'accéder à sa signification quantitative ou encyclopédique, ou de résoudre des problèmes arithmétiques. Pour comprendre comment ces compétences sont implémentées dans le cerveau humain, les données lésionnelles chez le patient cérébro-lésé et les don […] Lire la suite

CONSTRUCTION, mathématique

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 1 434 mots

Pendant des millénaires les objets mathématiques ont été considérés comme ayant une existence propre. Depuis la fin du xix e  siècle et surtout le début du xx e , on a mis au point une méthode axiomatique consistant à tout reprendre afin de donner une base solide à la mathématique à partir du très strict nécessaire. Après de nombreuses crises, on en est arrivé à bâtir cette science sur le socle d […] Lire la suite

DYSCALCULIE DÉVELOPPEMENTALE

  • Écrit par 
  • Marie-Pascale NOËL
  •  • 1 159 mots

Dans le chapitre « Un déficit au niveau des processus numériques de base »  : […] Une autre direction de recherches s’est attelée à identifier les processus numériques élémentaires qui seraient à la base de la dyscalculie. Un premier courant part de l’observation que, dès les premiers mois de vie, l’enfant dispose d’un système de représentation approximative de la grandeur numérique. Ainsi, le bébé ne peut distinguer une collection de 8 points d’une collection de 9, 10 ou même […] Lire la suite

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La formalisation du calcul algébrique »  : […] Aux yeux des algébristes anglais (comme Peacock, De Morgan, Hamilton) et allemands (Grassmann, Hankel) du milieu du xix e  siècle, la permanence du concept de nombre à travers ses extensions successives, qui n'est ni celle d'une représentation concrète, ni celle d'une évidence intellectuelle, est celle d'un symbolisme : le calcul sur les nombres complexes, sous réserve de définitions convenables […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 juillet 2011 France. Adoption de la réforme de la fiscalité du patrimoine

100 des revenus fiscaux de référence, et l'allègement de l'impôt de solidarité sur la fortune, dont le seuil – jusqu'alors de 800 000 euros de patrimoine – est relevé à 1,3 million et dont les nombres de tranches et de taux sont ramenés à deux – 0,25 p. 100 de 1,3 million à 3 millions d'euros et 0,5 p. 100 au-dessus de 3 millions d'euros. La réforme alourdit également la fiscalité des donations et des successions. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN, « NOMBRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nombre/