NEUME, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme de musique en usage au Moyen Âge (viiie-xiie s.) ; le neume est un signe graphique (du grec neuma, signe) que l'on plaçait au-dessus des syllabes à chanter, dans les livres d'église (antiphonaires, matutinaires, vespéraux). La notation neumatique dérive soit des accents grammaticaux, soit du système des points superposés. Cette graphie se perfectionna peu à peu en précision ; le scribe écrivit les neumes à des hauteurs différentes, puis apparurent les lignes (de une à quatre). Au xiiie siècle, l'écriture carrée (notes simples, notes composées) se répandit. Le neume peut alors désigner une ou plusieurs notes réunies en un même graphisme composé (porrectus, scandicus). « Neume » signifie encore mélodie courte et caractéristique du chant grégorien, qui sert de prototype de composition (ou d'improvisation ?). Ainsi parle-t-on de neume de l'Alleluia pour désigner telle vocalise particulière.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  NEUME, musique  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rite et chant hispaniques »  : […] Le terme mozarabe est primitivement appliqué aux chrétiens « sujets des Maures » ( musta'rab ). Après le débarquement de Tāriq ibn Ziyād à Tarifa, en 711, les lois musulmanes tolérèrent certains rites chrétiens, surtout en Aragon, en León et en Castille. L'habitude fut prise de parler du rite et du chant mozarabes. Cependant, on a abandonné ce terme pour lui préférer celui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-musique/#i_41006

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les neumes »  : […] Les neumes constituent une sorte de sténographie musicale dérivée de la chironomie : la virga (virgule) indique que le son monte, le punctum (point) que le son descend. Pour compléter ces deux signes, dont on devine les limites (intervalles et rythme ne sont pas précisés...), la ligature va permettre d'associer plusieurs neumes simples en un neume compo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_41006

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 047 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le chant byzantin »  : […] Orientale, elle aussi, la musique byzantine puise aux sources hébraïques et syriennes, et non aux sources grecques antiques et romaines, pour vivre sa mystique. Dans son traité intitulé De la hiérarchie céleste , Denys l'Aréopagite ne soutient-il pas que la musique sacrée « n'est autre qu'une révélation » ? Non seulement le rite et la musique témoignent, ici, d'une rare cohér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-religieuse-chretienne/#i_41006

SOLFÈGE

  • Écrit par 
  • Robert SIOHAN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La solmisation en Occident »  : […] On ne sait pas grand-chose de la solmisation en Occident durant le haut Moyen Âge. Toutefois, la coexistence, à la fin du ix e  siècle, de deux modes de notation semble indiquer que ceux-ci s'adressaient à des catégories différentes d'usagers. Les chantres (qui n'avaient que faire de solfier des chants connus par eux de longue date et acquis par t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solfege/#i_41006

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « NEUME, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neume-musique/