LAYLI ET MADJNŪN, Nizami de GandjeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Laylī et Madjnūn est le troisième des cinq poèmes du poète persan Nizāmī (1141 env.-env. 1209) dont l'ensemble, réuni postérieurement à la mort de l'auteur, est connu sous le nom de Pandj gandj (Les Cinq Trésors) ou Khamsé (« cinq »). Il s'agit d'un masnavi, forme poétique d'origine probablement persane dans laquelle la rime change à chaque distique, les deux vers du distique rimant entre eux et non avec les suivants. Quatre de ces poèmes, dont Laylī et Madjnūn, sont des romans ; et c'est bien l'originalité de Nizāmī que d'avoir fait évoluer la tradition épique héritée de Firdousi (940 env.-1020 env.) en privilégiant l'élément romantique et l'analyse psychologique. Déjà amorcé avec Khosrow et Shīrīne, ce mouvement, qui répond aux goûts d'une bourgeoisie urbaine émergeante et se réalise à travers le recours au langage vivant de l'époque, s'avère plus complètement abouti dans Laylī et Madjnūn, où le poète abandonne la veine héroïque pour s'intéresser au destin et au drame individuels. Né à Gandje, au Caucase, Nizāmī n'est pas issu du milieu d'origine de la tradition littéraire persane, le Khorāsān, à l'est de l'Iran. Mais il sut faire fusionner cette tradition avec celle de la brillante école de poésie lyrique persane d'Azerbaïdjan que favorisèrent les Shirvān-Shāhs, bien que le persan ne fût pas la langue de la région.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chercheur, membre de l'U.M.R. Monde iranien du C.N.R.S., Paris

Classification


Autres références

«  LAYLI ET MADJNUN, Nizami de Gandje  » est également traité dans :

FOUZOÛLÎ (1495 env.-env. 1556)

  • Écrit par 
  • Louis BAZIN
  •  • 1 293 mots

Dans le chapitre « Poète et mystique de l'amour »  : […] De son œuvre en arabe, il ne subsiste, malheureusement, que de rares vestiges, recueillis dans un unique manuscrit connu : ce sont des vers lyrico-religieux. Ses vers persans, eux, ont été assez largement conservés, dans un recueil ( Dīwān ) d'inspiration très personnelle, qui nous éclaire sur sa vie, ses sentiments et ses conceptions intellectuelles et morales. Il y exprime, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fouzouli/#i_14665

MADJNŪN (VIIe-VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 416 mots

Personnage semi-légendaire, surnommé le Madjnūn parce qu'il devient « fou » d'amour, Qays b. Mulawwaḥ appartient à la tribu de Banū ‘Amīr. Il est le type du poète ‘uḏrî qui meurt à cause de son amour malheureux, d'où sa célébrité dans le monde islamique. Son histoire est simple : il aime une femme de sa tribu, Laylā, et en est aimé. Il lui consacre plusieurs poèmes et demand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madjnun/#i_14665

NIẒĀMĪ ou NEZAMÉ DE GANDJE (1140 env.-env. 1202)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 016 mots

Dans le chapitre « Une œuvre originale »  : […] L'œuvre principale de Niẓāmī se compose de cinq grands poèmes ( masnavi ) comptant quelque trente mille distiques. Le premier, le Trésor des mystères ( Makhzan al-asrār ), est un poème didactique d'inspiration mystique où l'auteur expose, entremêlées d'anecdotes, ses idées morales ; les quatre autres sont des épopées romanesques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nizami-nezame-de-gandje/#i_14665

Voir aussi

Pour citer l’article

Marina GAILLARD, « LAYLI ET MADJNŪN, Nizami de Gandje - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/layli-et-madjnun/