Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONNAIE Histoire de la monnaie

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Denier romain - crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Denier romain

L'étymologie et la linguistique suffisent à rendre quelque peu mystérieuses l'origine et la signification du mot « monnaie ». Le terme français provient de ce que la monnaie romaine était frappée dans le temple de Juno Moneta (de monere : l'avertisseuse ?), au Capitole, et portait parfois cette épithète sous l'effigie de la déesse. Mais les Romains eux-mêmes employaient les mots nomisma (du grec νόμισμα, ce qui est consacré par la loi), nummus (du grec νο̃υμμος, désignant une monnaie de Tarente) et aussi pecunia (de pecus, troupeau) ; ce dernier terme, comme le sanscrit rupa (roupie) et le germain feo, vieh (cf. anglais fee, salaire), rappelait l'époque où toute propriété était évaluée en têtes de bétail (capita, têtes, a donné « capital ») ; ainsi l'hébreu keseph désigne-t-il à la fois le mouton et l'argent, gemel à la fois le chameau et le salaire. Quant aux langues modernes, elles font référence à des métaux (l'allemand Geld, argent), mais aussi à toute espèce en circulation (l'anglais currency) ou encore à l'ancienne unité romaine, le denier (denarius, dix as), qui a donné denaro en italien, dinero en espagnol, dinar (bulgare, serbe, arabe) sur tout le pourtour de l'Empire latin.

Ces sources diverses, par leur variété même, font comprendre ce qu'est d'abord la monnaie : tout instrument d'échange économique, qu'il soit incarné dans le cheptel, représenté par un métal conventionnel ou simplement fondé sur une domination étatique. Denrée et marchandise utile, ou monnaie symbole, la monnaie fut ainsi soumise, dès son origine, à l'ambiguïté dénotée par Aristote : « Parfois la monnaie semble être une pure futilité [...] et, aussi loin qu'aille sa nature, un pur rien, car si ceux qui s'en servent abandonnent une monnaie pour une autre, elle devient sans valeur et sans utilité pour les nécessités de la vie. »

Cette constatation, déjà valable à une époque où la valeur de la monnaie semblait cependant gagée par la rareté ou la difficulté d'extraction du métal qui la matérialisait, a renforcé sa vigueur à partir du xviie siècle, où est apparu en Occident le papier-monnaie : la valeur de ce dernier fut garantie tour à tour par un stock monétaire et une libre convertibilité en métal au choix du porteur, puis par l'existence de biens fonciers (assignats), enfin par la simple parole de l'autorité émettrice (cours forcé).

Les instruments monétaires avant la monnaie

On a cru longtemps – après Aristote, Nicolas Oresme (Traité des monnaies, 1370), Guillaume Budé – que la monnaie, sous forme métallique, avait peu à peu remplacé le simple troc, et cela à une date assez récente (viiie-viie s. av. J.-C.). L'ethnologie et l'archéologie ont prouvé que les choses s'étaient passées de façon quelque peu différente : le troc proprement dit est une vue de l'esprit, car le transfert de propriété dans les sociétés dites primitives, loin d'être un acte simple, est au contraire entouré de formalités complexes, liées à la magie. Ainsi l'idée de bœuf-monnaie (monnaie de sang) a-t-elle succédé à l'idée de bœuf de sacrifice, cette dernière étant elle-même liée à la valeur intrinsèque de l'animal dans une civilisation pastorale : c'est encore en bœufs que s'évalue la dot des filles dans certaines régions d'Afrique orientale.

Quant à la monnaie métallique, ses formes sont aussi anciennes que l'histoire : le Code d'Hammourabi (vers 1760 av. J.-C.) évalue des gages en poids d'argent ; cependant, un sicle d'argent (16,82 g) valait idéalement le prix d'un porc, deux porcs valaient un mouton, et banquiers et marchands prêtaient indifféremment en argent ou en orge ; on doit donc admettre que la « monnaie » n'existait pas[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, directeur d'études à l'École pratique des hautes études, ancien rapporteur général du Haut Comité de la langue française

Classification

Pour citer cet article

Michel BRUGUIÈRE. MONNAIE - Histoire de la monnaie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Denier romain - crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Denier romain

Monnaie : poids des monnaies utilisées dans le Péloponnèse et en Attique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Monnaie : poids des monnaies utilisées dans le Péloponnèse et en Attique

Tétradrachme de Syracuse - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Tétradrachme de Syracuse

Autres références

  • LA SIGNIFICATION SOCIALE DE L'ARGENT (V. A. Zelizer)

    • Écrit par
    • 999 mots

    La traduction de The Social Meaning of Money, publié aux États-Unis en 1994 (coll. Liber, Seuil, 2005), permet au public francophone d'accéder directement à ce qui est devenu un « classique » de la nouvelle sociologie économique américaine, consacré à la question, centrale en cette période de « marchandisation...

  • RELATIONS MONÉTAIRES INTERNATIONALES - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 530 mots

    1821 Instauration de l'étalon or en Angleterre quelques années après l'adoption de l'Act de Lord Liverpool (1816).

    Années 1870 L'or devient la base des relations monétaires de l'Europe de l'Ouest.

    1888 Premiers emprunts russes auprès de la France.

    1914 Suspension...

  • BÂLE ACCORDS DE (1972)

    • Écrit par
    • 303 mots

    Le 24 avril 1972, les accords monétaires de Bâle sont signés. Ils mettent en place l'une des propositions du plan rédigé par l'équipe réunie autour de Pierre Werner, Premier ministre luxembourgeois de l'époque, proposant de parvenir par étapes à la création d'une Union économique et monétaire....

  • AFTALION ALBERT (1874-1956)

    • Écrit par
    • 194 mots

    Né en Bulgarie, mort à Genève, Aftalion a enseigné successivement aux universités de Lille et de Paris. On lui doit une œuvre abondante et plusieurs contributions importantes à la théorie économique moderne. Dans son ouvrage Les Crises périodiques de surproduction (1913), il montre comment...

  • AGLIETTA MICHEL (1938- )

    • Écrit par
    • 1 088 mots
    • 1 média

    Penseur du capitalisme et de la monnaie, le Français Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance.

    Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938...

  • AGRÉGAT ÉCONOMIQUE

    • Écrit par
    • 1 488 mots
    Une catégorie particulièrement importante, pour l'analyse et la politique économique, des agrégats de stock est constituée par les agrégatsmonétaires (ensemble des moyens de paiement et des actifs financiers facilement convertibles en moyens de paiement, possédés par les agents économiques non...
  • Afficher les 147 références