CRÉSUS, roi de Lydie (-561--546)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier roi de Lydie (561 av. J.-C.-546 av. J.-C.), mort en 546 av. J.-C.

Héritier de la dynastie des Mermnades, Crésus aurait été vice-roi et chef des armées avant de succéder à son père, Alyatte, dont la couronne était également convoitée par son demi-frère. Devenu souverain, il achève la conquête des régions littorales de l'Ionie en soumettant Éphèse et d'autres cités de l'Asie Mineure occidentale. La faible puissance maritime de la Lydie lui fait préférer les alliances, plutôt que les guerres, avec les îles ioniennes. D'une richesse légendaire, Crésus fera des offrandes somptueuses à l'oracle de Delphes.

Après l'invasion de l'Empire mède par les Perses, pendant le règne du roi achéménide Cyrus le Grand, en 550, Crésus voit croître la menace de l'Empire perse. Le roi lydien s'allie alors à Nabonide, roi de Babylone, tandis que l'Égypte et Sparte promettent des renforts. Ayant lui-même pris l'initiative d'une guerre contre la puissance grandissante de la Perse, Crésus envahit Cappadoce, dans l'est de l'Asie Mineure. Après une bataille confuse à Ptéria, il rentre dans la capitale lydienne, Sardes, pour rassembler ses troupes. Mais Cyrus, qui l'a pourchassé, le prend totalement au dépourvu et ravage la ville en 546.

Ce qu'il advient ensuite de Crésus n'est pas définitivement établi. Selon le poète grec Bacchylide, Crésus tentera de s'immoler par le feu sur un bûcher, mais il sera fait prisonnier. L'historien Hérodote narre que le roi vaincu, condamné à être brûlé vif par Cyrus, sera sauvé par le dieu Apollon, et qu'il accompagnera même en Égypte le successeur de Cyrus, Cambyse II. Le médecin perse d'origine grecque Ctésias raconte quant à lui que Crésus sera introduit à la cour de Cyrus, et qu'il recevra la charge de gouverneur de Barène, en Médie.

L'une des légendes les plus vivaces découle du récit (imaginaire) d'Hérodote, de la rencontre entre le roi déchu et le législateur d'Athènes Solon. Alors que Crésus faisait l'étalage de ses richesses, ce dernier lui aurait donné un avertissement resté célèbre : « Ne dis personne heureux avant sa fin. »

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CRÉSUS, roi de Lydie (~561-~546)  » est également traité dans :

CYRUS LE GRAND, roi des Perses et des Mèdes (-559 env.-env. -530)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 943 mots
  •  • 2 médias

Fondateur proprement dit de l'empire perse des Achéménides , du nom d'Achéménès, ancêtre éponyme de la dynastie, dont l'histoire ne sait plus rien. Selon Hérodote, Cyrus, petit-fils d'Astyage, roi des Mèdes, fut sauvé à sa naissance par Harpage qui avait pourtant reçu l'ordre de le tuer. Dès son avènement, en ~ 559, comme souverain d'Anshan, Cyrus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrus-le-grand/#i_6030

HÉRODOTE (-484 env.--425)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 2 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit et la forme de l'œuvre »  : […] Cette attitude a quelque chose d'ouvert et de tolérant, qui correspond au caractère de l'homme, et que l'on retrouve dans la façon même dont se déroulent ses narrations. Littérairement, Hérodote a combiné les moyens que lui offraient les divers genres florissant alors. Écrite en ionien comme l'épopée, son œuvre a, comme l'épopée, ses scènes de bata […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herodote/#i_6030

LYDIE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Les Mermnades »  : […] Après l'orage, la Lydie connaît une brillante renaissance. Délivrée de tout souci du côté de l'Assyrie depuis la mort d'Assurbanipal (626), la Lydie se développe sous deux rois peu connus, Ardys (652-615) et Sadyatte (615-610), mais surtout sous Alyatte (610-561) et Crésus (561-546). Après Gygès, ces souverains s'intéressent aux cités grecques du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lydie/#i_6030

NABONIDE, roi de Babylone (-555--539)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Dernier souverain de l'empire néo-babylonien. L'accession de Nabonide au trône de Babylone marque le terme des sanglants épisodes auxquels donne lieu la succession dynastique de Nabuchodonosor. Deux ans après la mort du Grand Roi en ~ 561, son fils Awêl-Marduk est assassiné par son beau-frère Neriglissar. L'usurpateur meurt au bout de quatre ans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabonide/#i_6030

Pour citer l’article

« CRÉSUS, roi de Lydie (-561--546) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cresus/