MORETTI NANNI (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

États de crise

Malgré les manifestations, malgré Le Caïman, Berlusconi n’en reste pas moins président du Conseil jusqu’en 2011, avant d’être sénateur jusqu’en 2013. Inutile donc d’aborder l’adversaire de face, d’autant que l’image fait partie des domaines – cinéma, télévision – que celui-ci utilise avec succès. Si la cible reste la même, sans doute faut-il viser non pas l’homme, mais le phénomène : la « croyance » en Berlusconi, qui semble aussi obscure qu’inaltérable. La seule « croyance » qui puisse concurrencer la foi en un homme providentiel n’est-elle pas celle que suscite la religion ? Mais il serait sans doute tout aussi illusoire d’aborder cette croyance millénaire de face, elle aussi. D’où l’originalité d’Habemus Papam (2011). La seule faille qui puisse mettre en crise la certitude des « croyants » de tous ordres est le doute ! Non pas la crise du « croyant » lui-même – comme l’hésitation de Don Giulio dans La Messe est finie –, mais le doute qui minerait l’objet même de cette certitude. Moretti place donc le pape dans une situation qui n’a rien de blasphématoire : le cardinal Melville – Michel Piccoli dans un de ses très grands rôles – doute de lui-même, de sa capacité sinon à dire « le vrai », du moins à en indiquer la voie. Et même à « dire », tout simplement. Chargé de transmettre le Verbe, il est partagé entre le cri primal et le silence. Le Vatican lui-même a remarqué l’absence de toute prière dans le comportement de l’Élu malgré lui. Ici, ce n’est pas Dieu qui reste silencieux comme dans un film de Bergman, mais bien ce pape qui ne possède même pas de nom ! Il n’attend plus rien de la parole de Dieu et la chrétienté dans son ensemble, elle, n’entend plus rien... Quant à la raison, adversaire habituel de la foi – en la personne des deux psychanalystes dont l’un est incarné par Moretti lui-même –, elle manque des mots qui permettraient sinon de guérir cette crise, du moins de l’expliquer. Même le jeu – volley-ball, théâtre –, n’offre qu’une parodie de pouvoir et de communion toute provisoire... Habemus Papam, davantage qu’un film sur la crise de l’Église ou de la chrétienté est la métaphore d’un doute généralisé, spirituel, politique, social, historique, civilisationnel. S’il ne propose pas de réponse, Moretti met le doigt sur les incertitudes du présent.

Il est encore question d’acteur(s) dans Mia Madre (2015). Margherita (Margherita Buy) est réalisatrice. Elle dirige des acteurs dont les uns jouent (péniblement) le patron (Barry, John Turturro), d’autres (très conventionnellement) « les » ouvriers. Margherita est aussi l’image type du metteur en scène, celle qui « a toujours raison » (comme le dit sa la famille) ou qui conseille à chacun d’être à la fois le personnage et l’acteur qu’il est lui-même... Si les acteurs saisissent mal cette subtilité, et si Margherita avoue qu’elle n’en sait rien elle-même, le spectateur, lui, comprend en voyant le fossé séparant la Margharita qui filme de celle qui tente, difficilement, de vivre avec authenticité.

Mia Madre n’est pas une réflexion sur le cinéma, mais sur la façon dont « chacun se fait son cinéma », au sens le plus terre à terre du terme. Comme Habemus Papam, il s’agit en effet d’un film sur le doute. Mais la question est loin d’être rhétorique. Elle s’inscrit dans la chair même du film, dans l’agonie d’Ada (Giulia Lazzarini), la mère de Margherita et de son frère Giovanni (Nanni Moretti). Entre la mort inéluctable et l’ouverture vers l’avenir représentée par la fille de Margherita, Livia. À quoi servent le latin, la politique, la culture, les relations de couple, de famille ? À vivre, tout simplement. À transmettre la vie, de quelque manière que ce soit. Cette évidence, le film la dit avec sensibilité, beauté, chaleur, délicatesse. L’une des plus belles scènes du film n’est-elle pas la probable dernière leçon de latin que donne Ada à la jeune Livia, qui jugeait cette matière dénuée de tout intérêt pratique ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  MORETTI NANNI (1953- )  » est également traité dans :

APRILE (N. Moretti)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 356 mots

Projeté au festival de Cannes en mai 1998, le neuvième film de Nanni Moretti, Aprile, poursuit, quatre ans après Journal intime, une veine d'autobiographie directe où le cinéaste apparaît à l'écran sous son vrai nom et sous une personnalité à peine travestie par les besoins du tournage et les exigences d'une fict […] Lire la suite

LE CAÏMAN (N. Moretti)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 075 mots

AprèsLa Chambre du fils, palme d'or au festival de Cannes en 2001, Nanni Moretti s'accorde un moment de réflexion. S'investissant dans l'activité politique – dans le film d'Ettore Scola, Gente di Roma (2004), on le voit prendre la parole lors du grand rassemblement pop […] Lire la suite

LA CHAMBRE DU FILS (N. Moretti)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 968 mots

Trois ans après Aprile présenté au festival de Cannes en 1998, sept ans après Journal intime qui obtint le prix de la mise en scène en 1994, La Chambre du fils a apporté à Nanni Moretti la palme d'or du festival de Cannes 2001.Le film surprend par la rupture brutale que l'auteur introduit avec […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma italien »  : […] Les exemples tirés de l'histoire récente du cinéma en Europe sont beaucoup moins probants, et se limitent souvent à l'œuvre d'un grand artiste éclipsant la médiocrité nationale : Emir Kusturica, né en 1954 en Yougoslavie ; Krzysztof Zanussi et Krzysztof Kieslowski, nés respectivement en 1939 et 1941 en Pologne ; Béla Tarr, né en 1955 en Hongrie ; le Grec Theo Angelopoulos (1935-2012) ; les Russes […] Lire la suite

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La comédie, un genre en crise ? »  : […] Depuis les années 1980, la comédie italienne a profondément changé. Dans le cadre général d'une cinématographie en perte de vitesse, elle n'a pas toujours su s'adapter aux nouvelles exigences du public ; elle a perdu par ailleurs son rôle de décrypteur humoristique des travers d'une société. Ainsi, le cinéma satirique, peu connu hors des frontières de la péninsule, n'est devenu souvent qu'un comme […] Lire la suite

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 720 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps présent, entre mémoire et oubli »  : […] Au cours des décennies de 1980 et 1990, le cinéma italien a connu une phase aiguë de déclin suivie d'une nette reprise à partir des années 2000. Peu à peu s'était installée l'idée d'une cinématographie affaiblie et dont le renouvellement ne se faisait pas. Il est vrai qu'au répertoire des auteurs incontestés on ne peut noter qu'une seule révélation, celle de Nanni Moretti à partir de 1976, avec l […] Lire la suite

Les derniers événements

14 septembre 2002 Italie. Manifestation contre la politique judiciaire du gouvernement

Nanni Moretti s'en prend également à l'incurie des forces de centre gauche, désunies depuis leur défaite électorale de mai 2001.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « MORETTI NANNI (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nanni-moretti/