Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONDIALISATION Globalisation financière

Les bénéfices escomptés de la globalisation financière

Alors qu'il existe un quasi-consensus parmi les économistes sur les gains du libre-échange pour les marchandises, ceux-ci sont beaucoup plus divisés en ce qui concerne les coûts et les bénéfices de la globalisation financière. Au cours des années 1990, après avoir soutenu la libéralisation des mouvements de capitaux, les économistes, au vu des multiples crises des pays émergents, épousent une vue beaucoup plus critique.

Croissance et développement des pays émergents

Le commerce d'actifs financiers n'est fondamentalement pas si différent du commerce de biens. Ce n'est après tout qu'un échange différé de biens, puisque, en achetant un actif financier, on échange des biens aujourd'hui contre des biens dans le futur. S'il existe un surplus d'épargne en Europe, par exemple en prévision du vieillissement de la population, celui-ci peut s'investir dans les pays émergents où, en revanche, il existe un besoin de financement pour des investissements dont on peut penser que le rendement économique (et social) est plus élevé qu'en Europe. Dans ce cas, il y a bien des gains mutuels. La globalisation financière offre aux pays émergents une puissante opportunité de financer leur développement. Cela ne constitue pas un aspect très controversé de la globalisation financière.

Mais, bien qu'il soit important, ce type d'argument ne suffit certainement pas à légitimer la position qui a régné au Trésor américain, au F.M.I. et à la Banque mondiale pendant les années 1990, et qu'on a appelé le « consensus de Washington ». Ce consensus a constitué la base idéologique permettant de justifier la pression exercée sur les pays en développement pour qu'ils libéralisent rapidement les mouvements de capitaux. La libéralisation des mouvements de capitaux n'a cependant pas été directement imposée aux pays émergents. Dans le cas de la Thaïlande par exemple, c'est contre l'avis du F.M.I. que ce pays décida de s'ouvrir aux mouvements de capitaux. La crise qui suivit en 1997 donna le coup d'envoi de la crise asiatique.

La remise en cause du consensus de Washington

La succession des crises financières dans les pays émergents a, de manière spectaculaire, remis en cause la vision du début des années 1990 d'une globalisation financière qui permettrait le développement rapide des pays émergents. Sur le plan empirique, les études (Aizenmann, 2002, et Prasad et al., 2003) ont montré que la libéralisation des mouvements de capitaux précède généralement la survenue des crises financières : cela est vrai pour l'Amérique latine des années 1980 comme pour l'Asie en 1997. En dehors des économies émergentes, cela a été le cas également de l'Europe, au début des années 1990, avec la crise du Système monétaire européen, précédée de peu par la libéralisation totale des mouvements de capitaux.

Même avant la crise asiatique de 1997, il était manifeste que les arguments qui fondaient le « consensus de Washington » exagéraient le rôle positif de l'ouverture des pays émergents aux marchés de capitaux internationaux pour la croissance et le développement. Certes, les pays qui ont libéralisé les mouvements de capitaux ont, en moyenne, connu des taux de croissance plus élevés que les autres, mais l'effet est quantitativement faible et le sens de la causalité pas très clair, comme l'a reconnu une étude du F.M.I. (E. Prasad et al., 2003). D'ailleurs, le miracle économique de l'Europe des Trente Glorieuses s'est effectué sans liberté des mouvements de capitaux. De même, le « miracle asiatique » des années 1980-1990 est en grande partie attribué à une épargne nationale atteignant 30 p. 100 du revenu. L'investissement fut financé essentiellement par cette épargne nationale[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Pour citer cet article

Philippe MARTIN et Dominique PLIHON. MONDIALISATION - Globalisation financière [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt, 1978 - crédits : Bettmann/ Getty Images

Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt, 1978

Autres références

  • MONDIALISATION (sociologie)

    • Écrit par Denis COLOMBI
    • 2 364 mots

    Le terme mondialisation (globalization en anglais) s’est imposé pour désigner une interconnexion croissante à l’échelle mondiale : les personnes, les institutions, les lieux et, plus généralement, les sociétés seraient de plus en plus reliés par-delà les frontières nationales, du fait de l’accroissement...

  • FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

    • Écrit par Magali REGHEZZA
    • 14 002 mots
    • 3 médias
    ...croissante de l’économie française à l’international est un fait marquant des années 1980, qui s’est accéléré dans les années 2000. L’intégration à la mondialisation et son corollaire, l’insertion dans la régionalisation européenne, entraînent des mutations rapides et profondes de l’appareil productif...
  • AÉRONAUTIQUE CIVILE (INDUSTRIE)

    • Écrit par Georges VILLE
    • 2 387 mots
    La construction aéronautique civile s'insère, dès les années 1950, dans la mondialisation en raison du caractère international du transport aérien et de ses propres spécificités ; ainsi, une analyse macro-économique simple montre que le niveau global des livraisons (de l'ordre de 800 à 1 000 appareils...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    ...changé les dimensions de celle-ci. Les accords de Bretton Woods (1944) et la création du Fonds monétaire international ont donné le départ d'une ère de mondialisation des affaires à laquelle l'agriculture a été partie prenante au même titre que l'industrie et le tertiaire ; déjà fortement industrialisée,...
  • ALTERMONDIALISME

    • Écrit par Christophe AGUITON, Universalis, Isabelle SOMMIER
    • 6 805 mots
    • 1 média
    ...fondatrice de la protestation contre le sommet de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en décembre 1999, l'expression « mobilisation contre la mondialisation néolibérale », avec ses déclinaisons nationales (« antimondialisation » en France, « no-global » en Italie par exemple),...
  • Afficher les 84 références

Voir aussi