NOBLESSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Intégration ou disparition (XIXe-XXe s.)

« L'Europe française des lumières » avait été celle de la noblesse européenne, porteuse de cette deuxième « Adelskultur », ou temps du baroque et du rococo. La Révolution française, prolongée par l'épopée impériale, fut l'époque de la lutte de cette aristocratie de langue française contre les tendances démocratiques incarnées par les armées républicaines. La noblesse française, qui réussit cependant à survivre, sort diminuée de la décennie 1789-1799. Numériquement réduite, elle a perdu droits seigneuriaux, dîmes inféodées ; les biens des émigrés ont été confisqués. Sa position morale, politique et sociale est devenue difficile, en dépit de la création de la noblesse impériale. Le rétablissement est cependant rapide : récupération des biens confisqués non vendus, « milliard » des émigrés, pénétration dans les nouvelles administrations dont celle des finances, etc. Ce rétablissement s'opère, il est vrai, au prix d'une double évolution. D'une part, la disparition d'une protection institutionnelle rend possible la pénétration bourgeoise. Premier Empire et Restauration mènent encore une importante politique d'anoblissement. Après 1830, l'usurpation des titres nobiliaires, plus ou moins assortie de consensus de la « vieille noblesse », devient fréquente : il en résulte souvent une profonde transformation de celle-ci. D'autre part, les nobles prennent place parmi les notabilités, mais trop étroitement associée au légitimisme, la noblesse perd définitivement sa prééminence politique, sauf dans certaines régions, dans l'Ouest par exemple. Tout comme la Révolution, le légitimisme, à son tour, conduit cette même noblesse à la perte de certains des avantages provisoirement recouvrés lors de la Restauration. Elle y gagne des revanches inattendues, parfois amorcées dès la Monarchie de Juillet ou le Second Empire. Peu représentée dans la société militaire de la première moitié [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification

Autres références

«  NOBLESSE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les milieux sociaux »  : […] La Première Guerre mondiale et la défaite de l'Allemagne n'ont pas eu les conséquences sociales qu'on aurait pu attendre des crises qui l'ont secouée de 1918 à 1923 . Le mouvement spartakiste n'a pas réussi à instaurer la dictature du prolétariat. Les membres des corps francs qui s'étaient battus en Allemagne et dans les pays baltes – ceux qu'Ernst von Salomon a appelés die Geächteten (les hors-l […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réaction nobiliaire »  : […] Le problème de la réaction dite nobiliaire est plus complexe. Dans son essence, elle est dirigée avant tout contre la « nouvelle noblesse » et les moyens d'anoblissement. Il convient d'abord de se méfier de la littérature antinobiliaire, dont on connaît les chefs-d'œuvre : Satire V de Boileau (1665), Monsieur de Pourceaugnac (1669) et Le Bourgois gentilhomme (1671) de Molière. C'est une littératu […] Lire la suite

ARMES, héraldique

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 014 mots

Le droit aux armes (composition dans un écu) et aux armoiries (l'écu plus ses ornements extérieurs) s'est progressivement dégagé au cours des siècles dans les diverses nations de l'Occident chrétien, mais de façon, parfois assez dissemblables. Prises par les chevaliers qui les arboraient sur écus et bannières (pour beaucoup d'armes, l'étoffe d'une bannière est visiblement antérieure à l'écu), cott […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Rôle politique de la noblesse »  : […] Aussi doit-on, à notre avis, nuancer les termes d'absolutisme et de centralisation employés très souvent pour caractériser la monarchie autrichienne. Ce fut peut-être l'idéal vers lequel tendirent Ferdinand I er , au xvi e siècle, et Joseph II, dans la seconde moitié du xviii e siècle. Il faut bien avouer que ni l'un ni l'autre n'ont réussi à vaincre l'opposition des différentes noblesses local […] Lire la suite

BOULAINVILLIERS HENRI comte de (1658-1722)

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 336 mots

Après une courte carrière militaire, Henri de Boulainvilliers se retire dans sa propriété de Normandie. Peu fortuné, il y mène une vie campagnarde ; cela ne l'empêche pas d'être en relation avec les ducs de Saint-Simon et de Noailles, entre autres, et surtout de s'adonner à des travaux d'histoire. Il participe au mouvement d'idées qui marque la fin du règne de Louis XIV et les expériences politiqu […] Lire la suite

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 672 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La province et le royaume »  : […] L'histoire politique de la province est dominée par les états de Bretagne, c'est-à-dire par la noblesse. Sa situation est, en effet, très particulière. L'union, définitivement consacrée par l'Acte de 1532, fait du roi de France l'héritier des ducs. Le sommet de la pyramide sociale et politique reste donc vacant jusqu'à l'installation, tardive, de l'intendance (1688). Il est vrai qu'au xvii e  sièc […] Lire la suite

CHALAIS HENRI DE TALLEYRAND comte de (1599-1626)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 240 mots

Issu d'une très noble famille, Henri de Talleyrand est le représentant type de cette noblesse de cour de la première moitié du xvii e siècle, aimant le duel, agitée et brouillonne, qui souffre d'avoir été écartée des responsabilités du pouvoir. Habituée à la liberté politique qu'elle avait eu l'occasion d'exercer lors des guerres de Religion, elle s'est mal adaptée à l'autorité de Henri IV. La je […] Lire la suite

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Dans la société médiévale »  : […] Hors de France, les chevaliers demeurèrent longtemps en position subordonnée à l'égard des couches supérieures de l'aristocratie. Ainsi, dans les territoires soumis au roi de Germanie, la chevalerie formait, encore au début du xiii e  siècle, un « état » nettement distinct de la noblesse. Le souverain et les princes recrutaient volontiers leurs auxiliaires militaires parmi leurs dépendants les pl […] Lire la suite

CI-DEVANT

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 517 mots

L'expression de ci-devant se dit fréquemment au xvii e et au xviii e siècle des personnes et des choses dépossédées de leur état ou de leur qualité. Le terme en vint à désigner pendant la Révolution les anciens nobles. Si Chateaubriand a pu dire que « les plus grands coups portés à l'antique constitution de l'État le furent par des gentilshommes ; les patriciens commencèrent la Révolution », la […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Une classe mobilisée  »  : […] « S'il existe encore une classe, notent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dans Sociologie de la bourgeoisie , c'est bien la bourgeoisie », groupe apparemment composite où coexistent noblesse fortunée et familles bourgeoises, industriels, hommes d'affaires, banquiers, propriétaires terriens, hauts fonctionnaires, membres de l'Institut et généraux, mais conscient de ses limites et de ses inté […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 novembre 2014 Tonga. Élections générales

noblesse de l'archipel siègent également au Parlement, qui compte au total 26 membres.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MEYER, « NOBLESSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noblesse/