PORTRAIT, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Montaigne demandait pourquoi il n'était pas loisible « à un chacun de se peindre de la plume » comme tel personnage dont il cite l'exemple « se peignait d'un crayon ». Le développement du portrait littéraire (dont les Essais sont justement l'une des premières manifestations systématiques) est en effet lié au modèle pictural (le terme lui-même est un terme de peinture) et plus précisément à l'apparition de la peinture de chevalet : bien que l'Antiquité ne l'ait pas ignoré (on connaît la fonction des portraits dans l'œuvre des historiens anciens, Tite-Live ou Tacite), le portrait s'est élaboré en tant que genre au milieu du xviie siècle, dans la société précieuse qui se réunissait autour de Mlle de Montpensier et qui, sous l'influence en particulier des romans de Mlle de Scudéry (où les portraits sont multipliés), en a fait un divertissement de société (dont on pourra trouver un échantillon dans l'une des scènes du Misanthrope). La princesse et ses familiers collaborent à quatre recueils — ou « galeries » — de portraits qui paraissent de 1659 à 1663. Les textes qui y sont rassemblés obéissent à deux exigences qui tirent toutes deux leur origine de la peinture, mais qui peuvent paraître contradictoires : il faut que le portrait ressemble au modèle (on retrouve cette loi dans le théâtre de Molière, qui oppose aux « portraits faits à plaisir » de la tragédie les portraits fidèles de la comédie), mais ce n'est pas tout d'y faire reconnaître le modèle, il faut encore y faire reconnaître la « manière du peintre ». On voit alors se fixer les caractéristiques qui seront celles du portrait dans les siècles suivants : « Comme autant de coups successifs de crayons, des énoncés parallèles cernent et définissent une image qui, comme celle du peintre, est statique et intemporelle » (J. D. Lafond). Technique accumulative donc et fixité : par une addition de traits physiques et moraux, on pense « épuiser » un objet, atteindre une essence soustraite au temps. On pourra rattacher cette ambition à la natu [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  PORTRAIT, genre littéraire  » est également traité dans :

CARACTÈRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 293 mots

Est-ce un « genre » que celui que ne représente qu'un seul ouvrage (car il faut laisser hors de cause les traités suivis, Caractères des passions , ou De l'amour , ou Des femmes par M me de Pringy, et aussi les versificateurs singes de La Bruyère, les Sellier, les Teissier...) ? À la rigueur, il y en a deux, si l'on adjoint au chef-d'œuvre de La Bruyère le mince volume de Théophraste. Mais ils d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracteres-genre-litteraire/#i_9059

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Aux sources de la description »  : […] La description est surtout liée au genre épidictique (qui comprend aussi bien le blâme que la louange) et à l'autonomie de morceaux ostentatoires comme l' ekphrasis ou la descriptio , qui peuvent avoir pour objet un spectacle aussi bien réel que fictif. Les formes descriptives rangées dans cette rubrique – par exemple dans le Palatium eloquentiae du P. Pelletier (1641) – sont l'éthopée et la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description/#i_9059

ESQUISSE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 246 mots

Description divertissante d'un aspect du mode de vie d'un pays, généralement écrite à l'intention de lecteurs étrangers par quelqu'un qui se trouve sur place. Le portrait littéraire se présente comme une variante de l'esquisse. De style concret et journalistique, l'esquisse est moins dramatique, mais plus analytique et descriptive que le conte et la nouvelle. Un auteur d'esquisses conserve un ton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esquisse-genre-litteraire/#i_9059

LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 2 461 mots

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] « L'homme de lettres est trivial comme une borne au coin des places ; il est vu de tous et à toute heure, et en tous états, à table, au lit, nu, habillé, sain ou malade : il ne peut être important, et il ne le veut point être. » Ainsi La Bruyère peut-il juger de tout : de la ville, de la cour, du souverain, de la mode, de la chaire, des esprits forts. Son observation, toujours libre, saisit des in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-bruyere/#i_9059

LES CARACTÈRES, Jean de La Bruyère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 951 mots

Dans le chapitre « La Bruyère moraliste »  : […] Mais si La Bruyère a tant marqué l'horizon des Lettres et des salons de son temps, comme il a séduit le monde littéraire qui a suivi, c'est surtout pour son habileté à faire le tableau composite d'une société bigarrée. Comme La Rochefoucauld dans ses Sentences et Maximes morales (1664), le moraliste décrit, organise, ironise et dénonce les injustices et les excès. C'est sa fonction. Toutefois, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-caracteres/#i_9059

LYCÉE, Antiquité

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Anthropologie »  : […] En morale, Théophraste ne renie pas Aristote. La supériorité de la vie contemplative et le désir de se rendre semblable à Dieu sont maintenus comme l'exigence d'une âme tournée vers le bonheur et dont le mouvement est la disposition essentielle. Cependant Cicéron lui reproche une morale relâchée, accordant aux biens extérieurs et aux privilèges des circonstances une trop grande importance. En fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lycee-antiquite/#i_9059

MIRÓ GABRIEL (1879-1930)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 561 mots

Dans le chapitre « Les portraits »  : […] Plus qu'à l'élaboration romanesque, plus qu'au déroulement même du récit, Miró s'attache surtout au décor qu'il évoque et aux personnages qu'il met en action. On sent que les êtres humains intéressent passionnément l'écrivain ; il sait les regarder, les observer, saisir au vol un geste, une attitude, un trait de leur physionomie, tout ce qui les révèle ou les trahit ; il sait, en quelques mots, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-miro/#i_9059

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, Baudelaire figurent parmi les lavatériens convaincu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_9059

SAINTE-BEUVE CHARLES AUGUSTIN (1804-1869)

  • Écrit par 
  • Roger FAYOLLE
  •  • 1 774 mots

Dans le chapitre « L' « avocat » et le portraitiste »  : […] Pourtant, même en tant que portraitiste, Sainte-Beuve a commencé par l'illusion. Chroniqueur du Globe , journal modérément romantique, il s'y fait très vite le propagandiste de l'école nouvelle. Dans son Tableau historique et critique de la poésie et du théâtre français au XVI e  siècle (1828), il veut « chercher dans nos origines quelque chose de national à quoi se rattacher » ( Lundi du 15 octo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-augustin-sainte-beuve/#i_9059

VIES IMAGINAIRES, Marcel Schwob - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick BESNIER
  •  • 1 039 mots

Dans le chapitre « Une série énigmatique »  : […] Porté d'abord par un titre mystérieux, bientôt obsédant, le livre se présente comme une galerie de portraits où chaque épisode a pour titre le nom d'un personnage suivi de sa fonction : « Sufrah, géomancien » ou « Cyril Tourneur, poète tragique ». Classés dans un ordre chronologique, d'« Empédocle, Dieu supposé », à « MM. Burke et Hare, assassins », ces portraits racontent vingt-cinq siècles de cu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vies-imaginaires/#i_9059

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « PORTRAIT, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait-genre-litteraire/