DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ (1787-1851)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Louis Jacques Mandé Daguerre naît le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis et passe son enfance à Orléans. Il entre comme apprenti dessinateur chez un architecte, avant de travailler à Paris, dans l'atelier de Degotti, le fournisseur de décors pour l'Opéra. Daguerre participe bientôt à des mises en scène pour l'Ambigu et l'Opéra-Comique. Dix ans après son mariage avec Louise Georgine Arrowsmith, Daguerre inaugure le 11 juillet 1822 sa propre salle de spectacles, dans le quartier des théâtres, situé près de l'actuelle place de la République. Le Diorama, construit selon ses plans, offre sur 20 mètres de largeur et 13 mètres de hauteur le spectacle de lieux réels ou imaginaires dont les éléments de décor apparaissent par le jeu subtil de l'éclairage et des transparences. Le Diorama connaît un réel succès, et Daguerre est décoré de la Légion d'honneur.

L'opticien Charles Chevalier lui parle un jour de Joseph Nicéphore Niépce, inventeur d'un procédé capable de fixer les images formées par un objectif au fond d'une chambre noire. Daguerre le rencontre et lui propose un contrat d'association, signé le 14 décembre 1829. En exploitant le pouvoir sensibilisateur de l'iode sur une plaque d'argent exposée à la lumière, Daguerre parvient à affiner le procédé que Niépce nomme « Héliographie » (l'écriture par le soleil). À la disparition brutale de Niépce, en 1833, Daguerre accepte pour nouvel associé le fils du défunt, Isidore Niépce, mais continue seul ses recherches. Sa découverte essentielle tient à l'action des vapeurs de mercure sur l'iodure d'argent formé par la lumière à la surface de la plaque. L'image est un positif, d'une grande finesse. Daguerre, qui vient de découvrir le principe toujours actuel d'une image latente révélée a posteriori, donne son nom au procédé qu'il essaie de commercialiser. Le 7 janvier 1839, François Arago, secrétaire de l'Académie des sciences fait une première présentatio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ (1787-1851)  » est également traité dans :

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution de l'image physico-chimique »  : […] Par ailleurs, les nouvelles techniques de l'image mises au point par les scientifiques vont influencer la vision des artistes. Le plus bel exemple est celui de Nicéphore Niépce, qui invente peu avant sa mort, le 5 juillet 1833, le procédé de la photographie, fondé sur l'insolubilisation de certains composés chimiques soumis à une radiation. Son associé, Jacques Daguerre , diffuse à travers le mond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_88925

BAYARD HIPPOLYTE (1801-1887)

  • Écrit par 
  • Anne de MONDENARD
  •  • 2 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un inventeur de procédés photographiques »  : […] Hippolyte Bayard est né le 20 janvier 1801 à Breteuil-sur-Noye (Oise). Fils d'un juge de paix, il commence sa vie professionnelle comme clerc de notaire. En 1825, il gagne Paris, où il entre au ministère des Finances comme commis de 4 e  classe au service des contributions directes. Il sera promu commis principal de 1 re  classe en juillet 1845. Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-bayard/#i_88925

DAGUERRÉOTYPE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 019 mots
  •  • 3 médias

On désigne par daguerréotype le procédé photographique mis au point en 1839 par J. L. M. Daguerre à partir de la découverte de l'héliographie par Nicéphore Niepce. Mais, alors que le procédé de Niepce restait peu performant (lenteur et complexité des différentes opérations, faible sensibilité de la substance sensible : le bitume de Judée, etc.), Daguerre réalise le premier procédé photographique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daguerreotype/#i_88925

DIORAMA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 878 mots

Procédé de peinture en trompe l'œil mis au point en 1822 par Daguerre et Bouton, dont le principe repose sur l'idée de l'illusion : le diorama doit faire oublier au spectateur que ce qu'il voit n'est pas la réalité mais une représentation à deux dimensions. Le diorama n'est qu'un des avatars du panorama inventé par le peintre écossais Robert Batter qui réalise en 1792 à Londres une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diorama/#i_88925

L'IMAGE RÉVÉLÉE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 008 mots

Le titre de l'exposition, L'Image révélée. Premières photographies sur papier en Grande-Bretagne (1840-1860) , présentée au musée d'Orsay du 27 mai au 7 septembre 2008 est aussi ambigu qu'il est évocateur. S'agissant de la photographie, et plus précisément de son histoire, le rapprochement avec le procédé du révélateur, auquel on associe l'image mécanique et chimique, joue s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-image-revelee/#i_88925

NIÉPCE NICÉPHORE (1765-1833)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

Il n'est pas rare que des querelles d'antériorité, concernant des découvertes anciennes, finissent par rendre impossible ou oiseuse l'attribution de celles-ci. Il n'est pas rare non plus qu'un filou « exploite » la trouvaille d'autrui et tente de s'en faire passer pour l'inventeur : l'histoire des sciences parvient généralement à le démasquer. Mais qu'un inventeur quelque peu chimérique voie sa cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicephore-niepce/#i_88925

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les héliographies de Niépce »  : […] Dès 1816, Nicéphore Niépce entreprend ses premières expérimentations à l'aide de papiers sensibilisés au chlorure d'argent. La polarité négative des images obtenues ainsi que l'impossibilité de les fixer le conduisent à abandonner rapidement cette piste pour celle des résines naturelles qui avait fait l'objet d'investigations antérieures. Il oriente alors ses recherches vers le bitume de Judée. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-histoire-des-procedes-photographiques/#i_88925

PHOTOGRAPHIE (art) - L'académisme

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 2 214 mots
  •  • 3 médias

Pour les historiens de la peinture et de la sculpture, l' académisme est une normalisation esthétique émanant d'un enseignement institutionnalisé. L'emploi de ce mot ne serait donc licite au regard de la photographie qu'à partir de 1929, date de la création officielle du premier cours de photographie dispensé par Walter Peterhans à l'école du Bauhaus. Cette interprétation s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-l-academisme/#i_88925

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Premières discussions, premiers errements »  : […] On peut énumérer trois des tares qui ont marqué les débuts de la photographie : la contradiction entre ses origines de caractère expérimental, scientifique, en tout cas exemptes d'idées préconçues sur le rôle du « daguerréotype », et les appétits de « réalisme » au sens vague, appétits extra-artistiques du public ; l'épuisante controverse qui s'instaura d'emblée pour savoir a priori si la photogra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_88925

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ - (1787-1851) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-jacques-mande-daguerre/