MUSICOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méthodes et objets

Les nouvelles perspectives de recherche, dans le domaine des musiques extra-européennes ou dans celui des œuvres électro-acoustiques, ont conduit peu à peu le musicologue à repenser et à diversifier sa méthode. Celle-ci a évolué et varié au cours des décennies, selon les aires géographiques : l'orientation a toujours été plus historique en France et plus esthétique de l'autre côté du Rhin.

Deux grandes tendances (distinguées déjà par Guido Adler à la fin du xixe siècle) se sont dessinées : la musicologie « historique » traditionnelle et la musicologie « systématique ». Cette dernière, allant de l'acoustique à la philosophie en passant par la pédagogie ou la sociologie, tente de faire mieux comprendre l'importance de la mise en relation de ces différentes disciplines.

Si cette première distinction comporte déjà des choix méthodologiques, il ne faut pas oublier que la musicologie appartient également aux sciences de l'homme et aux sciences exactes (particulièrement à travers tout ce qui relève de la physique du son) et qu'elle devra viser tout à la fois à connaître ces faits esthétiques et à mettre en évidence les lois qui les régissent.

Dans le domaine proprement historique, la tradition des monographies, héritée des siècles précédents, a reculé quelque peu devant les études concernant les institutions musicales ou les travaux de type plus sociologique. Plus les recherches de détail se multiplient, plus s'impose la nécessité de puissantes synthèses, comme l'a bien montré Carl Dahlhaus dans Die Musik des 19 Jahrhunderts. Si le siècle romantique demeure moins exploité que les périodes plus anciennes qui intéressèrent en premier lieu les musicologues, si le répertoire de ces œuvres musicales est loin d'être scientifiquement établi, le nouvel intérêt pour cette époque, souvent fondé sur la lecture de la presse musicale plus accessible, apparaît clairement à travers la revue 19 Jahrhunderts, ou 19th Century Music (Univ. of California, Davis, depuis 1977).

Quant aux approches philosophiques ou esthétiques, souvent marquées encore par l'apport éminent des penseurs grecs ou de Kant, elles peuvent être extrêmement variées, comme l'a montré Enrico Fubini dans Les Philosophes et la musique.

Les études sur la langue musicale sont apparues avec un certain retard par rapport aux développements historiques ou esthétiques. Là, l'Histoire de la langue musicale (Paris, 1911-1928) de Maurice Emmanuel fait presque figure d'ouvrage de pionnier. Se dégageant lentement des présentations impressionnistes ou abusivement descriptives, voire des habitudes d'analyse exclusivement harmonique si solidement implantées en France, les musicologues tentèrent d'établir progressivement une véritable « philologie musicale », s'intéressant de plus en plus à la phrase mélodique, à la liaison entre parole et musique ou à la mise en valeur de formes originales. Les méthodes de la linguistique sont également appliquées à l'art musical. La musique étant un langage, ses signes ont paru parfois pouvoir être analysés de la même façon que ceux de la langue parlée : la difficulté réside certes toutefois au niveau de la double articulation qui fait défaut dans la matière musicale. Mais les techniques de l'analyse musicale – indispensable à toute réflexion musicologique valable sur les textes – doivent nécessairement varier avec les genres, les styles et les époques : il ne saurait être question d'analyser de façon identique la Messe Notre-Dame de Guillaume de Machaut et le Pierrot lunaire de Schönberg ou encore une symphonie de Schubert et un ouvrage de musique électro-acoustisque. La méthode choisie dépendra étroitement dans chaque cas du matériau sonore utilisé, du système de références, des éléments prégnants de l'œuvre considérée.

Rendue tout à fait indispensable par les travaux sur la musique d'autrefois, comme par le développement de l'industrie du disque, la recherche sur l'interprétation musicale s'est également largement développée depuis la Seconde Guerre mondiale. L'essor de l'informatique artistique a aussi ouvert à cette discipline de nouvelles possibilités, tout comme l'intérêt pour la scénographie ou l'iconographie musicale.

