ĀRYADEVA (IIe-IIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciple de Nāgārjuna, Āryadeva est une des figures marquantes de l'école Mādhyamaka, un des quatre soleils illuminant le monde, avec Aśvaghosha, Nāgārjuna et Kumāralabdha selon Xuanzang et Yijing. Originaire de Ceylan, Āryadeva se rend en Inde du Nord où il passe pour avoir vaincu Mātriceta (ou Mātṛceta) dans une joute philosophique et l'avoir amené au bouddhisme. De nombreuses traditions rapportent les diverses conversions qu'il opéra.

Son œuvre est difficile à établir avec certitude. La plupart des catalogues et des ouvrages biographiques l'ont en effet mêlée avec celle d'un autre Āryadeva, maître tantrique qui vécut aux viie et viiie siècles.

On peut lui attribuer sans risque d'erreur le Catuhshataka, son œuvre la plus célèbre, perdu en sanskrit mais conservé en tibétain avec le commentaire de Candrakīrti. Sont probablement aussi de lui le Shatakashāstra (traduit en chinois par Kumārajīva), texte de base de l'école San Lun en Chine, le Shatakashāstravaipulya, l'Aksharashataka.

Āryadeva poursuit l'édification du système Mādhyamaka commencée par son maître Nāgārjuna. Plus que lui, il dirige ses attaques contre les doctrines extérieures au bouddhisme : Sāmkhya, Vaisheshika, accordant sans doute moins d'importance à l'Abhidharma, contre lequel Nāgārjuna avait établi sa théorie de la śūnyatā. Āryadeva aime se servir des opinions de ses adversaires pour les retourner contre eux et établir ses propres positions à partir des leurs. Dialecticien redoutable, il est resté célèbre par ses écrits, mais aussi par ses victoires dans de nombreuses joutes oratoires.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARYADEVA ( II e -III e s.)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les traités du Mahāyāna »  : […] L'ouvrage fondamental de Nāgārjuna est le Madhyamaka - śāstra , « Traité du Madhyamaka », exposé en vers, bref mais complet, de la doctrine du grand penseur. Il nous est parvenu en sanskrit et en traduction chinoise et tibétaine, alors que le court commentaire qu'en avait rédigé Nāgārjuna lui-même, intitulé Akutobhayā , n'existe plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_44345

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « ĀRYADEVA (IIe-IIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aryadeva/