VOCALISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le chant, mélisme développé sur une voyelle et qui en accentue le caractère décoratif, lyrique ou de pure virtuosité. Les vocalises sont aussi un exercice de chant qui, grâce à des formules appropriées, permet d'acquérir une bonne technique de vocalisation. La vocalise eut une valeur magique (chez les gnostiques, par exemple) ; saint Augustin évoque, sous le nom de jubilus, la capacité expressive de la joie par la musique vocale « sans paroles » (alléluia) ; c'est ce que les mots sont incapables d'exprimer. Dans les mélismes grégoriens, on nomme vocalise les passages abondamment ornés (répons prolixes) que chantaient des solistes exercés (bel canto) ; à l'origine, ces solos étaient improvisés partiellement. On rencontra à partir du xiiie siècle de longs mélismes incorporés dans la polyphonie ; au xive siècle et ensuite, ils obéissent rigoureusement à la mesure (Guillaume de Machaut, Isaac, Josquin Des Prés, Ockeghem), mais les vocalises se développent jusqu'à l'excès en Italie (frottola, strambotto), alors que les Allemands et les Anglais les apprécient peu. Du xviiie siècle à nos jours, avec l'aria da capo (air de cour), sont permises toutes les prouesses ; la voix humaine affirme ses possibilités, arpèges, gammes, passaggi, etc. (coloratur), non sans tomber parfois dans des excès contraires à l'expression juste de la musique.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  VOCALISE  » est également traité dans :

MOTET

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le passage de la monophonie à la diaphonie, ou chant à deux voix, s'effectua à la fin du ix e  siècle. Les principes de cette diaphonie se trouvent consignés dans le traité Musica enchiriadis du Pseudo-Hucbald. Ainsi est décrit sous sa forme la plus primitive le genre connu sous le nom d' organum  : une vox principalis exécutait le thème liturgique, tandis qu'une vox organalis se développait pa […] Lire la suite

POLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 2 165 mots

Dans le chapitre « La polyphonie classique occidentale »  : […] La polyphonie médiévale est attestée, dans la culture écrite occidentale, depuis le ix e  siècle seulement, et y reste en stagnation pendant près de deux siècles, avant de connaître l'essor extraordinaire qui, à partir de la fin du xi e  siècle, lui donnera des développements sans commune mesure avec ce qui précède. Mentionnée pour la première fois dans un traité carolingien anonyme, l' Enchirias […] Lire la suite

SÉQUENCE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 335 mots

Forme de composition liturgique monodique qui proliféra du ix e au xiv e siècle. On en connaît près de 4 500 séquences ; Pie V, au concile de Trente, réduisit leur nombre à cinq dans la liturgie romaine : Lauda Sion , Stabat Mater , Veni Sancte Spiritus , Victimae paschali laudes , Dies irae (cette dernière est d'ailleurs plutôt un planctus ). Les théories s'opposent pour en déterminer les orig […] Lire la suite

VOCALE DISTRIBUTION

  • Écrit par 
  • Sophie COMET, 
  • Denis MORRIER
  •  • 5 018 mots

Dans le chapitre « La vélocité »  : […] La vélocité est la forme la plus évidente de virtuosité. C'est l'art des vocalises, abondamment utilisées depuis le xiv e  siècle dans la musique italienne, où on les dénomme passaggi . À partir du xvii e  siècle, le goût de cet ornement va peu à peu gagner toutes les nations. Au xvii e  siècle, Christoph Bernhard (1628-1692) rappelle qu'elles « doivent être employées avec parcimonie pour que le c […] Lire la suite

VOIX, esthétique

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 5 156 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vocalises et syllabes ornementales »  : […] Les vocalises sont absentes dans le nô. Elles sont souvent utilisées par les acteurs-chanteurs du théâtre cantonnais et aussi par les acteurs du jingxi. Le qiang est une des techniques les plus appréciées par les connaisseurs. Chaque type de rôle a son qiang particulier : un rôle de visage peint ( hua lian ) ne peut pas exécuter le qiang réservé au rôle de sheng (rôle masculin), caractérisé par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « VOCALISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vocalise/