MORPHOLOGIE, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens étroit, la morphologie est la partie de la grammaire qui s'occupe de la formation des mots par adjonction d'affixes à des thèmes. En ce sens, morphologie s'oppose essentiellement à syntaxe, ce dernier champ étant l'étude des rapports entre les éléments de la phrase. Ainsi, l'étude des cas en latin se prête aux deux points de vue : l'un, descriptif, celui des paradigmes des différentes déclinaisons, c'est l'aspect morphologique ; l'autre, syntaxique, qui met en lumière les différents emplois positionnels des formes voulues par les fonctions.

En linguistique, l'étude des unités de première articulation (tout ce qui ne concerne pas le matériau sonore) rend parfois caduques les subdivisions entre morphologie, lexique et syntaxe. Si l'on admet, en effet, que le morphème est la plus petite unité douée de sens et que, d'autre part, son identification n'est possible que dans le contexte où elle apparaît, on se rendra compte de l'intrication où se trouvent les domaines énumérés ci-dessus. Soit, par exemple, le mot « bonté » : il est obtenu par dérivation à partir de l'adjectif « bon » avec l'adjonction du suffixe . Il peut être commode de poser une procédure générale qui permette de passer de la catégorie adjectivale à la catégorie nominale par adjonction de suffixes ayant le même effet sémantique : mais ce qui autorise à dire que « platitude » est à « plat » dans le même rapport que « bonté » à « bon », c'est que les schémas syntaxiques se répètent de « ce développement est plat / la platitude de ce développement » à « ce vieillard est bon / la bonté de ce vieillard » ; il faudra rendre compte de la nature d'un morphème au moyen de procédures uniformes tendant à donner pour chacun d'eux un contenu lexical, ici « le fait d'être + adjectif. »

—  Robert SCTRICK

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORPHOLOGIE, linguistique  » est également traité dans :

MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Séverine CASALIS, 
  • Pascale COLÉ
  •  • 2 908 mots

La morphologie est une discipline linguistique qui s’attache à décrire les unités morphologiques de la langue, appelées morphèmes, qui renvoient aux plus petites unités de signification de la langue, et leurs règles de combinaison. La morphologie dérivationnelle en est un des domaines, qui s’intéresse plus particulièrement à la formation des mots par dé […] Lire la suite

ACCORD, grammaire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 269 mots

On désigne par accord, en grammaire, la co-occurrence de marques intervenant, dans les langues flexionnelles, entre des unités de la phrase reliées entre elles par une cohésion grammaticale. Les règles d'accord sont très différentes selon qu'on les examine dans le code oral ou dans le code écrit : dans ce dernier cas, elles manifestent un certain degré de redondance, alors que la langue parlée uti […] Lire la suite

ADJECTIF

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 503 mots

Élément linguistique appartenant à une classe dont les caractéristiques peuvent être envisagées du triple point de vue sémantique, morphologique ou syntaxique. Selon le niveau d'analyse retenu, l'extension de la classe présente certains flottements, alors même que sa compréhension ne semble pas poser de problèmes majeurs ; en fait, on ne peut affirmer véritablement l'homogénéité de la catégorie de […] Lire la suite

AFFIXE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 384 mots

Lors de l'inventaire des morphèmes d'un système linguistique, on est conduit à distinguer plusieurs sortes d'unités identifiables dans l'ordre phonétique et partageant la caractéristique de se rapporter au plan de la signification : parmi ces unités, les unes ont un contenu lexical, qu'il soit univoque ou plurivoque ; les autres, non autonomes, servent à couler ce sens dans les rapports morphosynt […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE L'ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Sébastien PACTON
  •  • 1 956 mots

Dans le chapitre « L’utilisation des connaissances morphologiques »  : […] Des études sur l’utilisation des connaissances morphologiques concernent l’orthographe lexicale (utiliser le mot « lait » pour orthographier le mot « laitage » ou le mot « bavarder » pour orthographier le mot « bavard ») ; d’autres le marquage des accords grammaticaux (ajouter un s pour marquer le pluriel nominal). Les morphèmes sont les plus petites unités de sens : « fille » et « penser » […] Lire la suite

CAS, grammaire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 204 mots

Dans les langues flexionnelles, chacune des marques morphologiques, dont l'ensemble est appelé flexion , et qu'on assigne à toute catégorie grammaticale faisant partie du syntagme nominal ou le représentant. Ce phénomène constitue le caractère formel et repérable de la rection , ou ensemble des rapports syntaxiques des éléments d'une construction, dont les cas contribuent à marquer la structure, o […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 098 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] Le monde des formes grammaticales est d'une richesse et d'une diversité peu communes, qu'il s'agisse du nom ou du verbe. Par exemple : en avar, la déclinaison complète des pronoms démonstratifs comporte 1 229 formes, produites à partir de sept unités lexicales de base auxquelles sont appliqués trois mécanismes élémentaires ; en artchi, plus d'un million de formes différentes peuvent être dérivées […] Lire la suite

