SOLFÈGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « solfège » est employé dans deux sens différents : d'une manière très générale, il désigne l'ensemble des connaissances nécessaires à la lecture et à la réalisation sonore des signes musicaux (apprendre le solfège) ; par extension, il s'applique aux ouvrages spécialisés destinés à l'acquisition de ces connaissances (les Solfèges de Panseron, de Danhauser ; plus récemment les ouvrages d'A. Weber, de G. Dandelot, de J. Deschamps-Villedieu, etc.).

Pour saisir ce qu'est le solfège et percevoir les difficultés de son enseignement, il faut comprendre que, si les mots, les phrases du discours parlé sont aisément mémorisés dans leur sens littéral, celui-ci est totalement absent des structures musicales, lesquelles n'acquièrent de signification – purement sonore – que par les rapports (de durée, d'intonation) qui s'établissent entre les éléments d'une mélodie, d'un accord. Or, si par « lecture des signes musicaux » on n'entend pas seulement l'épellation des noms de notes, mais aussi la traduction vocale ou instrumentale des intonations que ces notes représentent, on en déduit que l'étude du solfège, pour être vraiment fructueuse, comporte ce qu'on appelle, très improprement d'ailleurs, ainsi qu'on le verra par la suite, l'« éducation de l'oreille ». D'autre part, l'action de solfier implique que l'élève nomme les notes ; ce fait indique qu'à l'origine la solmisation fut d'ordre exclusivement vocal.

L'étude du solfège n'en est pas moins indispensable à l'instrumentiste ; et, si l'on ajoute que cette éducation de l'oreille est à la base des études d'harmonie, de contrepoint, et qu'elle permet en fin de compte au compositeur de concevoir sa partition sans le secours d'aucun instrument, on aura compris l'importance de cette discipline, qui se présente, à l'heure actuelle, comme le fondement de toute activité musicale, tant pour l'exécutant amateur (membre d'une chorale, par exemple) que pour le professionnel.

La prise de conscience sonore

Données psy [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : inspecteur général de la Musique, compositeur, chef d'orchestre

Classification


Autres références

«  SOLFÈGE  » est également traité dans :

BÉCARRE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 167 mots

Signe musical ♮ qui, placé devant une note, annule l'altération qui l'affectait, dièse ou bémol, que cette altération soit passagère (valable pour la seule mesure), ou constitutive (prévue pour tout un morceau par l'ensemble des altérations notées en début de portée, que l'on nomme armature). On remarquera que, jusqu'au xviii e siècle, une note di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/becarre-musique/#i_9846

DIAPASON

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 752 mots

Dans le chapitre « La double nomenclature »  : […] Lorsque, au xi e  siècle, Gui d'Arezzo inventa les syllabes ut, ré, mi , etc., ce ne fut pas pour remplacer les noms alphabétiques des notes A, B, C, etc., qui existaient depuis deux siècles environ, mais bien pour les compléter selon des conventions très différentes de l'emploi actuel des mêmes syllabes. Celles-ci avaient pour objet de suggérer le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diapason/#i_9846

NEUMATIQUE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 491 mots

Dans l'écriture de la musique, la notation a connu notamment les accents, dérivés des accents grammaticaux, les points superposés et une combinaison des deux. Les scribes du Moyen Âge utilisèrent des signes (en grec : neuma ) pour fixer le chant liturgique de l'Église romaine. On rencontre ailleurs (Inde, Tibet, Japon) des signes analogues. Une esp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neumatique-musique/#i_9846

PAUSE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 108 mots

Signe musical correspondant à un silence dont la durée équivaut à celle d'une ronde. C'est un trait gras qui est placé au-dessous de la quatrième ligne de la portée. La demi-pause est une figure qui correspond au silence dont la durée équivaut à celle d'une blanche. Le trait qui la signifie se place au-dessus de la troisième ligne de la portée. Cep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pause-musique/#i_9846

SOUPIR, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 46 mots

Le signe ᴓE représente graphiquement le soupir, qui équivaut à un silence correspondant à la durée d'une noire. Le double d'un soupir, la demi-pause, équivaut à une blanche, le demi-soupir à une croche, et le quart de soupir à une double-croche. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soupir-musique/#i_9846

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert SIOHAN, « SOLFÈGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/solfege/