NĀGĀRJUNA (150?-? 250)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du plus célèbre philosophe bouddhiste, de Nāgārjuna, on ne sait rien de certain, pas même l'époque exacte où il vécut, et l'on est obligé de s'en tenir à ce que dit de lui la tradition. Celle-ci assure qu'il naquit dans le sud-est de l'Inde (Andhra Pradesh), donc en pays dravidien. Brahmane de naissance, il dut recevoir l'éducation traditionnelle d'un hindou de haute caste, ce dont témoigne sa parfaite maîtrise du sanskrit. Il semble qu'il se soit d'abord intéressé aux sciences de son temps, écrivant un traité d'alchimie (le Rasaratnakāra), et l'on assure qu'il aurait aussi pratiqué la médecine (ce qui paraît peu vraisemblable) et composé un ouvrage érotique, le Ratiśāstra (Traité du plaisir). À un moment de sa vie, il se convertit au bouddhisme et met à profit sa connaissance de la logique pour propager les idées qu'il considère comme étant l'expression parfaitement adéquate de la pensée du fondateur, face aux positions excessives prises par les tenants du Mahāyāna et du Hīnayāna : sa doctrine recevra, de ce fait, le nom de « moyenne » (mādhyamaka). Par sa problématique et son environnement idéologique, elle se rattache cependant au Mahāyāna, et les sectes bouddhiques qui, par la suite, se recommanderont de Nāgārjuna appartiennent toutes au Grand Véhicule. On le voit bien d'ailleurs à la position que prend le philosophe face à ce qui constituait, de son temps, la question centrale du débat doctrinal : Les choses existent-elles ou non ? Y a-t-il ou non une réalité ontologique ? À ceux qui répondaient affirmativement comme aux tenants de l'opinion opposée Nāgārjuna expliquait qu'ils avaient également tort : il est faux, assurait-il, d'affirmer soit l'existence, soit la non-existence, soit les deux à la fois, soit ni l'une ni l'autre, car, ce faisant, on se réfère, explicitement ou implicitement, à un en-soi. Or le Buddha a prêché le vide, la vacuité (śunyatā) : il n'y a pas de substance, pas de substrat ontologique, pas d'essence. Dès lors, le problème s'évanouit puisqu'il n'y a plus de système de référence. Nāgārjuna néanmo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  NAGARJUNA (150?-? 250)  » est également traité dans :

ĀRYADEVA (IIe-IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 290 mots

Disciple de Nāgārjuna, Āryadeva est une des figures marquantes de l'école Mādhyamaka, un des quatre soleils illuminant le monde, avec Aśvaghosha, Nāgārjuna et Kumāralabdha selon Xuanzang et Yijing. Originaire de Ceylan, Āryadeva se rend en Inde du Nord où il passe pour avoir vaincu Mātriceta (ou Mātṛceta) dans une joute philosophique et l'avoir amené au bouddhisme. De nombreuses traditions rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aryadeva/#i_23496

ĀYURVEDA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 2 256 mots

Dans le chapitre « Littérature de l'Āyurveda »  : […] L'Āyurveda est théoriquement rattaché, dans l'ensemble du savoir traditionnel indien, à l'ensemble de textes sacrés dit Veda , le « savoir » par excellence. Il y est rattaché tantôt comme un membre supplémentaire de l' Atharvaveda (recueil d'hymnes et de charmes), tantôt comme un « sous-veda » du Ṛgveda (recueil d'hymnes). Il est, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ayurveda/#i_23496

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les écoles et les sectes du Mahāyāna »  : […] La plupart des divisions de la communauté mahāyāniste sont plutôt des écoles que des sectes. On ignore si leurs adeptes formaient déjà, dès les premiers temps, des groupes séparés de ceux des moines du bouddhisme antique ou s'ils continuaient à appartenir à certaines sectes de ce dernier, en en conservant les enseignements doctrinaux et les pratiques auxquels ils ajoutaient ceux et celles qui étai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_23496

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Mādhyamaka »  : […] Les Mādhyamika, qui suivent Nāgārjuna, sont ceux qui optent pour un moyen terme (Madhyamaka) dans les problèmes concernant les choses. Ils ne se rangent ni à l'affirmation, ni à la négation au sujet des choses, mais les reconnaissent pour vides d'être propre, ce qui dispense d'avoir aucune idée sur elles. Le Madhyamaka est chemin du milieu, parce qu'il se tient entre deux opinions extrêmes, que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_23496

BUGAULT GUY (1917-2002)

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 642 mots

Ce grand universitaire, qui enseigna à l'université de Paris-X-Nanterre puis à l'université de Paris-Sorbonne (Paris-IV) où il occupa la chaire de philosophie indienne et comparée, fut l'un des meilleurs spécialistes du bouddhisme du Grand Véhicule, de la littérature de la Prajñāparamitā et du grand dialecticien bouddhique Nāgārjuna, certainement le plus grand philosophe bo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-bugault/#i_23496

CANDRAKĪRTI (fin VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 562 mots

Un des plus grands maîtres de l'école mādhyamaka. Candrakīrti serait né au Samanta, dans le sud de l'Inde. Élève de Kamalabuddhi, il découvre par lui les œuvres de Nāgārjuna, de Buddhapālita et de Bhāvaviveka. Établi à Nālandā, il se trouva en concurrence avec Candragomin, de l'école yogācāra. Celui-ci devait l'emporter et devenir le chef de la grande université bouddhique. L'œuvre de Candrakīrti, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candrakirti/#i_23496

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie et sciences naturelles »  : […] Les sciences naturelles sont infiniment moins développées que la médecine dans l'Inde traditionnelle. Il est vrai que, réciproquement, la science que nous avons pris l'habitude d'appeler médecine et qui se nomme Āyurveda en sanskrit, la « science de longévité », déborde le cadre d'une simple doctrine thérapeutique et englobe toutes les sciences naturelles, la nature offrant à l'homme une immense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_23496

NĀLANDĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 825 mots

Dans le chapitre « Un centre d'études mahāyāniques »  : […] À l'origine de l'histoire de Nālandā se rattache sans doute le village où Faxian – qui parcourut l'Inde au début du v e  siècle – signala la présence d'un monument élevé, peut-être, sur les cendres de Śāriputra, fils spirituel du Buddha. La fondation d'un couvent, premier noyau de l'Université, doit être postérieure à la pérégrination du Chinois ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nalanda/#i_23496

VACUITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Paul MAGNIN
  •  • 1 906 mots

Après le bouddhisme ancien, qui a laissé inexplorées certaines catégories ontologiques, le courant du Grand Véhicule ( Mahāyāna ) se distingue par son enseignement de la vacuité universelle ( śūnya ). Alors que le bouddhisme ancien soutient que toutes les choses sont vides de « soi », le Mahāyāna affirme que tout est vide de nature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vacuite-notion-de/#i_23496

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « NĀGĀRJUNA (150?-? 250) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nagarjuna/