Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NEUME, musique

Terme de musique en usage au Moyen Âge (viiie-xiie s.) ; le neume est un signe graphique (du grec neuma, signe) que l'on plaçait au-dessus des syllabes à chanter, dans les livres d'église (antiphonaires, matutinaires, vespéraux). La notation neumatique dérive soit des accents grammaticaux, soit du système des points superposés. Cette graphie se perfectionna peu à peu en précision ; le scribe écrivit les neumes à des hauteurs différentes, puis apparurent les lignes (de une à quatre). Au xiiie siècle, l'écriture carrée (notes simples, notes composées) se répandit. Le neume peut alors désigner une ou plusieurs notes réunies en un même graphisme composé (porrectus, scandicus). « Neume » signifie encore mélodie courte et caractéristique du chant grégorien, qui sert de prototype de composition (ou d'improvisation ?). Ainsi parle-t-on de neume de l'Alleluia pour désigner telle vocalise particulière.

— Pierre-Paul LACAS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

    • Écrit par Luis CAMPODÓNICO, Pierre-Paul LACAS
    • 5 573 mots
    • 4 médias
    ...de textes sacrés par le célébrant et des réponses litaniques des fidèles, selon les usages des premiers siècles chrétiens. Les premiers manuscrits avec neumes, sans lignes ni intervalles, ne peuvent apporter que des renseignements musicaux imprécis (manuscrits du monastère Santo Domingo de Silos, de l'église...
  • NOTATION MUSICALE

    • Écrit par Mireille HELFFER, Alain PÂRIS
    • 5 199 mots
    • 14 médias
    Les neumes constituent une sorte de sténographie musicale dérivée de la chironomie : la virga (virgule) indique que le son monte, le punctum (point) que le son descend. Pour compléter ces deux signes, dont on devine les limites (intervalles et rythme ne sont pas précisés...), la ligature va permettre...
  • RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

    • Écrit par Jacques PORTE, Edith WEBER
    • 6 022 mots
    • 3 médias
    Vers le viiie siècle, une notation ekphonétique utilise des signes qui indiquent les endroits où il faut hausser en voix. Lorsque les neumes apparaissent vers 950, ils s'appellent « corps » si les intervalles progressent par degrés conjoints et « esprits » en cas de sauts de quarte ou de quinte....
  • SOLFÈGE

    • Écrit par Robert SIOHAN
    • 2 520 mots
    • 1 média
    ...eux de longue date et acquis par tradition orale) cherchaient, en effet, plutôt à pallier les lacunes de leur mémoire défaillante. D'où l'invention des neumes, sorte de sténographie indiquant non pas des sons précis, mais l'orientation ascendante, descendante ou rectiligne des mélodies liturgiques. On...

Voir aussi