Quels que soient toutefois ses objets et ses positions méthodologiques de départ, la musicologie a en outre à sa disposition de remarquables collections (telles celles du dép [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MUSICOLOGIE  » est également traité dans :

ADLER GUIDO (1855-1941)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 533 mots

Musicologue autrichien né le 1 er  novembre 1855 à Eibenschütz, en Moravie, alors possession de l'Empire austro-hongois (aujourd'hui Ivančice, en République tchèque), mort le 15 février 1941 à Vienne. Sa famille s'installe à Vienne en 1864. Quatre ans plus tard, le jeune Guido commence à étudier la théorie de la musique et la composition au Conservatoire de Vienne auprès d'Anton Bruckner. Se dest […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Depuis le milieu de la décennie de 1970, un grand nombre de recherches empiriques ont fait de la sémiologie musicale un des axes originaux de l'analyse musicale. Sous son influence, l'analyse dispose aujourd'hui de méthodes inspirées de la phonologie, de la technique paradigmatique, de la grammaire générative ; la sémantique musicale est parvenue, avec les outils de la psychologie expérimentale, […] Lire la suite

BABBITT MILTON (1916-2011)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 800 mots

Milton Babbitt est considéré comme le principal représentant des compositeurs sériels américains. L'univers intellectuel et artistique dans lequel il a grandi sera déterminant pour celui qui établira des liens étroits entre la musique et les mathématiques. Comme pour de nombreux compositeurs de sa génération, « structure » est le mot clé de l'univers de Milton Babbitt, qui s'est toujours senti co […] Lire la suite

BEAUSSANT PHILIPPE (1930-2016)

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 622 mots
  •  • 1 média

Romancier, historien et essayiste, Philippe Beaussant est né à Cauderan en Gironde, le 6 mai 1930 . Sa scolarité se déroule en province puis à Paris, avant ses classes préparatoires au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. Titulaire d'un Master of Arts et d'une licence de lettres à la Sorbonne, il est professeur de lettres classiques et découvre le monde en voyageant. Dès 1965, c'est à la Flinders U […] Lire la suite

BOGIANCKINO MASSIMO (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 432 mots

Directeur d'opéra, pianiste, musicologue et homme politique italien, Massimo Bogianckino étudie le piano avec Alfredo Casella à l'Accademia di Santa Cecilia, à Rome, et avec Alfred Cortot à l'École normale de musique de Paris ; il étudie aussi la composition avec Virgilio Mortari et la musicologie avec Luigi Ronga à l'université de Rome et avec Paul-Marie Masson à la Sorbonne. Il commence par se […] Lire la suite

BOUCOURECHLIEV ANDRÉ (1925-1997)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 929 mots

Sa culture était profondément enracinée dans le romantisme mais sa musique est celle d'un novateur indépendant. Tout en partageant les préoccupations des grands compositeurs de sa génération, André Boucourechliev a toujours refusé de couper les passerelles reliant la musique actuelle à celle d'hier. Né à Sofia le 28 juillet 1925, il reçoit les bases de sa formation musicale au conservatoire de sa […] Lire la suite

BOURGAULT-DUCOUDRAY LOUIS-ALBERT (1840-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 422 mots

Par ses recherches sur les musiques folkloriques d'Europe, le compositeur, chef d'orchestre et musicologue français Louis Bourgault-Ducoudray a profondément influencé ses contemporains. Très attaché aux musiques traditionnelles bretonnes, il s'évertuera à la faire connaître tout en s'en inspirant pour ses propres œuvres. Né le 2 février 1840 à Nantes, Louis Albert Bourgault-Ducoudray – qui a écrit […] Lire la suite

BRUIT, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 518 mots

Les compositeurs ont toujours manifesté un intérêt pour les sonorités étranges, pour des timbres agressifs, pour des combinaisons sonores originales considérées comme expression musicale à part entière, et l'utilisation du bruit – ou, plus généralement, des bruits – dans les œuvres musicales est une constante, même si son évolution, depuis la mention de l'enclume par Michael Praetorius dans son T […] Lire la suite

CHAILLEY JACQUES (1910-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 696 mots

Figure de proue de la musicologie française, Jacques Chailley a formé plusieurs générations d'étudiants à la Sorbonne et a marqué la recherche musicologique par ses travaux sur la musique ancienne, ses ouvrages d'analyse harmonique et son action au sein de la Société française de musicologie, dont il fut vice-président entre 1959 et 1973. Compositeur, chef d'orchestre et de chœur, pédagogue et mus […] Lire la suite

CHEBALINE VISSARION (1902-1963)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 288 mots

Avec Khatchatourian, Kabalevski et Chostakovitch, Vissarion Chebaline appartient à la première génération de compositeurs formés entièrement sous le régime soviétique. Moins connu que ses contemporains, il a cependant joué un rôle de premier plan dans l'histoire musicale de l'U.R.S.S. et s'est affirmé comme un des grands pédagogues russes de la première moitié du xx e  siècle. Vissarion Iakovlevit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Danièle PISTONE, « MUSICOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musicologie/