Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

L'ÈRE DU SOUPÇON, Nathalie Sarraute Fiche de lecture

L'Ère du soupçon est un recueil de quatre articles publiés par Nathalie Sarraute (1900-1999) entre 1947 et 1956, année de sa parution aux éditions Gallimard. Cet essai, contemporain des débuts de ce qu'on nommera plus tard la « nouvelle critique » (représentée par Roland Barthes ou Maurice Blanchot) mais aussi des premiers romans d'Alain Robbe-Grillet, de Michel Butor ou de Claude Simon, est généralement considéré comme le premier manifeste du « nouveau roman » (Pour un nouveau roman de Robbe-Grillet ne paraîtra qu'en 1963). Il constitue surtout un témoignage sur les débats littéraires en cours dans les années de l'après-guerre, en même temps qu'un document sur la naissance d'une œuvre considérable.

« Le génie du soupçon est venu au monde » (Stendhal)

Le premier article, « De Dostoïevski à Kafka », a été publié en octobre 1947 dans Les Temps modernes, la revue de Jean-Paul Sartre, lequel allait préfacer Portrait d'un inconnu (1948). Nathalie Sarraute y constate le discrédit dont souffre le roman psychologique, au profit du « roman métaphysique », sous la double influence de la littérature américaine (Steinbeck, Dos Passos) et de la philosophie de l'Absurde représentée par les romans de Kafka et, récemment, par L'Étranger de Camus (1942). Contre cette tendance, Nathalie Sarraute s'attache à démontrer que c'est précisément ce psychologique que Camus « avait cherché à extirper » qui donne son sens à L'Étranger et en fait tout le prix. Quant à l'« homo absurdus » de Kafka, il est l'héritier direct des héros de Dostoïevski, et témoigne en cela moins d'une évacuation de la psychologie, que de son approfondissement.

Le deuxième article, qui donne son titre au recueil, a paru également dans Les Temps modernes, en février 1950. Il décrit la crise dans laquelle est entré le roman « traditionnel », miné par la méfiance – commune à l'auteur et au lecteur – à l'égard du personnage, sous l'effet du temps et de la morne répétition qui l'ont figé dans des stéréotypes incapables, désormais, de « contenir la réalité psychologique actuelle ».

Le troisième article, « Conversation et sous-conversation », refusé par Les Temps modernes en raison de désaccords théoriques, est accueilli dans La Nouvelle revue française en janvier et février 1956. Nathalie Sarraute y poursuit sa critique des formes conventionnelles du roman selon une approche plus technique, en abordant la question du dialogue et de ses relations avec la narration. Prenant appui sur l'art singulier de la romancière anglaise Ivy Compton Burnett, elle redonne crédit à la forme dialoguée, susceptible de mettre au jour, au-delà ou en deçà de la conversation traditionnelle, une véritable « sous-conversation », où se déploient les « actions intérieures » de l'individu.

Enfin, le quatrième article, « Ce que voient les oiseaux », a été rédigé spécialement en janvier 1956 pour le livre à paraître. Son titre s'inspire de la fameuse anecdote des raisins peints par Zeuxis, qui n'offrent aux oiseaux que de pâles copies incomestibles. De même, les romans « traditionnels », qui se contentent d'appliquer des recettes éculées, séduisent d'abord les lecteurs en leur proposant des satisfactions faciles et grossières – et généralement « extra-littéraires ». Mais la « réalité » qu'ils prétendent restituer est digne des « poupées de cire du musée Grévin ».

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • RÉALISME (art et littérature)

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN, Henri MITTERAND
    • 6 499 mots
    • 4 médias
    ...réaliste, on a pu, à propos de Robbe-Grillet, Michel Butor ou Claude Simon, parler d'une « école du regard » (R. Barthes). Nathalie Sarraute, dans L'Ère du soupçon, critique « le vieux roman », mais c'est parce que les personnages de celui-ci ne parviennent plus à contenir la réalité psychologique...
  • ROMAN - Le nouveau roman

    • Écrit par Pierre-Louis REY
    • 4 668 mots
    • 1 média
    Publiée en 1956, mais composée pour moitié de textes antérieurs, L'Ère du soupçon peut passer pour le premier manifeste avant la lettre du nouveau roman. Nathalie Sarraute n'y revendique guère d'inspirateurs français. Elle analyse comment Kafka a hérité de Dostoïevski plus que de Proust cet...
  • SARRAUTE NATHALIE (1900-1999)

    • Écrit par Marianne ALPHANT
    • 2 476 mots
    • 1 média

    Si l'on peut faire remonter au recueil de L'Ère du soupçon, paru en 1956, le rayonnement de l'œuvre de Nathalie Sarraute, l'une des plus neuves et des plus marquantes de notre époque, c'est parce que s'y trouve alors abordée pour la première fois l'idée d'une crise du roman, idée partagée...

Voir aussi