Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONDIALISATION Globalisation financière

La globalisation financière au début du XXIe siècle

Les soubresauts qui ont ébranlé le système financier international en ce début de xxie siècle ont relancé le débat sur la nature et les bienfaits supposés de la globalisation financière. On constate en effet que le développement de la finance à l’échelle planétaire a, d’une part, aggravé l’instabilité de l’économie mondiale et, d’autre part, n’a pas permis de résoudre de manière satisfaisante le problème de l’allocation des ressources financières entre les différentes régions de la planète. Par ailleurs, il apparaît que la crise n’a pas entraîné une diminution du poids exorbitant de la finance globalisée

La finance spéculative est devenue prépondérante

Dans le passé, la fonction du système financier international était d’assurer le financement du commerce international et des balances des paiements. Or les flux financiers internationaux ont connu récemment une progression explosive sans commune mesure avec les besoins de l’économie mondiale. D’après les estimations de la Banque des règlements internationaux, la taille du marché des changes – sur lequel les monnaies nationales sont échangées – a pratiquement décuplé depuis 1989, et a progressé de 30 p. 100 de 2010 à 2013. Cette année-là environ 5 300 milliards de dollars, soit l’équivalent de 2,5 fois le P.I.B. annuel de la France, ont été échangés chaque jour sur le marché des changes mondial. Par ailleurs, les transactions de change induites par les opérations financières sont 100 fois plus importantes que celles liées au commerce international des biens et services. L’interprétation de ces chiffres est simple : la finance internationale se développe désormais selon sa propre logique qui n’a plus qu’un rapport indirect avec le financement de la croissance économique. L’essentiel des opérations financières consiste en des va-et-vient incessants, de nature spéculative, entre les monnaies et les différents instruments financiers. Ce constat n’a rien de surprenant : on sait depuis Keynes que le développement rapide et non contrôlé des marchés financiers entraîne fatalement leur dérive spéculative : « Le risque de prédominance de la spéculation grandit à mesure que l’organisation des marchés financiers progresse » (Théorie générale, chapitre 12, 1936)

L’instabilité et les crises au cœur de la finance globalisée

L’accélération du processus de globalisation financière est allée de pair avec la montée de l’instabilité sur la planète. Les années 1990 se sont caractérisées par la récurrence des crises bancaires et des crises de change, que ce soit en Europe (crise du Système monétaire européen de 1992-1993), ou dans les pays émergents d’Asie, d’Amérique latine ou d’Europe centrale et orientale à la fin des années 1990. Le début du xxie siècle est marqué par des crises de grande ampleur dans les pays les plus avancés. D’abord la crise Internet de 2000, qui se traduit par un krach boursier, suivi de scandales financiers liés aux malversations de grandes entreprises (Enron, Xerox, Vivendi Universal…). Ensuite la crise des subprimes, née dans le secteur bancaire des États-Unis en 2007, à la suite du dégonflement de la bulle immobilière et qui s’est propagée à l’échelle internationale pour engendrer une crise économique mondiale, la plus grave depuis 1929. Enfin, à partir de 2009, la crise des dettes souveraines dans la zone euro a montré la vulnérabilité de la zone euro face aux mécanismes de la finance mondiale.

Cette instabilité a un coût économique et social élevé, car elle perturbe le développement des pays en crise et ralentit la croissance de l’économie mondiale. La plupart des économistes s’accordent à penser que ces crises ont un lien étroit avec le processus de globalisation financière. Selon une vision optimiste, ces désordres sont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Pour citer cet article

Philippe MARTIN et Dominique PLIHON. MONDIALISATION - Globalisation financière [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt, 1978 - crédits : Bettmann/ Getty Images

Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt, 1978

Autres références

  • MONDIALISATION (sociologie)

    • Écrit par Denis COLOMBI
    • 2 364 mots

    Le terme mondialisation (globalization en anglais) s’est imposé pour désigner une interconnexion croissante à l’échelle mondiale : les personnes, les institutions, les lieux et, plus généralement, les sociétés seraient de plus en plus reliés par-delà les frontières nationales, du fait de l’accroissement...

  • FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

    • Écrit par Magali REGHEZZA
    • 14 002 mots
    • 3 médias
    ...croissante de l’économie française à l’international est un fait marquant des années 1980, qui s’est accéléré dans les années 2000. L’intégration à la mondialisation et son corollaire, l’insertion dans la régionalisation européenne, entraînent des mutations rapides et profondes de l’appareil productif...
  • AÉRONAUTIQUE CIVILE (INDUSTRIE)

    • Écrit par Georges VILLE
    • 2 387 mots
    La construction aéronautique civile s'insère, dès les années 1950, dans la mondialisation en raison du caractère international du transport aérien et de ses propres spécificités ; ainsi, une analyse macro-économique simple montre que le niveau global des livraisons (de l'ordre de 800 à 1 000 appareils...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    ...changé les dimensions de celle-ci. Les accords de Bretton Woods (1944) et la création du Fonds monétaire international ont donné le départ d'une ère de mondialisation des affaires à laquelle l'agriculture a été partie prenante au même titre que l'industrie et le tertiaire ; déjà fortement industrialisée,...
  • ALTERMONDIALISME

    • Écrit par Christophe AGUITON, Universalis, Isabelle SOMMIER
    • 6 805 mots
    • 1 média
    ...fondatrice de la protestation contre le sommet de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en décembre 1999, l'expression « mobilisation contre la mondialisation néolibérale », avec ses déclinaisons nationales (« antimondialisation » en France, « no-global » en Italie par exemple),...
  • Afficher les 84 références

Voir aussi