NAINES BLANCHES

Les naines blanches sont des étoiles vieillissantes dont la masse est de l'ordre de celle du Soleil et la taille proche de celle de la Terre. Leur grande densité rend gigantesques les forces gravitationnelles qui y règnent. Ce sont des astres assez communs dans l'Univers ; la plus proche naine blanche est à une distance de 8,6 années-lumière et on estime que le Soleil en deviendra une dans quelques milliards d'années. Leur température de surface est de l'ordre de 12 000 kelvins, soit plus du double de celle du Soleil. En utilisant les mesures effectuées par un spectrographe embarqué dans le télescope spatial Hubble, une équipe de l'université de Californie à Los Angeles (États-Unis), en collaboration avec un astronome de l'université de Kiel (Allemagne), a détecté de l'hydrogène sous forme moléculaire à la surface des trois naines blanches G 29-38, GD 133 and GD 31. La présence dans le spectre ultraviolet de certaines raies inattendues a surpris les chercheurs et le fait qu'elles ne correspondaient à aucun atome les a fait longtemps douter de la fiabilité de l'appareillage utilisé. Lorsqu'ils ont réalisé que ces raies étaient identiques à certaines raies observées dans les zones les plus froides de la surface solaire, ils ont compris qu'il fallait les attribuer à des molécules d'hydrogène. On pensait pourtant que, à des températures si élevées, des molécules d'hydrogène seraient immédiatement dissociées en atomes. L'intensité de la raie spectrale montre qu'une molécule survit pour cent mille atomes d'hydrogène environ. Publiée le 1er avril 2013 dans le journal Astrophysical Journal Letters, cette découverte indique que les forces de gravité intenses jouent un rôle non négligeable dans la survie des molécules dans des conditions de haute température. Cela pourrait aider à résoudre un des problèmes les plus ardus concernant l'évolution des systèmes planétaires, à savoir la proportion de deutérium (2H) présent. Le deutérium est en effet pratiquement indétectable sous forme atomique mais les molécules (comme l'eau lourde, 2H2O) contenant cet isotope présentent des raies spectrales caractéristiques qu'on peut espérer détecter sur des naines blanches, par exemple.

Nébuleuse planétaire Hélice

Nébuleuse planétaire Hélice

photographie

La nébuleuse planétaire Hélice (NGC 7293) vue par le satellite d'observation infrarouge de la N.A.S.A. Spitzer Space Telescope. Cet objet est situé à 700 années-lumière environ, et son diamètre angulaire est de 30', approximativement celui de la Lune. L'étoile centrale est une naine... 

Crédits : University of Arizona/ JPL-Caltech/ NASA

Afficher

—  Bernard PIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  NAINES BLANCHES  » est également traité dans :

CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 018 mots

Dans le chapitre « Vie et mort des étoiles »  : […] est le phénomène marquant de leur vieillesse. C'est ainsi qu'apparaissent naines blanches, étoiles à neutrons ou trous noirs, extraordinaires objets où les conditions physiques qui y règnent sont si extrêmes que les interactions fondamentales « habituelles » agissent de façon que l'on pourrait qualifier de caricaturale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subrahmanyan-chandrasekhar/#i_20792

EDDINGTON ARTHUR STANLEY (1882-1944)

  • Écrit par 
  • Jacques MERLEAU-PONTY
  •  • 2 816 mots

Dans le chapitre « L'étude des étoiles »  : […] prévision confirmée sur Bételgeuse dès 1920. Eddington déduit aussi pour les étoiles naines blanches des densités énormes – « absurdes » pensent certains –, de l'ordre de 50 000 ; la théorie de la relativité pouvait sur ce point venir à l'appui des déductions astrophysiques. À la demande expresse d'Eddington, Walter S. Adams […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-stanley-eddington/#i_20792

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 469 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « État de la matière aux densités stellaires »  : […] où k est la constante de Boltzmann et Ni le nombre d'ions par unité de volume. Cela n'est pas vrai dans le cas des naines blanches, où les ions, pratiquement en contact les uns avec les autres, forment un réseau cristallin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_20792

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibre gravitationnel et relaxation de l'énergie dans les étoiles »  : […] nécessairement inférieur au rayon englobant la totalité de la matière. Dans le cas de la classe d'étoiles appelées naines blanches, pour lesquelles R est seulement de l'ordre de 10 000 km (comparé avec le rayon solaire, de l'ordre de 1 000 000 km), l'énergie gravitationnelle − Ω n'est en aucune façon négligeable par rapport à l'énergie nucléaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravitation-et-astrophysique/#i_20792

LENTILLE GRAVITATIONNELLE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX, 
  • Bernard PIRE
  •  • 737 mots
  •  • 1 média

un système d’étoiles doubles formé d’une étoile de taille comparable au Soleil accompagné d’une naine blanche plus dense et plus petite. La luminosité observée diminue lorsque la naine blanche est occultée, elle augmente lorsque la naine blanche passe devant et joue son rôle de lentille gravitationnelle. Publiée dans la revue Science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lentille-gravitationnelle/#i_20792

NOVAE ET SUPERNOVAE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 3 502 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les novae »  : […] de la nova. Le système binaire qui contient la « candidate » nova est constitué d'une naine blanche (la candidate) qui gravite autour d'une étoile froide géante. Lorsque la matière de cette étoile froide dépasse un certain rayon, dit rayon de Roche (du nom du mathématicien et astronome français Édouard Roche, qui a calculé vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novae-et-supernovae/#i_20792

SCHATZMAN ÉVRY (1920-2010)

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 1 206 mots

ses lectures le conduisant à s'intéresser à un type particulier d'étoiles, les naines blanches. Celles-ci sont des étoiles particulièrement denses, puisque leur masse est typiquement celle du Soleil et leur rayon analogue à celui de la Terre ; leur température de surface est de l'ordre de 10 000 kelvins. Ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evry-schatzman/#i_20792

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 641 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Les étoiles »  : […] au centre de laquelle le noyau de l'étoile forme une naine blanche, c'est-à-dire une étoile de température de surface très élevée (plus de 10 000 K), mais dont le rayon est très faible, comparable à celui de la Terre, c'est-à-dire cent fois plus faible que son rayon actuel. Les masses volumiques des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers/#i_20792

UNIVERS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 772 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Toutes sortes d’étoiles »  : […] Depuis quelques années, on a découvert des planètes, une centaine à ce jour, gravitant autour d’étoiles proches. Les étoiles de taille moyenne « vivent » assez longtemps, 10 milliards d’années pour le Soleil, et terminent leur vie comme naines blanches […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers-notions-de-base/#i_20792

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « NAINES BLANCHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/naines-blanches/