MONGO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art et religion

Les Mongo ne sont pas sculpteurs. Leur créativité s'exprime par la danse et la littérature orale, arts tout imprégnés de leurs conceptions religieuses.

Chez les Mongo occidentaux, spécialement les Ekonda, des troupes de danseurs dirigés par un maître de ballet exécutent des sortes de comédies musicales parfaitement réglées. La plus connue, appelée bobongo, a été créée au xixe siècle par un danseur renommé. Il existe encore de nombreuses troupes de bobongo, exclusivement masculines ou féminines. Les tableaux se succèdent selon un schéma unique, qui toutefois autorise les inventions du maître de ballet. Ces innovations ne peuvent pas être copiées par une autre troupe. Une part est laissée aussi à l'inspiration de chaque exécutant, qui peut s'adresser à un spectateur pour le louer ou le blâmer. Art vivant et traditionnel au niveau de l'exécution, il l'est aussi au niveau de la pensée. En effet, un danseur de bobongo se doit de partager et d'exprimer toutes les conceptions religieuses et morales des Ekonda. Les danses sont entrecoupées par de longs rituels où sont invoqués les génies bilima, intermédiaires entre le dieu créateur et les hommes, ainsi que les esprits des morts. Bontala, génie protecteur de la danse, est tout spécialement révéré. Avant le spectacle, les acteurs sont soumis à des interdits ; s'ils ne les observent pas, ils risquent la honte de l'insuccès.

Le « livret » du bobongo est aujourd'hui encore riche en commentaires moralisateurs : condamnation du vol, de la prostitution, de la jalousie, de l'amour libre, de l'égoïsme, de l'individualisme, du mensonge. Les vertus louées sont la dévotion aux forces invisibles, le respect de l'autorité, l'amour du prochain, l'hospitalité, le mariage, la continence, la pudeur verbale, la patience, le courage. Une partie historique rappelle l'origine des Ekonda, les guerres, les victoires passées et parfois l'arrivée des Européens.

Les Mongo orientaux pratiquaient aussi l'art de la danse, mais de façon moins formelle. Ainsi lors du lukutu, fête des alliances matrimoniales chez les Hamba, voisins des Tetela, les Nkumi, membres d'une confrérie qui partageait avec les aînés de lignage le pouvoir politique, apparaissaient le visage peint de lignes et de points rouges et blancs, la bouche fermée par une aiguille ou un brin d'herbe, splendide symbole de secret et de silence.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONGO  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Ethnies, États, nations »  : […] Outre leur appartenance à un groupe linguistique et leur adhésion à une religion, les populations africaines se reconnaissent dans des groupes ethniques, surtout en Afrique noire car, au nord du Sahara, l'adhésion presque exclusive à l'islam et l'ancienneté des identités nationales relèguent au second plan la question ethnique, sauf en ce qui concerne le statut des Berbères par rapport à la majori […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Mbole aux Metoko »  : […] Les Mbole et les Yela appartiennent au peuple mongo par la langue et la culture. Ils résident sur les rives de la Tshuapa et de la moyenne Lomami. L'institution dirigeante était celle du Lilwa, qui règlait les relations entre les lignages majeurs ( okenge ). Leur production artistique, connue par des statues aux bras ballants le long d'un corps étroit, évoque de façon symbolique des hommes pendus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-14 avril 2006 Tchad. Échec d'une offensive rebelle

), dirigés par le capitaine Mahamat Nour et soutenus par le Soudan, qui poursuivent leur progression vers N'djamena depuis le 30 mars, s'emparent de la ville de Mongo, à 400 kilomètres à l'est de la capitale. Une première offensive du F.U.C., en décembre 2005, avait échoué. Le 13, l'armée repousse l'offensive des rebelles contre N'djamena. Le bilan officiel fait état de quelque quatre cents morts, pour la plupart des rebelles, mais d'autres sources évoquent un bilan plus lourd. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « MONGO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mongo/