COMBINATOIRES VARIANTES

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 260 mots

On appelle « variantes combinatoires » les formes différentes que peut prendre une même unité, et qui dépendent nécessairement du contexte où se rencontre l'élément considéré. Les formes ainsi identifiées s'excluent mutuellement dans un environnement donné. Ainsi, en morphologie, on dira que les formes françaises /al/, /i/ et /v/ dans /võ/, /irõ/ et /alõ/ (c'est-à-dire : vont , iront et allons ) […] Lire la suite

DÉRIVATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 302 mots

1. Formation de nouvelles unités du lexique à partir des morphèmes de base et obtenues par addition, suppression ou remplacement d'un affixe au radical du mot. La dérivation est dite impropre lorsque les mots reçoivent une valeur dérivée nouvelle sans modifier leur forme, mais en changeant de catégorie grammaticale (exemples : le boire et le manger , le pourquoi et le comment ). Néanmoins, les per […] Lire la suite

DÉSINENCE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 120 mots

En grammaire, la désinence est un élément variable qui s'ajoute au radical ou au thème d'un mot pour réaliser chacune des formes d'une flexion. Le terme n'est pas dans l'usage linguistique car on considère aujourd'hui comme artificiel de rassembler sous des critères apparemment formels des individus morphologiques aussi disparates que les marques de personnes, de cas, lorsqu'elles existent, de nom […] Lire la suite

FLEXION, grammaire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 44 mots

Modification morphologique d'un mot variable par l'affixation à sa finale de désinences exprimant les catégories grammaticales. On parle également, par extension, de flexion interne en présence d'alternances internes au radical du mot. […] Lire la suite

GENRE GRAMMATICAL

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 722 mots

Catégorie morphologique supportée par diverses parties du discours, variables du reste selon les langues considérées, la seule constante qu'on puisse observer étant le caractère lexicalisé de la catégorie : entendons qu'à l'inverse du nombre le genre est donné dans la compétence du sujet pour chaque nom, indépendamment de la volonté du locuteur. Deux directions principales organisent, à partir de […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La morphologie »  : […] La démarcation entre analyse lexicale et règles syntaxiques a lieu dans les années 1970, même s'il s'agit surtout d'articuler deux méthodes de travail. Au niveau du morphème, la correspondance entre son et sens s'effectue de multiples manières : la morphologie est réduite à ses aspects concaténatifs dans une démarche autonome, la syntaxe à ses règles de réécriture. Danielle Corbin est une des pre […] Lire la suite

ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jacqueline LEYBAERT
  •  • 2 560 mots

Dans le chapitre « La langue des signes, structure, et acquisition »  : […] Un pas important dans la reconnaissance de la LS comme un vrai langage a été franchi grâce à l’analyse linguistique de l’American Sign Language (ASL) faite par William Stokoe : la LS possède les équivalents d’une phonologie, d’une morphologie, et d’une syntaxe. La phonologie décrit le niveau d’analyse auquel des unités distinctives du langage (éléments sans signification) se combinent pour former […] Lire la suite

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Universaux absolus et universaux relatifs »  : […] Il y a, de fait, plus que des nuances entre décrire le fonctionnement général des langues ; décrire une langue particulière ; et décrire ce qui est suffisamment constant dans les langues pour permettre de les comparer et de les inscrire dans des types. Même si plusieurs voies avaient été précédemment ouvertes (cf. Hagège, 2002), c'est encore l'article de Greenberg paru en 1963 qui contribue à ori […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morphologie »  : […] La morphologie est l'étude de la formation des mots et de leurs variations. Dans une langue comme le français, certains mots sont simples (« maison »), d'autres sont complexes (« maisonnette »), certains sont invariables (« pour », « et »), d'autres sont variables (« cheval/chevaux »). La variation dans la forme des mots procède de la flexion, lorsque certains éléments non autonomes, appelés dési […] Lire la suite

MORPHÈME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 954 mots

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique. On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, adjectif, verbe, etc.). Ainsi, les termes chanteur et […] Lire la suite

MOT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 467 mots

L'unité que le sens commun serait enclin à considérer comme fondamentale au niveau de la parole est pour la linguistique la source d'un certain nombre de critiques fécondes : le mot ne correspond, en effet, que très imparfaitement aux éléments mis en jeu dans le discours ; ce sont plutôt nos habitudes graphiques que des raisons vraiment de structure qui sont responsables de l'importance donnée au […] Lire la suite

NOMBRE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 619 mots

À part de rares exceptions lexicalisées, tout substantif est susceptible d'être à volonté employé dans l'énoncé au singulier ou au pluriel. Dans certaines langues, on rencontre, en outre, la désignation d'une paire d'objets dénombrables, le « duel ». Mais la catégorie du nombre connaît rarement une partition plus fine, quoique, a priori, cela ne soit pas impossible. Catégorie grammaticale qui semb […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « MORPHOLOGIE, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphologie-linguistique/