ARMES, héraldique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le droit aux armes (composition dans un écu) et aux armoiries (l'écu plus ses ornements extérieurs) s'est progressivement dégagé au cours des siècles dans les diverses nations de l'Occident chrétien, mais de façon, parfois assez dissemblables. Prises par les chevaliers qui les arboraient sur écus et bannières (pour beaucoup d'armes, l'étoffe d'une bannière est visiblement antérieure à l'écu), cottes, housses de cheval, etc., les « connaissances » ou armes devinrent héréditaires dans les lignées mâles à partir de 1130 environ, alors que l'importance de celles-ci se renforçait durant tout le xiie siècle. Des femmes assumèrent les armes de leurs pères et de leurs époux, puis les ecclésiastiques s'intégrèrent au système durant le xiiie siècle. Ce signe n'est nullement réservé à la noblesse en France, le blason (ou les armes) s'appliquant aux roturiers dès le début du xiiie siècle : les bourgeois sont suivis par les simples paysans dès le xive siècle. À la fin du xiie siècle déjà, certaines villes portent des armes. Les corps de métiers semblent bien faire de même à partir du xiiie siècle. Il fut admis en France que les nobles avaient seuls formellement droit au heaume timbrant l'écu, mais que tout un chacun avait le droit de prendre les armes qu'il désirait à condition de ne pas usurper celles d'autrui. La « capacité héraldique » est ainsi très « démocratique » en France, alors que d'autres pays réservent les armes à ceux qui font partie de la noblesse ou encore à ceux qui en ont reçu l'autorisation écrite d'un héraut ou d'un collège d'armes. Il y eut, cependant, plusieurs tentatives de réglementation très stricte sous la Renaissance et l'Ancien Régime : l'Armorial général de 1696, à but fiscal, enregistra et créa des dizaines de milliers d'armes dans le royaume de France ; l'ordonnance de Louis XV qui restreignait considérablement la capacité héraldique ne fut pas enregistrée par le Parlement comme contraire aux usages du royaume, elle resta donc lettre morte (1760). Diverses juridictions étaient compétentes en matière d'héraldique : les rois, les hérauts et poursuivants d'armes, très actifs au Moyen Âge, mais qui eurent dès le xvie siècle une réputation d'ignorance et qui disparurent sous la Révolution. Les hérauts de Napoléon Ier et de la Restauration, réservés à la parade, disparurent en 1830.

Dès 1615, Louis XIII créait un juge d'armes de France, dont l'office dura jusqu'en 1790 (sauf entre 1696 et 1701) et resta dans les mains des membres de la famille d'Hozier après 1641. L'héraldique officielle française s'incarna ensuite dans l'autorité du conseil du Sceau des titres, qui préparait les lettres patentes portant concessions d'armoiries des titrés et des villes. La commission du Sceau, créée par le roi en 1814, prépara le travail du garde des Sceaux du souverain ; elle fut supprimée en 1830 par la monarchie de Juillet et le conseil du Sceau fut à nouveau créé en 1859, puis aboli une nouvelle fois en 1872 par la IIIe République qui le remplaça par la direction des Affaires civiles et du Sceau au ministère de la Justice. Les tribunaux sont compétents pour juger toutes questions relatives aux armoiries qui sont considérées, de même que le nom et le titre, comme des attributs de la personne : l'armoirie, c'est le complément du nom, « c'est le nom sculpté et gravé » (Berryer). Normalement, les armes étant signe d'identité, seul le chef de famille a droit à les posséder « pleines », ou pures, les cadets devant « briser », ou modifier plus ou moins la composition ; les familles ont abandonné cette pratique dès le début de l'Ancien Régime, hors les très grandes maisons et la première d'entre elles, celle de France ou de Bourbon. Tout un chacun a droit à porter une devise sous son écu, qui peut être encadré de supports, tenants, etc. Notre époque semble avoir abandonné le cri de guerre placé au-dessus de l'écu. Seuls les nobles de l'Ancien Régime et de la Restauration ont droit à un heaume plus ou moins tourné et orné, avec ses lambrequins et même son cimier (rares sont les familles françaises portant plus d'un heaume sur l'écu, alors que la coutume est plus courante en terres germaniques). Seul un titré authentique devrait porter la couronne correspondante au-dessus de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARMES, héraldique  » est également traité dans :

AIGLE IMPÉRIALE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 542 mots

Oiseau de Zeus puis de Jupiter, patron de Rome, l'aigle fut employé par les Barbares qui le considéraient comme le symbole de l'Être suprême (Édouard Salin). Des indices prouvent que Charlemagne l'employa au sommet du mât de ses navires (denier de Quentovic, après 804) et en mit une image en bronze au-dessus de son palais d'Aix (Richer, Thietmar). Ce symbole romain parvint aux Stauffen qui le plac […] Lire la suite

ARMORIAL

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 725 mots

Collection d'armes (composition dans un écu) ou d'armoiries (l'écu et ses ornements extérieurs), l'armorial est composé de descriptions ou de représentations ou encore des deux à la fois, avec l'avantage de préciser des détails ou des figures difficiles, mais avec la possibilité de disparités entre description et représentation. Les descriptions sont écrites en des textes très secs et archaïques ( […] Lire la suite

HÉRALDIQUE

  • Écrit par 
  • Michel PASTOUREAU
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « Histoire des armoiries »  : […] Les transformations subies par les armoiries entre le xii e et le xx e siècle rendent malaisé l'établissement d'une définition. La plus complète et la plus satisfaisante reste celle qu'a proposée Rémi Mathieu en 1946 ( Le Système héraldique français , p. 13) : « Les armoiries sont des emblèmes en couleurs, propres à une famille, à une communauté ou, plus rarement, à un individu, et soumis dans l […] Lire la suite

HERMINE, héraldique

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 473 mots

L'héraldique utilise des fourrures comme le vair et l'hermine (cette dernière n'étant que le pelage d'hiver d'un petit quadrupède) dont la blancheur est rehaussée d'un semé de bouts de queues noires. Les cadets de familles féodales, brisant les armes de leur chef pour s'en distinguer, prirent parfois un franc quartier de fourrure pour modifier son écu (autour de 1200). Les seigneurs de Montagu, ca […] Lire la suite

LION BRITANNIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Symbole souvent employé pour manifester la force d'un homme, comme le guerrier, ou celle d'un clan (le lion de Juda), le lion préside à la création de l'héraldique, peu avant 1130. Fait chevalier en 1128 par son beau-père Henri I er Beauclerc (ou le Lion), roi d'Angleterre, le futur comte d'Anjou Geoffroi, qui sera dit Plantagenêt par la suite, reçoit un écu et des vêtements ornés des armes d'azu […] Lire la suite

LIS FLEURS DE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 950 mots

Emblème héraldique de la France durant sept siècles, la fleur de lis, ainsi que d'autres plantes similaires comme l'iris, symbolise depuis l'Antiquité la divinité, la fécondité et la grâce. Le lis décorait le temple de Jérusalem et les objets du culte ; le Christ lui-même associa Salomon dans toute sa gloire au lis des champs (à vrai dire l'anémone pourpre). Pline l'Ancien en son Histoire naturel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé PINOTEAU, « ARMES, héraldique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armes-heraldique/