NIẒĀMĪ ou NEZAMÉ DE GANDJE (1140 env.-env. 1202)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tradition littéraire iranienne veut que chaque genre ait son maître unique et irréfutable. Si Ḥāfiẓ, Khayyām et Firdūsī passent respectivement pour les plus illustres représentants du ghazal, du rubā'ī et du ḥamasa (épopée héroïque), Niẓāmī de Gandje (Nézāmi-è Gandjavi), lui, est considéré par les critiques comme celui de l'épopée romanesque, genre auparavant traité sans grand succès par Firdūsī dans son Livre des rois.

En dépit d'une renommée constante dont il jouit aussi bien en Iran, où plusieurs poètes tentèrent de l'imiter sans jamais l'égaler, que dans plusieurs autres pays d'Asie (la Turquie, l'Inde), Niẓāmī n'a pas encore obtenu ailleurs la fortune ou la vogue de Ḥafiẓ, de Khayyām.

Faut-il chercher la raison de cette méconnaissance dans le peu d'intérêt que les Européens manifestent pour les romans versifiés ? Ou faut-il l'attribuer au seul fait de la malchance du poète qui n'eut pas pour son œuvre d'interprètes aussi prestigieux que Goethe ou Fitzgerald ?

Âme solitaire

Sur la vie de Niẓām al-Dīn Abū Muḥammad Ilyas ibn Yūsuf, poète iranien du xiie siècle, connu sous le nom de Niẓāmī, on ne possède que des renseignements vagues et fragmentaires. Le lieu même de sa naissance est controversé : certains de ses biographes affirment qu'il naquit à Gandje (aujourd'hui Giandja en Azerbaïdjan), alors que, sur la foi d'un vers probablement interpolé après la mort du poète, d'autres le font naître à Qum. Ces biographes ne s'accordent pas plus, du reste, sur les dates de sa naissance et de sa mort. Un écart de trente ans sépare les hypothèses extrêmes.

Orphelin dès son plus jeune âge, Niẓāmī fit cependant de brillantes études, grâce à la sollicitude d'un oncle qui le prit en charge, de même que son frère, poète lui aussi. Le jeune protégé acquit ainsi de solides connaissances dans un grand nombre de sciences qu'on enseignait à son époque, dont l'astronomie à laquelle il semble avoir porté un intérêt particulièrement vif.

Il se maria trois fois, mais son bonheur conjugal fut toujours bref : la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur de littérature comparée aux universités de Téhéran, traducteur-expert auprès de la cour d'appel de Paris

Classification


Autres références

«  NIZAMI ou NEZAMÉ DE GANDJE (1140 env.-env. 1202)  » est également traité dans :

LAYLI ET MADJNŪN, Nizami de Gandje - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marina GAILLARD
  •  • 937 mots

Laylī et Madjnūn est le troisième des cinq poèmes du poète persan Nizāmī (1141 env.-env. 1209) dont l'ensemble, réuni postérieurement à la mort de l'auteur, est connu sous le nom de Pandj gandj ( Les Cinq Trésors ) ou Khamsé (« cinq »). Il s'agit d'un masnavi , forme poétique d'origine probablement persane dans laquelle la rime change à chaque d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/layli-et-madjnun/#i_13931

MADJNŪN (VIIe-VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 416 mots

Personnage semi-légendaire, surnommé le Madjnūn parce qu'il devient « fou » d'amour, Qays b. Mulawwaḥ appartient à la tribu de Banū ‘Amīr. Il est le type du poète ‘uḏrî qui meurt à cause de son amour malheureux, d'où sa célébrité dans le monde islamique. Son histoire est simple : il aime une femme de sa tribu, Laylā, et en est aimé. Il lui consacr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madjnun/#i_13931

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Dans le chapitre « Naissance d'une notion »  : […] Les dictionnaires nous seront-ils de quelque secours ? Pour Littré, la nouvelle serait une « sorte de roman très court » ; mais nos Cent Nouvelles nouvelles lui deviennent « contes fort libres » ! Au dictionnaire de l'Académie royale espagnole, la nouvelle sera une « œuvre littéraire où l'on narre une action entièrement ou partiellement imaginée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle/#i_13931

Pour citer l’article

Mohammad Hassan REZVANIAN, « NIẒĀMĪ ou NEZAMÉ DE GANDJE (1140 env.-env. 1202) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nizami-nezame-de-gandje/