NIÉPCE NICÉPHORE (1765-1833)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il n'est pas rare que des querelles d'antériorité, concernant des découvertes anciennes, finissent par rendre impossible ou oiseuse l'attribution de celles-ci. Il n'est pas rare non plus qu'un filou « exploite » la trouvaille d'autrui et tente de s'en faire passer pour l'inventeur : l'histoire des sciences parvient généralement à le démasquer. Mais qu'un inventeur quelque peu chimérique voie sa création reprise, mise sous le boisseau puis confondue avec celle d'autrui, cet autrui étant lui-même un expérimentateur de valeur (et même un créateur), doublé il est vrai d'un homme d'affaires, voilà qui n'est pas fréquent. Tel fut le sort de Nicéphore Niépce, le véritable inventeur de la photographie.

Son enfance est marquée par un goût précoce pour la mécanique, goût qu'il partage avec son inséparable frère Claude. La paisible vie bourgeoise des deux jeunes gens, dans la maison familiale de Chalon-sur-Saône, est bouleversée par la Révolution. En 1794, les deux frères sont à Nice : Nicéphore y met au point et fait breveter une machine, le Pyréolophore, ancêtre du moteur à explosion, avec laquelle il fera mouvoir deux bateaux. En 1804, c'est le retour dans le domaine familial du Gras, à Saint-Loup-de-Varennes ; il y expérimente la culture du pastel et l'extraction du sucre de betterave. Dès 1813 il s'intéresse à la lithographie, introduite en France depuis une dizaine d'années mais pas encore à la mode. Ici se place sa première intuition : employer pour la reproduction des gravures (qui est alors la raison d'être de la lithographie) un vernis qui puisse servir de réserve contre l'action de l'acide, puis faire agir la lumière sur ce vernis à travers la gravure à copier. Grâce à une chambre noire dont il règle à volonté l'ouverture par un « diaphragme » de son invention, ancêtre du « diaphragme à iris » promis à un bel avenir, Niépce transpose des gravures sur le papier, sur le verre, sur l'étain émulsionné. En même temps il tâtonne à la recherche du meilleur vernis. En 1816, il peut envoyer à son frère (parti faire des démarches commerciales en Angleterre) deux « épreuves » sur papier imprégné de chlorure d'argent. Comme il l'avait prévu, les fonds sont plus sombres que les « objets », et il songe déjà à inverser l'effet de lumière, bref à obtenir ce que nous appellerions des « positifs directs ».

Vers cette date, Niépce fait le pas décisif : il s'agit désormais de fixer la réalité elle-même, avec « l'aide directe de la lumière ». Sa formule finale de vernis est aussi trouvée. C'est du bitume de Judée dissous dans l'huile de Dnippel, ou pétrole blanc. Après une exposition de deux à trois heures, le lavage du cliché avec un mélange de pétrole blanc et d'huile de lavande le débarrasse du bitume. En 1822, ce procédé, qu'il ne sait pas encore abréger, lui donne la première photographie du monde : c'était une « nature morte », une table, une nappe et quelques fruits. Tiré sur une plaque de verre, ce cliché est aujourd'hui perdu ! Nous le connaissons par un fac-similé qu'en fit exécuter, avant 1890, date de sa disparition, la Société française de photographie. On a contesté à tort l'attribution de cette image à Niépce. La question ne s'est même pas posée pour une autre « épreuve », tirée en 1827 sur plaque d'étain, elle aussi « perdue » et retrouvée après une véritable enquête policière, en 1952, par l'historien de la photographie Helmut Gernsheim. Assez peu lisible, elle représente une maison vue d'une fenêtre, et son authenticité est attestée par la correspondance de Niépce.

Paysage à Saint-Loup-de-Varennes, N. Niépce

Photographie : Paysage à Saint-Loup-de-Varennes, N. Niépce

Nicéphore Niépce, Vue de la fenêtre depuis la propriété du Gras à Saint-Loup-de-Varennes, 1827, héliographie au bitume positive-négative, non gravée, 16,2 cm x 20,2 cm. Collection Helmut Gernsheim, Harry Ransom Humanities Research Center, Austin, Texas. Ce paysage est considéré comme... 

Crédits : Joseph Niepce/ Getty Images

Afficher

Ses travaux avaient très gravement ébréché son patrimoine. Encore une fois Nicéphore dépêche Claude à Londres, avec mission d'intéresser le public à ses « héliographies », comme il les appelle. La Royal Society, trop fidèle à ses statuts (et qui fera bientôt amende honorable), l'éconduit sous prétexte que l'inventeur ne veut pas divulguer son procédé. Alors entre en scène Daguerre. En 1826, il cherche depuis quelques années, par ses lettres, à percer le secret de Niépce, tout en critiquant sévèrement des méthodes qui pourtant surpassent ses propres essais. Niépce est sur ses gardes, mais accepte de rencontrer Daguerre en 1827 à Paris où il passe pour gagner Londres : le fidèle Claude, épuisé, est tombé malade et mourra fou après avoir comme tant d'autres « inventé » le mouvement perpétuel. Devant Daguerre, plus jeune, plus entreprenant, Nicéphore capitule. Le 14 décembre, il signe un contrat d'association qui ménage encore sa renommée, mais où son partenaire se réserve en fait d'exploiter la découverte. Après quatre ans d'une correspondance chiffrée, soi-disant pour dépister les indiscrétions, Daguerre est en possession de tous les éléments qui lui assureront la gloire et la fortune, moyennant quelques aménagements techniques. Une apoplexie terrasse Nicéphore en 1833. Son fils est obligé de « brader » l'héliographie à Daguerre, qui finira par faire disparaître des contrats et brevets toute mention du nom même de Niépce. Tandis que Nadar, perspicace, écrira bientôt : « Le daguerréotype, qui devrait légitimement s'appeler niepcétype... », quelques voix s'élèvent en faveur de l'antériorité du Chalonnais. Il faudra attendre 1972 avec l'ouverture à Chalon du musée Nicéphore-Niépce (où le diaphragme de Niépce, en parfait état de marche, sa « chambre pliante » et d'autres émouvants bricolages sont conservés), puis la pose d'une plaque commémorative le long de la RN 6, pour que justice soit rendue au premier homme qui ait « obligé le soleil » à fixer directement une vision du monde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NIÉPCE NICÉPHORE (1765-1833)  » est également traité dans :

VUE DE LA FENÊTRE DE LA PROPRIÉTÉ DU GRAS À SAINT-LOUP-DE-VARENNES (N. Niépce)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 215 mots
  •  • 1 média

L'étude des matières réagissant à la lumière conduit Nicéphore Niépce (1765-1833) à impressionner dès 1816 un papier enduit de chlorure d'argent placé au fond d'une chambre noire. Ces premières « rétines », images automatiques du réel, ont un rendu négatif (les noir […] Lire la suite

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 155 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution de l'image physico-chimique »  : […] Par ailleurs, les nouvelles techniques de l'image mises au point par les scientifiques vont influencer la vision des artistes. Le plus bel exemple est celui de Nicéphore Niépce, qui invente peu avant sa mort, le 5 juillet 1833, le procédé de la photographie, fondé sur l'insolubilisation de certains composés chimiques soumis à une radiation. Son associé, Jacques Daguerre , diffuse à travers le mond […] Lire la suite

CHAMBRE NOIRE ou CHAMBRE OPTIQUE, reproduction graphique

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 514 mots

L'invention de la camera oscura (chambre obscure dite aussi chambre noire) comme moyen de reproduction d'une image et son exploitation perspective remonte à des temps très anciens. Déjà Aristote, dans ses Problematica avait fait remarquer que les rayons passant par une ouverture constituaient une image dont la grandeur augmentait à mesure que s'accroissait la distance à partir de l'ouverture. Dè […] Lire la suite

DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ (1787-1851)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 528 mots

Louis Jacques Mandé Daguerre naît le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis et passe son enfance à Orléans. Il entre comme apprenti dessinateur chez un architecte, avant de travailler à Paris, dans l'atelier de Degotti, le fournisseur de décors pour l'Opéra. Daguerre participe bientôt à des mises en scène pour l'Ambigu et l'Opéra-Comique. Dix ans après son mariage avec Louise Georgine Arrowsmith […] Lire la suite

DAGUERRÉOTYPE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 020 mots
  •  • 3 médias

On désigne par daguerréotype le procédé photographique mis au point en 1839 par J. L. M. Daguerre à partir de la découverte de l'héliographie par Nicéphore Niepce. Mais, alors que le procédé de Niepce restait peu performant (lenteur et complexité des différentes opérations, faible sensibilité de la substance sensible : le bitume de Judée, etc.), Daguerre réalise le premier procédé photographique […] Lire la suite

L'IMAGE RÉVÉLÉE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 008 mots

Le titre de l'exposition, L'Image révélée. Premières photographies sur papier en Grande-Bretagne (1840-1860) , présentée au musée d'Orsay du 27 mai au 7 septembre 2008 est aussi ambigu qu'il est évocateur. S'agissant de la photographie, et plus précisément de son histoire, le rapprochement avec le procédé du révélateur, auquel on associe l'image mécanique et chimique, joue sur l'acception plus co […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 276 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les héliographies de Niépce »  : […] Dès 1816, Nicéphore Niépce entreprend ses premières expérimentations à l'aide de papiers sensibilisés au chlorure d'argent. La polarité négative des images obtenues ainsi que l'impossibilité de les fixer le conduisent à abandonner rapidement cette piste pour celle des résines naturelles qui avait fait l'objet d'investigations antérieures. Il oriente alors ses recherches vers le bitume de Judée. C […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Objectifs photographiques

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 5 509 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La naissance de l'objectif »  : […] Dès 1816, le Français Nicéphore Niépce (1765-1833) caractérise l'objectif qui équipe sa chambre en bois comme « une espèce d'œil artificiel, un tuyau susceptible de s'allonger et portant un verre lenticulaire ». Ses connaissances en optique sont rudimentaires, et il cherchera en vain à améliorer son objectif afin de rendre les images qu'il obtient plus nettes et plus lumineuses. Ainsi, cette même […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « NIÉPCE NICÉPHORE - (1765-1833) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nicephore-niepce/